Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise!

10) Influence du monde de l'entreprise sur l'accompagnement spirituel : coaching, management, marketing...On ne sait plus très bien qui fait quoi, qui est qui, et que demander à qui !



Un coach, un guide ou un accompagnateur spirituel?

Image du très amusant film "le Coach"
Image du très amusant film "le Coach"
Nous ne parlons pas ici du psychologue, des écoles différentes qui se réclament de la psychologie non freudienne ( PNL, EMDR, analyse transactionnelle...une nouvelle forme d'accompagnement voit le jour qui n'est pas directement liée à l'analyse de l'histoire personnelle mais plus comportementaliste. Le coaching, sous ses multiples formes, influence le monde de l'accompagnement spirituel via les techniques d'écoute, la communication non-violente, etc. Ainsi, un accompagnateur spirituel formé à d'autres formes d'écoute bénéficie de " techniques d'écoute" qui peuvent sérieusement aider...d'où l'engouement des prêtres pour les formations dans ce domaines, dispensées en général par des laïcs eux-même professionnels de l'écoute. Il peut être utile en accompagnement spirituel de connaître les pièges de l'écoute, les risques de transferts et de contre-transfert, les signes de communication non-verbale...Certaines de ces " méthodes" que l'on peut à peu près toutes placer dans la nébuleuse du développement personnel s'appuient sur une spiritualité, comme la CNV ( communication Non Violente) sans toutefois être chrétiennes.

Mon coach est-il mon accompagnateur spirituel, et mon accompagnateur spirituel...un coach?

La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise!
Un professionnel du coaching apprend à poser la question à ses...coachés (?), de leur but ultime : " De quoi avez-vous besoin", va-t-il demander. Le sens de sa question est de faire définir par l'accompagné ses besoins, ses références, l'état désiré ( en jargon PNL et transactionnel), et le coach va respecter et se placer dans le cadre de valeurs défini par son accompagné. Il s'agira de faire surgir les ressources de l'accompagné, de lui donner accès à ce qu'il a en lui. Le coaching, et beaucoup de techniques modernes de développement personnel sont une aide réelle. Un coach chrétien pourra fort bien faire appel à l'Esprit Saint pour aider à sortir d'un blocage professionnel ou relationnel et agir comme un bon practicien. Mais...

 

Comment coacher l'Esprit Saint?

La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise!
Mais... un accompagnateur spirituel se situe dans une toute autre démarche, où il s'agit d'écouter l'Esprit et de comprendre la volonté de Dieu et les mouvements d'une âme. Une bonne formation à l'écoute peut aider, dans la relation avec l'accompagné, comme une base commune avec le coaching, mais il ne s'agit pas du tout du même domaine. Coaching et autres techniques sont de type comportementaliste. L'accompagnement spirituel est à un tout autre degré une écoute de l'Esprit Saint, une disponibilité dans la prière...et un lâcher-prise des techniques humaines mêmes efficaces et bonnes de la part de l'accompagnateur comme de l'accompagné, pour écouter la Parole de Dieu et ce que dit l'Esprit Saint. Le souci de rentabilité et de professionalisme du coaching ne peut dans ce domaine que brouiller les pistes et mettre une volonté humaine là où il faut justement se désaisir de nos schémas humains. L'Esprit souffle où il veut, on ne peut pas le coacher! Nous citons en fin de cet article un texte du Pape Paul VI qui dit que l'Eglise n'envoie pas des mercenaires professionnels, ce qui souligne deux différences fondamentales : l'accompagnement spirituel ne peut pas être lucratif, et ce n'est pas une profession.

L'accompagnement spirituel est-il une relation d'aide?

La relation d'aide en psychologie et en coaching, en management individuel ou collectif attend un résultat et suit des " protocoles" de déroulement. En accompagnement spirituel, on compte sur l'Esprit Saint, on prie, on espère, on écoute la parole de Dieu et l'Eglise, on échange, mais il n'y a pas de relation d'aide au sens de guérison recherchée : ce qui est recherché, c'est la volonté de Dieu. L'aide apportée par l'accompagnateur spirituel ne se situe pas au niveau psychologique, comportemental, médical, etc...ce n'est pas une relation d'aide mais un service d'Eglise. Quelle est la différence?

Un service d'Eglise pour donner son efficacité plénière non pas à l'accompagné...mais à l'Esprit saint dans la vie de l'accompagné;

La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise!
Seule la prière, la foi, une longue et humble fréquentation des âmes et une solide formation ecclésiale permettent de comprendre et d'accomplir ce service unique qu'est l'accompagnement spirituel. Il s'agit de servir sans efficacité pré-requise, car le service en question est de donner son efficacité plénière non pas à l'accompagné ou à l'accompagnateur mais à l'Esprit Saint dans la vie de l'accompagné. En cela, on sort de la relation d'aide.

Pour accomplir ce service, l'accompagnateur spirituel gagnera beaucoup à avoir des compétences en psychologie, à connaître les techniques d'écoute, à savoir reconnaître un besoin de coaching ou de management pour l'accompagné, coaching qu'il se gardera de faire lui-même pour ne pas mettre la main sur l'accompagné au for externe ou prendre de l'ascendant sur lui. Mais tout cela ne lui servira que de base humaine. Si l'Esprit Saint, la prière, l'offrande ( et combien un accompagnateur peut offrir et souffrir pour un accompagné, c'est là la véritable clé ), l'intercession, ne viennent remplir cet accompagnement, ce ne sera pas un accompagnement spirituel...mais seulement un coaching humain, quelle qu'en soit la qualité! Sans compter que l'adaptation chrétienne de certaines écoles de coaching ( en particulier l'analyse transactionnelle) risquent d'importer les mêmes problèmes et risques d'emprises développés par ces écoles de coaching. Nous citons ici Wikipédia dans un passage éclairant qui souligne que les problèmes de for interne, for externe se retrouvent aussi dans ce domaine :
 

"Le coaching présente certains dangers potentiels inhérents à toute prestation intellectuelle mais du fait de la proximité de la relation – et de la méconnaissance même du coaching - ces difficultés se trouvent exacerbées. Le problème le plus évident, qui est commun au conseil, est celui de la confidentialité : le coaché livre souvent des informations très personnelles sur sa personne ou des informations critiques sur ses collègues ou son organisation (cas du coaching tripartite ). Ces informations peuvent être utilisées contre la personne coachée si elles ne sont pas gardées confidentielles. La confidentialité est très importante pour le coaché. La question se pose principalement lorsque le coaché n'est pas le payeur (l'entreprise) et lorsque l'entreprise utilise des coachs en interne.

De plus, de par la posture du coach, le coaching peut en théorie présenter un risque de manipulation du coaché comme dans toute relation ou message entre des individus12 . En principe ce risque de manipulation est faible puisque la prestation de coaching elle-même est limitée dans son objet (contrat définissant les objectifs) et dans le temps (un coaching se limite en général à 15 à 20 séances soit sur moins d’un an et doit éviter la construction d'une relation de dépendance)13 . Il est a priori aussi indispensable pour une organisation de faire appel à plusieurs coachs avec des cursus variés afin d’éviter d’être dépendant d’un seul individu. Ces problèmes sont à priori réduits car contrairement à une relation asymétrique (celui qui sait et celui qui ne sait pas) la relation coach-coaché est basée sur un lien d’égal à égal, qui vise de plus à donner toute l’autonomie au coaché."

 


Les dangers du " management spirituel".

Or, en accompagnement spirituel, si on fait un coaching proprement humain, le danger est grand de se fourvoyer, de détourner l'accompagné de la volonté de Dieu pour accomplir une oeuvre toute humaine, psychologique, destinée à se couler dans les normes modernes de l'efficacité et de la rentabilité visible, de l'amélioration humaine, de la gloire visible. Ce type de " management spirituel", mélange des genres, peut aisément sombrer dans l'orgueil ou l'illusion de bien-faire. En réalité, il y a distorsion entre l'attente de l'accompagné qui désire un accompagnement spirituel, et la réalisation toute humaine d'un coaching au  nom de l'Esprit Saint. Cette confusion des genres prive l'accompagné d'un véritable accompagnement spirituel dont il aurait besoin sur le même laps de temps, sans qu'il sache vraiment de quoi il est privé. Le coaching en soi est une chose utile, l'accompagnement spirituel aussi. Le mélange des deux ne risque-t-il pas de donner un hybride, tentative d'adaptation des écoles de coaching en coaching chrétien, ce qui peut être bénéfique, mais ne relève pas directement de l'accompagnement spirituel et reste à sa périphérie. Le coaching relève de la relation d'aide, l'accompagnement spirituel relève du Salut. Par nos méthodes et techniques, nous faisons un travail utile et bon, sans perdre de vue que le Christ nous sauve gratuitement ! 
La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise!

La vie spirituelle ne se " gère" pas comme une entreprise.

Chaque époque apporte sa spécificité, ses découvertes, ses méthodes à l'accompagnement spirituel. Il revient à l'Eglise de garder ce qui est bon et de rejeter ce qui est mauvais. Cela dit, on voit aisément que la vie spirituelle ne se gère pas comme une entreprise ou une multinationale, et les différents managements et coaching sont issus du monde de l'entreprise, ainsi que du monde de la relation d'aide : monde soignant, formation psychologique,formation relationnelle DRH, médiation, règlement de conflits, etc...ont prouvé leur efficacité, mais sur leur terrain. Transposés dans l'accompagnement spirituel, certains éléments restent positifs, d'autres sont décalés, d'autres franchement négatifs. Des communautés ont explosé pour avoir remplacé la prière et l'accompagnement spirituel reconnus par l'Eglise selon les écoles parfois séculaires, par des instruments utiles par ailleurs mais non-adaptés à la vie spirituelle. Ces instruments, parfois redoutablement efficaces pour contrôler la vie au for interne en les confondant avec le conseil spirituel restent tous des instruments psychologiques. Leur usage en lieu et place de l'accompagnement spirituel créé les conditions de mélange de for interne et externe et par-là permettent une prise de pouvoir et de contrôle sur les personnes. Dans une entreprise, dans le monde du travail, ce contrôle est normal et a pour but la " production", la rentabilité, l'image de marque de la firme, etc... Appliquée à la vie spirituelle, cela crée une confusion dangereuse. A quoi sert de chercher Dieu si c'est pour trouver à nouveau...l'entreprise? Un autre danger à éviter est celui de la " gnose" psychologisante, l'utilisation de " techniques" qui donnent l'illusion de savoir. ( Enéagrammes, EMDR, Programation Neuro-Linguistique...des outils à utiliser, certes, mais aussi à relativiser.)
Cependant, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, encore une fois! Le mouvement d'introspection peut centrer sur soi ( narcissisme), ou décentrer de soi ( maturité). La recherche psychologique de vérité sur soi peut donc être mise au service du spirituel, selon des modalités adéquates, de plus, on peut " relire les événements de sa vie" à la manière d'une Thérèse de Lisieux, pour chanter les Miséricordes de Dieu ( ce sont les premières lignes de l'Histoire d'une âme), et non pas pour se centrer sur soi.

Une définition par le pape Paul VI de la vocation et de son sens profond.

"L'Eglise n'envoie pas pour un tel service des mercenaires professionnels, elle n'organise pas un réseau de propagandistes de métier. l'Eglise envoie des volontaires, des hommes libres et certainement pas payés pour ce que leur travail comporte de fatigue, de risque et de mérites; elle envoie des hommes singuliers : pauvres et généreux, libres de toute coercition et intérieurement liés par les liens les plus sacrés, ceux de l'amour consacré, unique, chaste, éternel. Elle envoie des disciples du Christ, qui Lui donne tout; elle envoie des jeunes plein de feu et d'initiative, qui ont pressenti la plus haute définition de la vie : une aventure d'amour divin. Elle envoie des héros humbles qui croient en l'Esprit Saint, et qui pour l'Eglise du Christ, comme le Christ, sont prêts à donner leur vie : " Lui, le Christ, a aimé l'Eglise et s'est sacrifié pour elle". ( Eph 5, 25)(...)" 

4eme message de la Journée mondiale de prière pour les Vocation, Paul VI (1967) ce teste décrit les vocations sacerdotales, mais il nous semble convenir aussi pour souligner que l'accompagnement spirituel, et tout ce qui est spirituel, est d'un autre ordre que le temporel.

Jeudi 13 Octobre 2011
Lu 2217 fois