Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Sarra, femme de Tobie, au prise avec un démon puissant, résiliente et femme de foi!



Sarra, dans le livre de Tobie, n'arrive pas à se marier

"Le démon Asmodée tue ses époux avant qu'ils n'arrivent dans son lit! ", ainsi pourrait titrer un journal moderne. Sarra n'est pourtant pas une simple anecdote, mais elle donnera au Christ l'occasion d'un de ses enseignements les plus précis sur le mariage et la résurrection des morts. Nous avons vu dans un autre article la résilience de l'épouse de Tobit (le père de Tobie), Anne. Dans le même récit, les épreuves maritales du beau-père et de la belle-fille sont associées. Tous les deux souffrent tant qu'ils souhaitent mourir. 

Un démon chassé par un Archange

Le démon Asmodée est un tueur d'époux... Est-il puissant dans la famille de Sarra en raison d'une infidélité au Dieu d'Israël? On peut se poser la question, car Tobit, le futur beau-père, représente cette fidélité au Dieu unique. Pour entrer dans sa famille, Sarra devrait-elle renoncer à des prétendants qui "composent" avec les païens et leurs pratiques "asmodéennes" ? C'est probablement ce que suggère la situation complexe de cette jeune femme, qui, elle, se tourne vers "le Dieu de ses pères", tout en renonçant à se suicider. Cette résilience face à l'humiliation, la possession (ou en tout cas l'attaque démoniaque), et cette confiance sont bien le fait d'une femme de foi. Edna, sa mère, qui est elle-aussi une femme de foi, lui donne d'ailleurs ce conseil au chapitre 7 :

15 Ragouël s’adressa à sa femme Edna : « Va préparer la seconde chambre, ma sœur, et tu y conduiras notre fille. »

16 Elle s’en alla préparer le lit dans la chambre, comme Ragouël l’avait demandé, y conduisit sa fille et pleura sur elle. Puis, elle essuya ses larmes et lui dit :

17 « Confiance, ma fille ! Que le Seigneur du ciel change ta douleur en joie ! Confiance, ma fille ! » Puis elle se retira.


Jésus connaît cette histoire et prévoit de toute éternité la fécondité du témoignage de Sarra et Tobie

Une fois Asmodée chassé, Tobie et Sarra mariés, le happy end pourrait suffire. Mais Dieu voyait plus loin. En effet, la résilience, la foi de Sarra, lui valent le secours au présent de l'Archange Raphaël. Nous sommes à Ectabane, au nord est de Babylone, des siècles avant l'Incarnation ( vers l'an 700 avant J-C). Mais Jésus, Fils Eternel, observe avant son incarnation et depuis la Trinité (Le Sanctuaire des Cieux!) : il saura s'en souvenir. Au chapitre 12 de saint Marc, on évoque devant lui cette histoire de 7 maris morts... pour savoir de qui l'épouse au final serait la "moitié".  Et surtout pour dire que la Résurrection des morts est une fable... Tout comme cette histoire bizarre de démon chassé par du foie de poisson, et cet archange guérisseur? Tout ceci serait-il une histoire psychiatrique? Sarra aurait-elle un trouble du comportement sexuel tel qu'elle en tue ses époux avant même tout acte? Toutes ces interprétations sont secondaires (mais légitimes, car comment ne pas se poser ces questions?) : Jésus répond à la seule question vraiment très importante, fondamentale : la résurrection des morts.

Sarra et Tobie, un couple pour la résurrection

Au fond, si l'histoire de Sarra et Tobie se termine bien par un mariage "sans problème", ce mariage a un but présent (leur bonheur terrestre et leur guérison), et un but ultime : Jésus déclare donc :
" Au ciel, on ne prend ni mari, ni femme. Mais on est comme des anges dans les cieux" ( Mc, 13).
L'archange Raphaël n'était donc pas pour rien dans ce récit : il aide à consolider un couple, mais, d'un pierre deux coups, à révéler lors de la venue du Messie, qu'il y a un ciel, une résurrection, et que le couple se "transcende" dans la résurrection. Ceux qui choisissent le célibat pour le Royaume du Ciel passent directement à cette étape. Ceux qui se marient comme Sarra et Tobie, vivront aussi cette résurrection : leur mariage ne sera pas "effacé", ni "diminué", mais relativisé : la vie éternelle est bien plus !

AC

Mercredi 7 Juin 2023
Lu 425 fois