Ni laïque, ni religieuse? La spécificité de la Vierge consacrée.



Un héritage historique partagé entre la virginité en plein monde ( célibat apostolique) et les moniales cloîtrées.

Marie entourée de Sainte Praxède et sainte Pudentienne, les deux premières Vierges reconnues à Rome ( Eglise sainte Praxède, près de sainte Marie Majeure). A l'épqoue, la vie religieuse n'existe pas encore, elle est en germe dans la Virginité chrétienne.
Marie entourée de Sainte Praxède et sainte Pudentienne, les deux premières Vierges reconnues à Rome ( Eglise sainte Praxède, près de sainte Marie Majeure). A l'épqoue, la vie religieuse n'existe pas encore, elle est en germe dans la Virginité chrétienne.
Les jeunes vocations pour l'Ordo Virginum en plein monde ont une " configuration" double : certaines viennent d'essais de vie religieuse qui ont confirmé un appel à la virginité, tout en démontrant que ce n'était pas la vie religieuse qui était faite pour elles.

Se tournant ensuite souvent vers les communautés de laïcs vivant le célibat pour le Royaume, ( souvent dénommés laïcs consacrés bien que le droit canon ne reconnaisse pas ce terme), ces mêmes vocations découvrent que ce n'est pas encore tout à fait cela, et que la vie communautaire laïque dans des instituts ou communautés rattachés à la spiritualité d'un fondateur ou d'une fondatrice n'est pas leur appel.
Alors, ni laïque consacrée, ni religieuse?

Laïques ET religieuses, dans les premiers siècles, en deux branches historiques de l'ordo Virginum

En réalité, en terme de droit canon, la question est complexe. Cela touche à la question de la bi-partition et de la tri-partition des fidèles, (un problème canonique très technique qui a son importance et ses difficultés) :

En bipartition, on distingue les ordonnés et les non-ordonnés ( donc les laïcs. Dans cette bi-partition, tous ceux qui ne sont pas prêtres ou évêques sont des laïcs, y compris...les religieux! Dans ce cas, si la Vierge consacrée n'est ni laïque, ni religieuse, elle n'est...rien). Et la tri-partition, qui veut que les consacrés, religieux ou laïcs, soit un état à part entière, composé de célibataires pour le Royaume tout confondu ( instituts séculiers, communautés nouvelles, religieux, Ordo Virginum, etc). Mais la tripartition regroupe des personnes séculières vivant en plein monde avec les caractéristiques laïques, et des personnes religieuses vivant la séparatio mundi). En bi-partition comme en tri-partition, l'Ordre des Vierges garde deux branches distinctes fortement différenciées, ceci étant dû à son évolution historique. Nous allons nous exprimer en bi-partition, sachant qu'en réalité, il n'y a pas de changement concret dans le raisonnement et les modalités de vie quand on raisonne en tri-partition pour le cas de l'Ordo Virginum, voici pourquoi :


Nous pouvons résumer le cas particulier de l'Ordo Virginum en faisant appel à son "Proprium", ce qui lui est propre. Or, ce qui lui est spécifique, c'est une grâce historique : l'Ordo Virginum commence par le célibat apostolique laïque, avec des femmes vivant dans leur milieu d'origine, dans leur famille, sans changer de lieu ni de conditions de vie. On connait sainte Cécile, sainte Agnès, Sainte Geneviève, etc...

Puis apparaissent les regroupements de Vierges vivant en commun, ce qui évoluera vers la vie des moniales cloîtrées. Les deux formes d'Ordo Virginum cohabitent dans un grand respect, autour des nombreuses vierges martyrs des premiers siècles, puis des saintes vivant en plein monde, ou en monastères. Toutes recoivent la même consécration liturgique, première et majeure spécificité de l'Ordo Virginum. Puis historiquement, les moniales prennent le pas sur celles vivant en plein monde.

Le Proprium de la branche vivant en plein monde

Depuis la renaissance de l'Ordo Virginum vivant en plein monde, à Vatican II, le rituel de 1970 unit et différencie nettement les deux branches. La branche historique et originelle des Vierges vivant en plein monde, donc avec toutes les caractéristiques de la vie laïque ( milieu de vie, habillement, vie de travail, témoignage en plein monde), a justement pour proprium la caractéristique laïque, en plus du proprium commun à toutes les Vierges vivant en plein monde ( consécration liturgique, spiritualité propre de l'Eglise, Vierge et Epouse). Le lien diocésain avec l'évêque, pour celles vivant en plein monde, les différencie des laïques consacrées vivant en communauté nouvelle ou en institut séculier et les rattache à la spiritualité propre ecclésiale et diocésaine de l'Ordo Virginum.

Leur mode de vie en plein monde et laïc, absolument différent de la vie religieuse, les différencie tout autant. N'ayons pas peur de parler de célibat laïc pour le Royaume en ce qui concerne la Virginité de l'Ordo Virginum en plein monde. Il a justement été l'enjeu de Vatican II et de l'apostolat des laïcs dont font partie les Vierges vivant en plein monde. Il a autant de valeur et d'importance que le célibat religieux. L'enjeu n'est-il pas justement de permettre l'épanouissement du célibat pour le Royaume dans ses formes laïques qui ne cessent de surgir depuis Vatican II?

L'Ordo Virginum a donc deux branches, le respect du propium de chacune des branches permettra le renouveau de l'ensemble : des vocations pour l'Ordo Virginum monastique et pour l'Ordo Virginum laïc en plein monde. La même logique ou reconnaissance du Célibat laïque à côté du célibat religieux, sans les assimiler ni les confondre en tentant de les regrouper, devrait permettre un nouvel essor de toutes les vocations au Célibat pour le Royaume. 

Donc, soit laïque, soit religieuse, la Vierge consacrée est au service de l'ensemble de l'Eglise.

Une Vierge consacrée

 

Mercredi 18 Juillet 2018
Lu 200 fois