Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Ordo Virginum : que veut dire le mot "consacrée" dans l'appellation Vierge Consacrée?



Un célibat pour le Royaume autre que les trois voeux.

La Vierge consacrée n'a pas les obligations de la vie consacrée au sens des trois voeux religieux ( pauvreté, chasteté, obéissance) mais les obligations, et la grâce, de la virginité consacrée. La différence est concrète et visible dans la vie quotidienne : pas de communauté, pas de " supérieure", mais l'engagement total dans le célibat pour le Royaume dans une forme individuelle. Cette forme individuelle n'est pas individualiste, encore moins solitaire! Et la pauvreté, ainsi que l'obéissance, sont vécues dans une forme spécifique, tout comme les gens mariés ont eux aussi leur forme spécifique de chasteté, de pauvreté et d'obéissance. La chasteté de la Vierge Consacrée implique par contre un célibat pour le Royaume ratifié par la consécration liturgique.

La consécration liturgique

La consécration liturgique de la Vierge Consacrée vivant en plein monde, remise à l'honneur par Vatican II, sépare nettement le Célibat pour le Royaume selon les trois voeux, et le célibat pour le Royaume selon la consécration liturgique. Historiquement, et c'est très déterminant, la consécration liturgique devance les troix voeux religieux dans l'Eglise de plusieurs siècles. Ce sont d'abord des femmes vivant en plein monde, des Vierges romaines comme Sainte Praxède, sainte Cécile, Sainte Agnès, qui reçoivent la consécration liturgique. Elles ne quittaient pas leur famille, leur mode de vie, et ne se distinguaient que par leur " mariage mystique" : ce terme, repris dans le canon 604 du CIC de 1983, donne le fondement liturgique et théologique de la consécration dans l'Ordre des Vierges.


Une deuxième étape historique, vers le 5ème siècle, a vu le regroupement en communautés organisées des femmes vivant le célibat pour le Royaume : c'est l'apparition des Moniales, notamment Bénédictines, qui reçoivent alors la même consécration liturgique dans sa racine : " le mariage mystique" avec l'unique Epoux.

On a alors les deux formes de Célibat pour le Royaume qui cohabitent jusqu'au 13éme siècle environ, si on considère très schématiquement l'histoire du Célibat pour le Royaume féminin. 
C'est alors l'apparition de la vie religieuse et la formulation des troix voeux dans leur forme canonique, avec l'apport essentiel de Suarez et Saint Thomas d'Aquin. 

A partir de là, la forme de Célibat pour le Royaume vécu en plein monde, dans les conditions de vie ordinaire des laïques, semble disparaître au profit du modèle prédominant de la vie religieuse, plus conforme aux temps et à l'évolution de la société de ces siècles passés extrêmement féconds. Mais il semble qu'un arbre, certes magnifique, cache la forêt!

Le fleuve unique de la consécration baptismale fait pousser des arbres d'espèces différentes!

La virginité consacrée refait donc surface, sous des formes laïques, en plein monde, au sens où des femmes s'engagent au Célibat pour le Royaume non religieux, sans les troix voeux religieux, avec des nuances et des variantes nombreuses : voeux privés, instituts séculiers, communautés nouvelles, formes a-canoniques vécues toute la vie, engagement personnel...


C'est le baptême qui irrigue ces formes de consécration dans le Célibat pour le Royaume. La consécration commune et source est uniquement celle du baptême, et l'expression vie consacrée, longuement et à tort confondue avec les trois voeux religieux, ne recouvre plus la même réalité. 

Dans les faits, le baptême donne naissance à des vocations extrêmement nuancées. Le Célibat pour le Royaume dans sa forme féminine est toujours consécration d'abord baptismale, puis vie de chasteté : virginale toute la vie, ou engagement total à partir d'un moment donné à ne pas se marier et à vivre définitivement l'abstinence complète. 

Engagement virginal et abstinence complète après conversion ou appel vocationnel.

L'engagement virginal ou l'abstinence complète décidée en réponse à un appel à suivre une vie autre prend ses deux modèles féminins chez la Vierge Marie et Sainte Marie Madeleine. Saint Ambroise donnait aux Vierges de Milan pour modèle Marie-Madeleine, autant que la toute Vierge, pour éviter toute forme d'orgueil  doublé d'une fausse idée du Célibat pour le Royaume vécu dans la condition pécheresse!

" Pures comme des anges, orgueilleuses comme des démons," dira-t'on des Vierges de Port Royal. Canoniquement, le rappel de cette saine théologie est inscrit dans la demande concernant l'appel à la consécration liturgique des Vierges Consacrées : n'avoir jamais été mariée, n'avoir jamais vécu publiquement en concubinage. Le reste relève du for interne et du discernement vocationnel. La psychologie moderne, la connaissance des conditions de vie de la femme dans nos sociétés, la dimension de la Miséricorde, équilibrent virginité corporelle et virginité du coeur.


 

Vierge consacrée en plein monde, une disponibilité différente, un mode de vie ordinaire.

Le fleuve baptismal va donc faire pousser sur ses rives des espèces d'arbres variées : les Vierges consacrées vivant en plein monde étonnent ceux qui les considèrent de façon erronée sur le modèle des religieuses, des instituts séculiers, des communautés nouvelles : encore une espèce à savoir reconnaître pour ne pas tuer l'Esprit et tout uniformiser!


Des exemples de la vie concrète : vivant en plein monde, la Vierge consacrée ne peut quitter son travail car elle n'est pas soutenue financièrement par une communauté ou un mouvement ou une association ; même une association de Vierges consacrées comme il commence à s'en créer en accord avec le droit canon pour un soutien mutuel (ou la nécessité de se faire connaître dans l'Eglise sans être assimilées à une autre vocation), même une association de Vierges consacrées n'a pas pour but de financer le travail quotidien de ses membres. La Vierge consacrée n'a pas de filet de sécurité communautaire.

Dans le domaine temporel, la Vierge consacrée doit être respectée comme le serait une mère de famille travaillant dans un diocèse ou une célibataire laïque, seule juge en conscience de ce qui lui est possible sans se retrouver en difficulté ! Il faut parfois expliquer longuement aux prêtres et évêques habitués à la vie consacrée religieuse que la vie consacrée dans l'Ordre des Vierges est très, très différente dans ses formes et modalité. En cela, on peut dire que les Vierges consacrées vivant en plein monde sont pleinement des laïques, vivant dans les conditions et évangélisant les réalités temporelles décrites par Lumen Gentium. L'Ordre des Vierges vivant en plein monde a à la fois une spiritualité virginale ( Sponsa Christi) et laïque ( vivant en plein monde dans la vie ordinaire des fidèles baptisés)


Il existe un débat qui fait des Vierges consacrées des non laïques en vertu de la vie consacrée...la quadrature du cercle pour des femmes vivant en plein monde et non soutenues temporellement par une communauté ou une association. Quelle que soit l'école canonique ou théologique, il suffit de rappeler clairement la différence sur laquelle nous insistons encore : le Célibat pour le Royaume, vécu dans l'Ordre des Vierges vivant en plein monde, a les formes temporelles de la vie laïque, et n'a pas les spécificités de la vie religieuse. Rappelons ici à toute fins utiles que Vatican II a nettement redit la possibilité d'un célibat pour le Royaume laïc ( dans la définition canonique de l'article 207 du CIC, il s'agit d'un Célibat pour le Royaume non ordonné et non religieux). En clair, seule la vie religieuse change la condition laïque ou ordonnée du fidèle qui prononce les voeux. Les autres liens sacrés comme le propositum de l'Ordre des Vierges ne changent pas la condition du fidèle. C'est ici que le mot " consacrée" doit retrouver sa racine baptismale : d'où l'importance de l'article 208 qui complète le sens de l'article 207.

Spécificités de l'Ordo Virginum : égales en dignité aux spécificités de chaque vocation baptismale.


 Le patrimoine historique, théologique, canonique, liturgique, humain et spirituel de l'Ordre des Vierges est unique et déterminant et doit être respecté dans ses nuances, sa beauté, sa fécondité, ses immenses capacités d'évangélisation en plein monde. Le mot consacrée dans Vierge consacrée recouvre tout cet ensemble que nous venons seulement d'effleurer et que l'Eglise voit croître et fleurir pour l'évangélisation de notre époque.

D'où l'importance de prendre le baptême comme source du sens du mot " consacrée", afin de reconnaître chaque vocation dans sa spécificité, car toutes les vocations dans l'Eglise sont égales en dignité et complémentaires. Du respect et de l'attention portés à chacune des vocations, de la connaissances des nuances en profondeur, naissent les vocations fécondes.

AC

Jeudi 18 Août 2016
Lu 921 fois