Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

La personne pivot et la structure vertueuse (en devenir)



On peut toujours réformer une structure non vertueuse

Nous avons évoqué les structures de péché : elles se "tissent" autour d'une personne ou d'un groupe qui développe et cache un péché derrière une façade ecclésiale. Quand la structure de péché est mise à jour et stoppée, la personne "leader" qui exerce un leadership négatif apparaît au centre du fonctionnement d'une façon particulière : elle est la personne pivot, selon la systémique, qui dirige la structure de péché. 

Cette personne pivot centralise le for interne, le for externe, les finances, les relations humaines, la psychologie de groupe, etc. Tout passe par elle. Quand elle est retirée de la structure (nous parlons ici sans jugement de personnes mais en analyse systémique), le système s'adapte aussitôt pour retrouver son équilibre. Il va alors remplacer la personne pivot par une autre personne pivot! La structure n'est plus une structure de péché mais peut rester une structure non vertueuse.

La personne pivot de la structure non vertueuse peut enclancher le changement

Imaginons un gourou qui formate un groupe. Démasqué, le gourou quitte la structure. Une réforme s'ensuit pour continuer ce qui ne relevait pas du péché individuel dans la structure : service, organisations caritatives, etc. Comme la personne pivot a quitté la direction, on choisit une autre personne ou un groupe pour prendre la relève. La nouvelle personne ou équipe pivot peut avoir été formée ou formatée par la personne pivot précédente. Il importe alors de vérifier que la structure ne reste pas une structure de péché : la personne/groupe pivot doit se montrer indépendante de la personne pivot précédente en "pensées et en actes". Pour cela, elle doit être entièrement libre au for interne (plus d'injonctions du gourou!) et au for externe (autonomie de l'organisation). 

En général, la personne pivot qui prend le relais répartit les tâches en défaisant la structure non vertueuse : destructuration de la pyramide organisationnelle, correction de l'absence de feed back, clarification du manque de transparence, mise à plat des finances, vérité et réparation envers les victimes, et, très important, autonomie au for interne et au for externe des personnes de la nouvelle structure. La personne/groupe pivot de la nouvelle structure tend vers la structure vertueuse.

Structure vertueuse durable

La personne pivot ( ou le groupe pivot) qui pilote le changement doit instaurer une phase d'homéostasie, en termes simples, une phase de pause et d'installation du changement dans la durée. C'est à ce moment que la structure devient vertueuse. Il arrive alors que la personne ou le groupe pivot passe le relais au cours d'élaboration de statuts qui entérinent un changement compris et admis. Quand ce n'est pas le cas, la structure non vertueuse peut redevenir structure de péché autour d'une personne/groupe pivot qui reproduit les schémas du groupe initial. Dans cette étape délicate, une vérification s'impose qui s'avère primordiale : l'absence de gouvernement par accompagnement interposé de la nouvelle équipe qui continuerait d'en référer à l'ancienne...

Pour établir une structure vertueuse durable, la participation de toutes les personnes impliquées dans la structure est indispensable. Cette participation appelle un accompagnement au changement, une définition du système à quitter (structure de péché), une observation de la structure intermédiaire non encore vertueuse et des critères à valider pour atteindre la structure vertueuse stable.

Une structure ecclésiale est toujours une structure vertueuse en devenir. " Ecclesia semper reformanda". Mais face aux chocs des dévoilements traumatisants de structures de péché, il importe d'accompagner le changement étape par étape en montrant le but possible à atteindre : la structure vertueuse stable. 

 

L'impondérable positif

La Ciase a souligné l'aide que l'analyse systémique peut apporter dans la crise ecclésiale actuelle. Cependant, tout système humain fonctionne en boucle, avec un éternel recommencement du cycle des crises. L'Eglise possède un impondérable positif qui échappe à toute analyse uniquement systémique, ou plus exactement, elle est un système humano-divin. L'impondérable positif qui la rend toujours victorieuse s'appelle la structure vertueuse par excellence : les mérites du Christ sur la Croix. Voilà pourquoi la structure vertueuse stable est possible, en devenir en ce monde et déjà advenue pour ce que la théologie appelle l'Eglise triomphante, celle qui est déjà au terme. Il n'est pas inutile de demander un coup de main aux saints! Car dans l'Eglise, la personne pivot, le groupe pivot de la structure vertueuse, c'est le Christ entouré des saints.

AC

Jeudi 16 Juin 2022
Lu 157 fois

Dans la même rubrique :














1 2