Les naufragés du Stress : quelques solutions chrétiennes



Le corps, un navire en perdition?

Le rejet du corps par nos contemporains ( je me mets parmi mes contemporains!) est omniprésent. Mais est-ce le fruit d'un raisonnement logique? Il semble plutôt qu'embarqués dans un monde hyper stressé et stressant, nous cherchions à fuir le lieu de manifestation du stress : notre corps.

Pourquoi tant de recherches de méditations, de respiration profonde, de calme, de retour sur soi, si ce n'est parce qu'à force de voir des parents et amis frappés très précocement par des cancers multiples, le corps nous semble pris en otage : la terreur règne dans l'information, l'alimentation, les ondes, l'environnement, les lignes à hautes tensions et les relations à hautes tensions. Pause! crie le corps. Soit le navire sombre, soit on quitte le navire.

Quitter le corps? Plonger dans le néant? trouver des solutions positives?

La planche de salut? Plutôt que de plonger dans le vide ( voir notre article Faites le plein, pas le vide), réhabilitons le corps.
Ne fuyons plus. Dialoguons. Les naufragés du stress ont en commun aussi des solutions, dans une antropologie commune avant les nombreuses divergences possibles. Cette anthropologie commence par la paix corporelle. Cette paix simple faite de silence, de beauté, d'équilibre, d'harmonie. La paix est le point d'anthropologie qui permet la rencontre et la découverte de solutions communes. Les chemins pourront ensuite diverger, chacun étant libre de sa logique : pour ma part, avec tout mon respect pour l'harmonie asiatique, je ne la suivrais pas dans sa recherche de " sortie du corps" afin de lutter contre le Stress, ennemi commun, ce sera notre divergence. Mais avant la divergence, il y a la possible rencontre. Ce n'est pas pour rien que la méditation bouddhiste fait tant d'adeptes : le besoin et le manque de paix ont été pris en compte et une solution proposée. Que proposent les Chrétiens?

Solutions anti stress chrétiennes

Il en existe bien d'autres, mais voici un essai de réponse concrète : 
- la méthode Vittoz, comme ré-incarnation et reprise de contact avec un corps réceptif, mais protégé des agressions et des extractions de soi. La réceptivité, comme anti-stress, dans l'acceptation des cinq sens. Nous en parlions ici, dans cet article sur l'antropologie vittozienne par rapport à la méditation de pleine conscience.

-la caractérologie, comme connaissance rationnelle et non émotionnelle : la fuite dans les émotions est aussi un anti-stress très couru, qui nous semble une perte de la liberté ( voir notre article Ne suspends jamais ta raison). Connaître son caractère, sans chercher à en faire un lieu d'introspection nombriliste ou de guérison ( vite soumis au mercantilisme et à la manipulation), mais en s'acceptant soi-même. Voilà un anti-stress peu coûteux et qui reste rationnel. La caractérologie peut faire partie de l'anthropologie de base commune à toutes les sagesses, car elle est d'abord observation du réel, de l'expérience commune. Elle est ouverte au dialogue avec toutes les cultures car elle peut intégrer toutes les diversités nées de l'expérience humaine. Son équivalent soufiste ( et oui!) s'appelle l'Ennéagramme. L'anthropologie de l'Ennéagramme vise le contrôle absolue par le moyen d'une rationalisation mathématique du caractère. La caractérologie chrétienne ne comprend bien sûr pas les éléments  gnostiques de l'Ennéagramme. Voici un lien vers le livre de Marie-Madeleine Martini, communiquer en Famille, pour ceux qui cherchent une caractérologie chrétienne bien pensée. Et un lien vers un excellent article sur caractérologie et genre.


- la recherche des vertus. S'appuyant sur les deux autres solutions évoquées, la recherche des vertus est commune à toutes les sagesses, philosophies, religions de paix. Dans ce domaine, les vertus chrétiennes s'appuient sur les vertus repérées par la philosophie greco-latine. Je rajouterais bien volontiers, à la manière de Mateo Ricci dans son de Amititia, les vertus confucéennes. Mais que dire de la mondialisation des vertus, si ce n'est qu'elle est une clé du dialogue et de la paix, et donc le meilleur anti-stress possible? Citons, pour ceux qui voudraient une approche chrétienne et moderne, les excellents livres d'Alexandre Dianine-Havard, notamment le Leaderschip vertueux, et Du tempérament au caractère.

- Relire C.S. Lewis, notamment " surpris par la joie", et " Les lettres de Screwtape ", pour deux anti-stress capitaux : l'humour et le bon sens. Dans les Lettres de Screwtape, le neveu/démon chargé de perdre une belle âme, se heurte à une pratique imparable. Chaque fois que le stress et la confusion sont trop grands, son "dirigé" part faire une promenade et revient détendu avec les idées claires!


Anne C.


 


Samedi 22 Juin 2019
Lu 102 fois