Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

La Vierge Marie a-t-elle fait le voeu de virginité?



Voeu canonique avant l'heure ?

La Vierge Marie est celle qui a vécu le célibat pour le Royaume dans la virginité la plus parfaite. Selon saint Thomas, lorsqu'elle déclare "comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d'homme?", sa réponse à l'ange Gabriel implique qu'elle a décidé de demeurer vierge.
Bien entendu, il n'y a pas dans ce "voeu" implicite de forme canonique : la Vierge Marie ne peut avoir prononcé un voeu religieux canonique qui ne prendra forme que 12 siècles plus tard.

Si on regarde la forme la plus ancienne et proche historiquement de l'engagement à la virginité de Marie, on trouve l'ordre des Vierges. Cette tradition, qui remonte aux premiers siècles romains, ne parle pas de voeu. Les Vierges définies canoniquement au IVe siècle prononce un "propos de virginité" qui est l'équivalent d'un mariage canonique (et même civil, puisqu'il s'agit de remettre le voile de la femme mariée à une vierge dans le monde, et au début, dans le monde gréco-romain pour lequel ceci est une révolution totale) : différence notable, dont le modèle est Marie et l'Eglise, c'est Dieu qui est l'époux.

Propos de virginité, voeu religieux, voeu privé, promesse : célibat pour le Royaume

Saint Thomas, confronté à la très violente opposition qui cherchait à empêcher les Ordres mendiants, a renforcé son argumentation autour de l'argument de perfection. Son époque est "pyramidale" : les parfaits sont au sommet de l'organisation, sociale comme religieuse. Si la vie religieuse recherche le chemin le plus parfait, alors les voeux vont renforcer la volonté de celui ou celle qui se donne à Dieu pour atteindre le sommet de la pyramide organisationnelle ecclésiale. Cette perfection se rattache à celle de Marie et reste une définition liée aux circonstances historiques et canoniques de l'époque de Thomas. Tout comme le propositum de l'Ordre des Vierges, qui remonte plus loin dans le temps mais reste lui aussi lié aux circonstances ( notamment les persécutions des premiers siècles, et se fond dans la masse qu'il lui faut conquérir de l'intérieur). 
Les promesses dans le laïcat consacré (instituts) ou engagements au célibat pour le Royaume des Instituts séculiers (nés en 1947) ou bien le célibat apostolique des prélatures (même époque), sont eux aussi des expressions historiques d'une réalité multiforme que seuls Jésus et Marie (ajoutons Joseph) ont vécu dans sa perfection.
 

La notion commune : le célibat pour le Royaume

Dans Matthieu 19, Jésus donne une expression qui regroupe tous les engagements à le suivre dans cette voie particulière : "il y a ceux qui ne se marient pas en vue du Royaume". L'expression Célibat pour le Royaume nous semble, par son origine évangélique dans la bouche même du Seigneur, plus importante et fédératrice que l'expression de voeu, qui n'est qu'une facette de la réalité de cette manière de suivre le Seigneur. Et donc, pour reprendre la question de savoir si Marie a prononcé un voeu de virginité : nous ne le savons pas, car l'Evangile ne le dit pas : il aurait rapporté une phrase d'engagement, un voeu solennel comme on en voit dans la Bible, un moment précis avec des témoins. Rien n'est dit, laissant l'intimité et la splendeur de la virginité de Marie rayonner à partir de ce qui est dit d'essentiel.  Nous savons donc qu'elle a vécu le célibat pour le Royaume en disciple de son Fils avant même la naissance de son Fils, et que chez elle, le célibat pour le Royaume a pris une forme unique et éminente : virginité perpétuelle et mariage avec Joseph puis virginité vécue en couple. Leur décision, propositum, voeu de virginité ne se connaît pas par sa forme éventuelle mais par le modèle qu'ils ont annoncé, puis suivi : Jésus Lui-même, Epoux de l'Eglise et de l'humanité, incarnation du Royaume.

Par la suite, le célibat pour le Royaume est le célibat du Christ lui-même, que vivront ses premiers apôtres, suivis de nombreux autres célibataires pour le Royaume. Ce sera le célibat apostolique, lié aux circonstances historiques des apôtres et des premiers chrétiens, hommes et femmes.

Le célibat pour le Royaume ( Le Christ étant le Roi, et le Royaume, il s'agit donc du célibat pour le Christ) peut donc être vécu canoniquement de multiples façons : célibat sacerdotal, religieux, propositum de l'ordre des vierges, voeu privé, et même absence canonique de forme d'engagement mais célibat pour le Royaume effectif vécu comme simple fidèle baptisé : tous sont aussi "parfaits" aux yeux de Dieu. Ce sont ses nombreuses facettes, ajoutées et polies au fil du temps, qui donnent sa beauté à l'unique diamant du Célibat pour le Royaume au cours de l'histoire de l'Eglise.

AC

Mardi 8 Février 2022
Lu 208 fois