Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Sainte Cécile, patricienne, romaine ,fiancée, vierge, apôtre, consacrée, martyr....



Patricienne

Sainte Cécile est ici représentée dans ses atours de Vierge consacrée ( la lampe fait allusion aux Vierges Sages de l'Evangile qui attendent l'Epoux). Elle porte en main la palme de son martyr et sa robe évoque les robes portées par les femmes martyrs sur les mosaïques paléochrétiennes.
Sainte Cécile est ici représentée dans ses atours de Vierge consacrée ( la lampe fait allusion aux Vierges Sages de l'Evangile qui attendent l'Epoux). Elle porte en main la palme de son martyr et sa robe évoque les robes portées par les femmes martyrs sur les mosaïques paléochrétiennes.
Cette Romaine d'une grande famille patricienne romaine mérite d'être connue! On situe son martyr probablement en 177, un an avant les martyrs de Lyon, mais peut-être un peu plus tard selon les différents archéologues et historiens. Quoi qu'il en soit, elle rayonne entre 170 et 210 et meurt très jeune, puisque fiancée à Valérien ( ou à un Romain noble que son exemple convertira, l'amalgame de plusieurs histoires véridiques est possible selon les sources antiques compilées toutes ensemble et finalement mélangées pour la plus grande joie des enquêteurs!)

 

Romaine

L'actuelle église Sainte Cécile du Trastevere, construite sur la Domus Caecillia. Les fouilles ont mis à jour de nombreux vestiges paleochrétiens.
L'actuelle église Sainte Cécile du Trastevere, construite sur la Domus Caecillia. Les fouilles ont mis à jour de nombreux vestiges paleochrétiens.
Patricienne : la famille Cécilia était un nom célébrissime à Rome. Cécile évolue dans un milieu riche, cultivé, elle n'est pas cloîtrée ou enfermée, elle hérite d'une Domus, d'un titre et d'une fortune. Habillée comme les femmes patriciennes de son temps, elle ne porte pas encore le voile de la femme mariée, le flaminium. Ses atours de patricienne n'interdisent pas les bijoux, mais ne permettent pas le mauvais goût non plus : noblesse oblige, les familles patriciennes romaines ne sont pas toutes décadentes à la façon des Peplum américains caricaturaux. Cécile appartient donc à cette catégorie de Romains qui respectent les moeurs familiales et héroïques romaines ( basées sur les héros plus ou moins légendaires que la littérature nous a transmis), les traditions de sacrifice pour Rome, de fidélité, de loyauté, de service, ce que nous appellerions " service de l'Etat". C'est en grande partie dans cette catégorie de Romains que de nombreuses conversions s'opèrent discrètement comme le souligne Dom Guéranger dans sa très complète Vie de Sainte Cécile : des chrétiens insérés dans la vie quotidienne romaine, dans les rouages du fonctionnement impérial, dans les alliances matrimoniales, dans le commerce, dans l'armée, etc...

C'est ainsi que la Domus de Cécile deviendra une église domestique clandestine au long des siècles de persécutions. Puis, après Constantin et la possibilité de sortir à ciel ouvert pour les Chrétiens, cette Domus deviendra un des plus ancien Tituli de Rome : une des premières paroisses de l'Eglise romaine, dans le Trastévere. L'actuelle église Sainte Cécile est bâtie sur cette église domestique première, signe de la conversion de toute la Domus cécilienne après son martyr et dans les temps de clandestinité.

 

Fiancée

Femme Romaine et patricienne, Cécile n'avait pas la liberté de choisir elle-même son fiancé et époux. Et pourtant, elle a choisi. Elle a épousé le Christ. Ce mariage mystique ( mystique signifie : union) ne pouvait se faire au grand jour sous peine de mort. On imagine facilement les conséquences de ce choix : si le père patricien de Cécile n'est pas chrétien, comment garder chez lui sa fille nubile et non mariée au cours des années sans que des prétendants, de bons et honnêtes partis, ( pas forcément le Romain païen dépravé, même si le cas de figure s'est présenté plus tard par exemple pour sainte Céline de Meaux, autre Vierge Consacrée célèbre) ne demandent la main de ce riche parti? En épousant le Christ, Cécile sait déjà qu'elle s'expose au martyr. D'après la Legenda, c'est-à-dire non pas un récit imaginaire au sens de légende, mais un récit " devant être transmis" - legenda, ce qui doit être lu- Cécile s'est trouvée dans la situation compliquée suivante : patricienne non mariée, officiellement héritière et en âge d'être accordée en mariage par son père, elle est aussi secrètement chrétienne, et a décidé d'épouser le Christ. C'est alors que se présente un fiancé, que l'on nommera Valérien selon la Legenda. Que va faire Cécile?

Vierge et apôtre

La mosaïque de l'abside, du IXe siècle, montre Jésus avec Saint-Paul, Agathe et Valérien à sa droite ; Saints Pierre et Cécile à sa gauche. Puis, tout à gauche, portant une maquette d'église à la main, Pascal, encore en vie à l'époque où furent réalisées ces mosaïques, d'où son nimbe carré et bleu. Cécile porte ses habits de patricienne, tout comme Agathe, autre Vierge consacrée martyr citée dans la plus ancienne prière eucharistique.
La mosaïque de l'abside, du IXe siècle, montre Jésus avec Saint-Paul, Agathe et Valérien à sa droite ; Saints Pierre et Cécile à sa gauche. Puis, tout à gauche, portant une maquette d'église à la main, Pascal, encore en vie à l'époque où furent réalisées ces mosaïques, d'où son nimbe carré et bleu. Cécile porte ses habits de patricienne, tout comme Agathe, autre Vierge consacrée martyr citée dans la plus ancienne prière eucharistique.
Valérien se présente donc pour épouser cette jeune femme certainement belle, indubitablement parée des vertus romaines antiques et rayonnant d'une pureté dont il ignore encore la source. Cet événement met Cécile dans le dilemme de la fidélité au Christ d'abord comme simple chrétienne : cette religion est persécutée parce qu'elle n'accepte pas les dieux de la Rome Antique. Cécile ne sacrifiera pas aux faux dieux si on l'y force. Elle risque déjà le martyr de par son baptême. 
Plus encore, à ce baptême qui ne lui interdit pas d'épouser un non-chrétien, elle a ajouté le choix de la virginité, du célibat pour le Royaume. Oser choisir n'était pas admis pour les femmes, choisir en outre d'épouser le Dieu d'une religion interdite semble une rébellion qui porte atteinte aux fondements de la Rome patricienne. Et cela en est une : Cécile se montre par son choix d'une liberté qu'on ne reconnaissait ni à la Foi, ni à la Femme ! L'affrontement est donc inévitable. Cécile choisit de dire à son époux non choisi qu'elle en a choisi un Autre bien avant. Le mariage avec Valérien ne sera donc pas consommé, Cécile préférant le Célibat pour le Royaume et la virginité. Valérien respectera ce choix ( elle ne lui laisse d'ailleurs pas d'autre option!), mais il respectera au point de faire un choix identique et de mourir lui-aussi pour le Christ.

En vertu de sa consécration baptismale, Cécile se fait l'apôtre de son milieu patricien et de tous ceux que ce milieu atteint : la " clientèle" de la grande famille romaine- cette famille " élargie" qui entoure chaque grande gens romaine et forme une sorte de clan- comprend des gens de toute condition : esclaves, affranchis, nobles patriciens. Cécile devient par son témoignage chrétien l'apôtre de tous. A partir du moment où elle refuse d'épouser Valérien, elle se dit Chrétienne et le proclame à tous. Son procès retentit dans tout Rome. Cette femme aurait pu comme beaucoup d'autres se marier et rester secrètement chrétienne, ce qui n'était pas répréhensible et se produisait fréquemment. Mais Cécile appartient aussi à la catégorie de celles et ceux qui ont choisi le Célibat pour le Royaume.

Consacrée

Cécile ne méprise pas Valérien, bien au contraire. Elle a déjà donnée son âme qui plus est, son corps au Christ. Valérien se voit expliqué que sa fiancée ( malgré elle et à cause de l'absence de liberté de la femme romaine) est déjà mariée : elle a reçu le flaminium, ou le reçoit aussitôt en vertu de son libre choix, des mains de l'Eglise, et du pape de cette époque, ou bien de son vicaire, Urbain. Cécile est une des premières Vierges Consacrées qui ose dire au monde romain : le Christ que vous persécutez est mon Epoux, il est l'Epoux de l'Eglise toute entière, de tous les baptisés que vous condamnez à mort. 

Ainsi, Cécile a vécu une vie ordinaire, dans sa condition normale de patricienne, sans changer de milieu, mais en évangélisant ce milieu au prix de son sang. 

Martyr

À Rome Maderno exécuta de nombreuses sculptures reproduisant les canons antiques et sa production représente la passage entre le maniérisme et le baroque.  Son chef-d'œuvre est la figure en marbre blanc de sainte Cécile qui reproduit fidèlement la position du corps retrouvé de la martyre pendant les fouilles de restauration de l'église de Santa Cecilia en Trastevere en 1599, où il est conservé encore aujourd'hui. Cette réalisation lui valut son élection à Accademia di San Luca en 1607 et accrut sa réputation.
À Rome Maderno exécuta de nombreuses sculptures reproduisant les canons antiques et sa production représente la passage entre le maniérisme et le baroque. Son chef-d'œuvre est la figure en marbre blanc de sainte Cécile qui reproduit fidèlement la position du corps retrouvé de la martyre pendant les fouilles de restauration de l'église de Santa Cecilia en Trastevere en 1599, où il est conservé encore aujourd'hui. Cette réalisation lui valut son élection à Accademia di San Luca en 1607 et accrut sa réputation.
Le témoignage de Cécile porte sur deux réalités : elle est baptisée et reste Romaine et patricienne, elle est mariée avec le Christ et reste célibataire pour le Royaume : " Il y a ceux qui ne se marient pas, en vue du Royaume", a dit le Seigneur. C'est le charisme de Cécile, de rester dans son milieu ordinaire, sans changer de mode de vie ( les moniales, les religieuses viendront dans les siècles suivants), bref d'être de son siècle ( au sens de la sécularité : Cécile, en termes modernes, serait appelée Vierge consacrée en plein monde, en plein siècle).
La legenda rapporte que le procès de condamnation à mort de Cécile la vit expliquer la Foi chrétienne à tout le tribunal, à sa gens, à la société romaine toute entière : ce ne fut pas un mince événement pour le monde romain que de voir une de ses filles proclamer ainsi publiquement son amour du Christ devenu union au même titre qu'un mariage et donc son mariage mystique , son adhésion à l'Eglise, sa foi trinitaire. 

Lorsque l'on retrouva la tombe de Cécile à la suite de recherches guidées par la Legenda et par l'archéologie, ceux qui ouvrir son tombeau trouvèrent le corps encore intact dans la position reproduite par le sculpteur, témoin à l'ouverture du caveau : Cécile manifestait encore sa Foi trinitaire en un geste bien connu de la liturgie : les doigts repliés pour dire le 3 de la Trinité unie en un seul geste. A nouveau, cette fois à l'époque de la Renaissance, la Vierge Consacrée fut l'apôtre de Rome. Si on en a fait l'apôtre des musiciens, c'est que sa légende fut chantée et reste chantée au cours des siècles. Rien d'imaginaire en tout cela, mais une personnalité qui a traversé l'histoire et marquée l'Eglise. On peut aussi considérer Cécile comme modèle de l'Ordo Virginum, l'ordre des Vierges Consacrées vivant dans le monde et dans les conditions ordinaires de chaque milieu social d'appartenance tout en y proclamant par le célibat choisi volontairement le Royaume du Christ et l'Eglise Epouse du Seigneur.

Bosio, archéologue de la Renaissance, redécouvrit l'emplacement exact et la tombe de Sainte Cécile en se basant sur la Legenda et sur des recherches scientifiques. Lorsqu'il redécouvrit le corps de Cécile, la tombe fut ouverte en présence de témoins, dont le sculpteur Maderno. Tous eurent la stupéfaction de découvrir un corps intact, témoignage impressionnant d'un martyr douloureux et paisible à la fois. La position du corps et notamment l'étonnant geste trinitaire jusque dans la mort furent fidèlement reproduit par Maderno.
Bosio, archéologue de la Renaissance, redécouvrit l'emplacement exact et la tombe de Sainte Cécile en se basant sur la Legenda et sur des recherches scientifiques. Lorsqu'il redécouvrit le corps de Cécile, la tombe fut ouverte en présence de témoins, dont le sculpteur Maderno. Tous eurent la stupéfaction de découvrir un corps intact, témoignage impressionnant d'un martyr douloureux et paisible à la fois. La position du corps et notamment l'étonnant geste trinitaire jusque dans la mort furent fidèlement reproduit par Maderno.


Samedi 22 Novembre 2014
Lu 1340 fois