Méditation : faites le plein ! ( et pas le vide!)



Méditation : commencer par la réceptivité

La méditation chrétienne peut être comparée au fait de se brancher, pour reconnaître sa faiblesse, sur Celui qui est fort. Il s'agit d'une réceptivité.
Marc Dugain, dans l'Homme Nu, évoque l'utilitarisme du vide 2.O : faire le vide, apaiser les conflits, pour être toujours heureux. Le vide, l'absence de conflit, sont une non réceptivité de la souffrance, un " erasement", un effacement de la personnalité forgée aussi par les conflits, car, que nous le voulions ou non, nos conflits forgent aussi notre personne. Les pseudo-bouddhismes de méditation de pleine conscience, lorsqu'ils commencent par le vide, rendent manipulables. Voilà pourquoi Google et les GAFA, comme le souligne Marc Dugain, aiment beaucoup des employés qui font le vide... pour se laisser remplir de quoi, au juste? ( Marc Dugain, l'Homme nu, chapitre la sagesse 2.0, Paris, Pocket 2016, p. 161 à 170)
Il n'est pas nécessaire de se vider pour être en état de réceptivité, ni d'effacer les conflits : ces derniers prouvent au contraire notre incarnation et le fait que nous sommes vivants et capables de résister à une situation non voulue, de manipulation par exemple. Marc Dugain explique fort bien comment Wisdom 2.0 dont le site montre le bouddhisme mâtiné de neurosciences au service des GAFA est en réalité une tentative de réponse aux très nombreux burn out créés par ces mêmes GAFA parmi leurs propres employés qui "explosent" par milliers dans le monde, soumis à un monde digital déshumanisant. Alors, pratiquer la méditation de pleine conscience en entreprise, c'est un peu le serpent qui se mord la queue...
 

Continuer en assumant, et non pas en effaçant le conflit : proposons du positif ancré dans le réel

Les conflits et la souffrance ne sont pas effacés dans la méditation chrétienne, mais assumés. La réceptivité à la création et au réel permet de reconnaître nos limites. Ces limites, corps, âme, esprit, sont  aussi bénéfiques, elles marquent notre personne incarnée et lui donnent sa consistance. S'en défaire, se fondre dans le tout, c'est aller vers une anthropologie respectable et logique en soi, mais contraire à l'anthropologie chrétienne. L'antropologie bouddhiste mérite d'être explorée, connue, et explicitée dans son rapport au temps, à la souffrance, au mode d'emploi de l'homme, ce qu'on appelle l'anthropologie de base bouddhiste, dont nous retiendrons ici le point central : l'effacement, le vide, la fusion avec le grand tout impersonnel. Pour notre part, en méditation, nous préférons une anthropologie ouvertement chrétienne, comme celle de Vittoz, comme nous le disions dans cet article sur la médiation de pleine conscience.

Vittoz, réceptivité corporelle, connection au réel, connaissance exacte du réel : fais toi capacité

La méthode Vittoz peut être utilisée pour...faire le plein!
Faire le plein de sensations en temps qu'être crée, capable de toucher, sentir ses limites et de les aimer. Plus encore, de s'en servir pour aimer.
Faire le plein, être en état de réceptivité, de paix réelle au milieu de conflits réels : l'acceptation de la faiblesse, mais aussi de beauté du fait humain, du corps, des cinq sens, du donné créé, élargit la capacité de l'homme : " fais toi capacité, et je me ferai torrent", disait Jésus à sainte Catherine de Sienne, parlant de l'Esprit Saint. Mais il n'efface pas l'homme au sens d'un vide fusionnel ou volontaire, il prend l'homme tout entier.


 

La nature a horreur du vide, la nature humaine est faite pour la plénitude

La nature a horreur du vide, dit le dicton. Cette nature créée par l'homme ne va pas vers le vide, mais vers le plein. Le vide ou le néant, dans le langage des contemplatifs chrétiens, marque la petitesse de la capacité humaine face au plein immense dont Dieu va combler l'être humain. De quoi demander à vite " élargir sa tente". Autre vide, radical à faire : nettoyer le péché. Pour faire le plein de Dieu, il ne faut pas nier sa nature humaine, se vider de sensations ou de personnalité, ou de souffranceLa plénitude humaine, le bonheur humain, passe par la Croix, les conflits, les souffrances, vers la Plénitude et la Résurrection. Avec la méditation chrétienne, on ne fait pas le vide ( hormis le vide du péché), on fait le plein au positif, de sensations, de respect de la création, de communion avec Dieu. Le pape François rappelait que l'Esprit Saint est harmonie, harmonie de la création, de la nature, de l'homme avec lui-même, avec le cosmos, avec Dieu.

Anne C.


Lundi 10 Juin 2019
Lu 268 fois