Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Respect et formation de la conscience : le meilleur rempart contre les gourous.


For interne/externe : distinguer pour mieux coordonner...notre rubrique ne saurait être utilisée pour accuser nommément et sans nuances aucun mouvement, aucune communauté, et encore moins celles qui justement ont fait avancer canoniquement la réflexion sur le sujet et que l'on retrouve bizarrement mises dans le même sac par des " accusateurs/polémiqueurs" mal informés. Le rôle de juger sur pièce revient à d'autres, ( nous conseillons en ce sens la réflexion profonde et positive du livre de Mgr Tony Anatrella sur le sujet ( " Développer la Vie communautaire dans l'Eglise"). Notre rubrique veut offrir un espace libre de réflexion et de confiance dans l'Eglise.


Il est en nous un " jugement de la conscience" qui nous protège des gourous, des intrusions d'autrui dans notre liberté de conscience, des erreurs de jugement....Cette conscience se trouve en tout être humain et fait partie de sa très haute dignité, quelle que soit la religion ou les idées de chacun, le fond de l'être se détermine en fonction de sa conscience personnelle. Une notion indispensable pour garder liberté, autonomie, dignité, force dans l'adversité, et préserver le droit de chacun.



La conscience : la voix de Dieu en nous.

Respect et formation de la conscience : le meilleur rempart contre les gourous.
1. Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix, qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal, au moment opportun résonne dans l’intimité de son cœur : « Fais ceci, évite cela ». Car c’est une loi inscrite par Dieu au cœur de l’homme ; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera [16]. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre [17]. C’est d’une manière admirable que se découvre à la conscience cette loi qui s’accomplit dans l’amour de Dieu et du prochain [18]. Par fidélité à la conscience, les chrétiens, unis aux autres hommes, doivent chercher ensemble la vérité et la solution juste de tant de problèmes moraux que soulèvent aussi bien la vie privée que la vie sociale. Plus la conscience droite l’emporte, plus les personnes et les groupes s’éloignent d’une décision aveugle et tendent à se conformer aux normes objectives de la moralité. Toutefois, il arrive souvent que la conscience s’égare, par suite d’une ignorance invincible, sans perdre pour autant sa dignité. Ce que l’on ne peut dire lorsque l’homme se soucie peu de rechercher le vrai et le bien et lorsque l’habitude du péché rend peu à peu sa conscience presque aveugle. Gaudium et Spes 16

La liberté de conscience et la lumière de la Foi

Cardinal Newman
Cardinal Newman
Il est donc très important que tout accompagnement spirituel comporte une formation sur la conscience, le respect de la conscience d'autrui, l'importance de la liberté de conscience et l'inviolabilité de cette liberté.
Quand un chrétien se trouve face à un conflit dans ou en dehors de l'Eglise, c'est sa conscience qui doit lui servir de guide. Il prendra conseil, éclairera cette conscience mais en ultime décision, seule sa conscience personnelle lui intimera la décision finale. Toute tentative de contrôle de la conscience d'autrui est un viol de l'âme, une très grave infraction à la loi de Dieu inscrite en chacun et celui qui s'immisce dans une conscience pour la déformer, la contrôler, commet un crime. C'est ce que font les gourous par nature. Quand ils rencontrent des consciences formées et qui leur résistent, ils sont obligés de reculer et de lâcher prise. Une conscience claire et forte est ce qu'ils redoutent le plus. cela est dû au fait que, selon l'expression du cardinal Newman, grand apôtre de la conscience, " la conscience est le premier de tous les vicaires du Christ". Cette extra-ordinaire affirmation donne le pas à la conscience sur les vicaires humains, y compris le Pape. bien sûr, Newman n'oppose en rien le magistère, fait pour éclairer la conscience, et la conscience personnelle. Mais il pose un principe primordiale : la conscience est le sanctuaire où l'homme est seul avec Dieu, l'homme ne peut jamais abdiquer sa conscience entre les mains d'un autre, qu'il soit accompagnateur spirituel, confesseur, cardinal ou pape, car en tant qu'homme, l'autre devra lui aussi répondre dans ce même sanctuaire de la droiture de sa concsience. Le travail du cardinal Newman sur ce sujet vital a été repris et éléevé au rang de doctrine catholique par le concile Vatican II et par le catéchisme qui cite Newman au N°1778.

" Lumière, né de la Lumière", le Christ éclaire notre conscience

Ainsi, la conscience, vicaire du Christ, nous met en relation avec le Christ, comme à travers le voile, mais réellement, car Il est La Lumière. Newman va encore plus loin, quand dans sa lettre au duc de Norfolk sur ce sujet de la conscience, il affirme que si le sacerdoce ministériel venait à s'éteindre, la conscience continuerait en nous le sacerdoce royal et prophétique. L'homme ne doit jamais être contraint d'agir contre sa conscience. Il ne doit pas être non plus empéché d'agir selon sa conscience, surtout en matière de liberté religieuse.

Face à un gourou, la conscience comme un rempart

Notre époque ignore de plus en plus le primat de la conscience, mais les exactions contre cette dernière et les manipulations de la conscience d'autrui provoquent un réveil, car la conscience est par nature une grande résistante : elle résiste comme un rempart inaliénable, et les gourous de tous poils n'ont de cesse d'essayer de l'endormir ou d'en faire leur jouet, en vain. la conscience est une grande combattante de Dieu, capable de mettre en échec les pires manipulations et les plus grands faussaires et menteurs. Entre les mouvements de résistance et la conscience, il y a une forme d'adéquation de nature : la conscience est irréductible, elle est, même mal éclairée, un lieu de lumière qui ne peut être aliéné car il appartient en propre à chaque homme.

Le rôle d'un accompagnateur spirituel va être de fortifier cette conscience et de lui donner les moyens de se former, de résister aux tentatives d'aliénation, et aux tentations. La déformation du gourou ou du manipulateur va être de changer le mode d'autorité de la conscience pour prendre la place de Dieu dans la relation, c'est-à-dire se faire la référence absolue sous des masques divers. le premier sera de donner le primat à la personne elle-même face à Dieu, en lui faisant croire qu'elle est indépendante de la voix de sa conscience- cette étape est souvent perversement nommée " éveil" de soi, et recèle un processus de rupture avec l'objectivité de la conscience, remplacée par le subjectivisme et la tentation de devenir à soi-même sa propre loi : la voix de la conscience est psychologisée, étoufée, relativisée, remplacée...pour que le gourou puisse contrôler la personne avec son aval. Le gourou formule des lois à son profit et contraires à l'Evangile, au bon droit, au bon sens. 

Dieu lui-même n'intervient pas contre notre conscience, car Il sait qu'elle sera notre rempart contre le mal en ultime étape. C'est ainsi qu'on assiste à des " retournement de conscience" qui sont en réalité la manifestation finale du fait que l'homme ne peut étouffer définitivement en lui sa conscience, car cette voix n'est pas celle de son " selfisme" mais celle de Dieu en lui. Cette aliée puissante de la vérité est aussi la gardienne de la liberté ultime de l'homme. l'Eglise, le magistère pontifical, ne peut en rien formuler des lois de son invention et qui iraient à l'encontre de la conscience, de l'Evangile, de la Parole divine. Ainsi, même si dans son célèbre toast porté au pape mais à la conscience d'abord, Newman sait que le pape ne peut se mettre en contradiction avec ce qui éclaire la conscience !

Dans la Lettre au duc de Norfolk, Newman conclut ses déclarations sur la conscience avec le toast souvent cité : « Si, après un dîner, j’étais obligé de porter un toast religieux - ce qui évidemment ne se fait pas -, je boirais à la santé du pape, croyez-le bien, mais à la conscience d’abord, et ensuite au pape »[20]. Ces mots que Newman a formulés avec un clin d’œil, signifient avant tout que notre obéissance au pape n’est pas une obéissance aveugle, mais une obéissance soutenue par une conscience croyante. Celui qui a accepté dans la foi la mission du pape, lui obéira aussi par conviction de conscience intérieure. Sur ce point, la conscience vient effectivement d’abord, la conscience éclairée par la foi, et ensuite le pape. Cf site des amis de Newman

Définition de la conscience par Newman

Conscience personnelle et conscience éclairée par la Foi ne s'opposent pas mais s'appuient l'une sur l'autre.
Conscience personnelle et conscience éclairée par la Foi ne s'opposent pas mais s'appuient l'une sur l'autre.
 « Ce n’est pas l’intérêt, ni le profit, ni le bonheur du grand nombre, ni le bien de l’État, ni l’honnêteté, ni l’harmonie, ni la beauté qui règlent et mesurent nos actes. La conscience n’est pas un égoïsme calculé, ni une logique de soi-même. Elle est la messagère de Celui qui, dans le monde de la nature comme dans celui de la grâce, nous parle à travers le voile, nous instruit et nous gouverne, par ses représentants. La conscience est le premier de tous les vicaires du Christ. Elle est le prophète qui nous révèle la vérité, le roi qui nous impose ses ordres, le prêtre qui nous anathématise et nous bénit. Même si le sacerdoce éternel de l’Église venait à disparaître, le principe sacerdotal survivrait à cette ruine et se poursuivrait, incarné dans la conscience ».John Henry Newman, Lettre au duc de Norfolk et correspondance relative à l’infaillibilité, Bruges 1970, 239-240

Jeudi 10 Janvier 2013
Lu 716 fois