Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Cléricalisme et sacerdoce : juger l'arbre à ses fruits et distinguer deux arbres distincts accolés



Un arbre à "deux troncs" : en réalité, deux arbres distincts accolés

Un ami versé en botanique m'expliquait qu'il existe des arbres qui peuvent donner en apparence à la fois de bons fruits et de mauvais fruits. Si on coupe le tronc en deux, on voit comme deux troncs accolés qui grimpent l'un à côté de l'autre, comme des jumeaux. De l'extérieur, on ne voit qu'un arbre. A l'intérieur, il y a en réalité deux souches, avec des racines différentes : l'une donne des fruits excellents, et l'autre des fruits détestables. 

 

Le cléricalisme contrefait le sacerdoce, parlons du sacerdoce en bien!

Nous avions cette conversation à propos de la phrase du Seigneur : "On juge l'arbre à ses fruits". Dans le cas qui nous préoccupait, il s'agissait du cléricalisme, accolé au sacerdoce. Deux arbres qui semblent n'en faire qu'un, tant le cléricalisme contrefait le sacerdoce.
C'est une nécessité de dénoncer cette contrefaçon, tout en soulignant l'importance du vrai modèle. Je pense ici, comme chacun d'entre nous, aux prêtres admirables et droits qui ont jalonné ma route. Grâce à eux, je connais le sacerdoce : service des âmes, sacrements, dévouement. 

Le cléricalisme entraîne une structure de péché dans l'Eglise : il est une déviation de l'ecclésiologie

Les récentes dispositions des instances romaines montrent un souci grandissant de préserver une saine ecclésiologie en dénonçant le cléricalisme. Des communautés fondées par des prêtres et des laïcs dont l'ecclésiologie n'est pas équilibrée vivent des dérives désormais connues : foi, moeurs, et ecclésiologie fonctionnent ensemble. Le cléricalisme inverse le rapport de service, de sacerdoce, parfois à la demande des laïcs mal formés ou manipulés : c'est alors le cumul de tous les pouvoirs par le prêtre ou par une personnalité laïque qui adopte un fonctionnement cléricaliste : confession et/ou accompagnement, organisation, argent, etc.

A quoi reconnait-on réellement une dérive cléricaliste individuelle ou communautaire?

Il ne faudrait pas couper, des deux arbres accolés, celui qui est sain et porte de bons fruits. Le cléricalisme aura le même aspect : c'est un arbre qui imite bien le tronc mais dont les fruits sont pourris : la crise des abus est le signe de quelque chose de plus profond. Le cléricalisme est en réalité une attaque contre toute l'Eglise. Mais le vrai sacerdoce a des racines qui résistent à cette attaque. 
Comment faire la différence, donc, entre les deux, cléricalisme et sacerdoce ?
Ce n'est pas la force de la personnalité du prêtre, ni les attroupements autour de lui qui font de lui un gourou : un prêtre a le droit d'être un leader, un fondateur, d'attirer non pas  à lui mais au Christ dans des oeuvres rayonnantes. Mais le prêtre qui vit le sacerdoce du Christ ne cumulera pas les autorités : il laisse libre. Par exemple, il ne confesse jamais les responsables du gouvernement de la structure qu'il a fondée ou qu'il dirige, ce serait les manipuler de l'intérieur.

Le gourou peut être très discret et très pervers

Certains gourous, prêtres ou laïcs, sont très discrets en apparence. Mais ils cumulent tous les pouvoirs sur les personnes. Un laïc peut en ce sens vivre le cléricalisme aussi : en devenant une sorte de prêtre de substitution, tout puissant. Mais encore une fois, ce n'est pas une question d'apparence ou de tempérament mais de cumul des pouvoirs : il faut donc regarder qui accompagne (et confesse), qui dirige spirituellement, qui organise quoi, et si c'est en fin de compte une seule et même personne, on risque fort de trouver la mise en place d'une structure cléricaliste.

La structure de péché cléricaliste se repère au mélange du for interne et du for externe

Le mélange et le cumul du for interne et du for externe consiste à cumuler tous les pouvoirs sur les consciences : confession, accompagnement spirituel, travail, politique, santé, argent, tout y passe. Lorsque ce cumul est institutionnalisé, une structure de péché se met en place. Elle permet de garder le pouvoir. Elle va fuir les enquêtes de terrain et le droit canon, notamment l'interdiction de cumuler accompagnement au for interne et gouvernement. De ce cumul naissent presque toutes les crises de gouvernement actuelles dans les structures ecclésiales où les fondateurs ignorent le droit canon !

Le prêtre de ma paroisse est brillant, serviable, il attire les jeunes, il fonde des oeuvres qui marchent : est-il un gourou cléricaliste?

Revenons à  nos deux troncs accolés : ils se ressemblent. Etre brillant ou discret n'est pas un critère de discernement. Il ne faudrait pas couper des arbres sains ! 
En revanche, confesser et accompagner personnellement les personnes, puis les engager dans une structure d'évangélisation que l'on dirige pose immédiatement la question du cumul et donc du risque de cléricalisme ou d'abus. 

Juger l'arbre à ses fruits

Il nous semble que l'urgence est de former les consciences à cette liberté adulte de la foi : ne pas remettre à qui que ce soit tous les aspects de sa personne, ne donner au confesseur que son rôle de confesseur et/ou d'accompagnateur spirituel, ne pas en faire son psychologue mais s'adresser à un psychologue de métier, être prudent financièrement, etc. 
 

Dans la même œuvre ou communauté, la racine sacerdotale peut être saine : vérifier les gardes-fous

Le risque de la dénonciation active et urgente du cléricalisme réside dans l'amalgame et le jugement rapide, superficiel : ce qu'il faut trouver, ce sont des faits. Et des faits de cumuls des autorités, de mélanges du for interne/externe. Si on les repérait assez tôt (ils ne sont pas encore des péchés!), on stopperait la mise en place de la structure de péché.

L'arbre peut donc rester sain, et le sacerdoce ne pas dévier et porter de beaux fruits. L'arbre peut aussi développer quelques branches mortes et être élagué. Il peut se trouver avec un tronc parasite facile à couper dès le départ. Ou bien un tronc jumeau aux racines pourries peut s'accoler à lui et produire des fruits que l'on prendra pour ceux de l'arbre sain. 

La crise du cléricalisme est une crise ecclésiologique dont le symptôme est le mélange du for interne et du for externe et le remède la formation de la conscience : "juger l'arbre à ses fruits"!

Vendredi 11 Février 2022
Lu 436 fois

Dans la même rubrique :














1 2