Saint Joseph du Web

Saint Joseph et la main invisible.



La " main invisible" et la Providence

Saint Joseph et la main invisible.
Quand un souci financier me réveille la nuit, je le confie à st Jospeh, espérant me réveiller le lendemain matin avec, en lieu et place des factures du quotidien, un chèque ou un héritage d'un oncle d'Amérique...c'est le rêve de la main invisible magique...

Le soutien de Saint Joseph s'est toujours révélé fort peu " main invisible" régulatrice du marché de mes envies individualistes et consommatrices...Quand je confonds Saint Joseph avec Adam Smith, Joseph change mes rêves en réalités providentielles de façon paternelle, bienveillante, précise, mais jamais magique. Sa main à lui est visible : il refuse d'intervenir tant que je n'ai pas travaillé à fond. Il donne généreusement, mais après une aide de ma part à autrui. Il fait des cadeaux gratuits et même surabondants, mais limités dans le temps, sans gaspillage possible, ( la Providence serait donc écologique!) permettant en général une transition avant une période de vaches maigres, ou en vue d'une plus grande générosité de ma part.

Adam Smith, lui, confondait l'auto-régulation du marché et la dérégulation de la solidarité. Son impact sur notre mode de vie n'a rien à voir avec la Providence, mais beaucoup plus avec la loi du plus fort. Réalisme? Peut-être, mais on reste en surface, quand on vit seulement de l'esprit de la finance moderne. Prenons les belles déclarations populistes des grandes platesformes prétendant démocratiser il y a quelques années par exemple le logement touristique. Désormais, la main invisible...du plus fort, a créé sur ces platesformes un retour aux premières classes, deuxièmes classes, troisièmes classes...tout le reste du peuple étant déclassé, ne pouvant se transformer un hotel de luxe. C'est la loi du marché, qui utilise désormais le langage de la générosité, de l'écologie, de la démocratie...pour créer un marché inégalitaire et luxueux. Pour comprendre cette évolution du capitalisme, on lira avec intérêt Histoire des Idées Contemporaines, de Don Fazio, notamment le chapitre sur les idéologies capitalistes...

Voici ce que disait un penseur qui a influencé une saine réation.

Allemand, nationalisé Anglais par la suite en opposition au nazisme, et qui religieusement passa de l’athéisme au bouddhisme et du bouddhisme au catholicisme : Éric Fritz Schumacher (1911-1977). Son livre le plus célèbre, Small Is Beautiful, paru un an après la conférence de Stockholm avait pour sous-titre significatif A Study of Economics As If People Mattered. Son œuvre ne  fut pas bien interprétée au début : il ne s’agissait pas d’exalter le petit en tant que tel, mais de la taille adéquate. Si le petit était mis en relief, c’était en contre point au gigantisme technocratique de l’Est et de l’Ouest. Mais par la suite, surtout après la publication de son livre posthume A Guide for the Perplexed en 1977, l’influence de sa pensée fut notable, spécialement chez des auteurs décisifs pour leur critique du modèle moderne de société, comme chez la futurologue Hazel Henserson, auteure d’un important livre, The Politics of the Solar Age, dont le sous-titre aussi est significatif, Alternatives to Economics, ou chez le physicien Frijhof Capra, spécialement dans son livre The turning Point. ( Tout ce paragraphe de présentation est issu du livre de Jésus Ballesteros, Postmodernidad, decadencia o resistancia).
 
« Le marché représente uniquement la superficie de la société et sa signification fait référence à une situation momentanée, telle qu’elle est ici et maintenant. Il n’y a pas d’approfondissement de l’essence des choses, ni des faits naturels qui se cachent derrière. Dans un sens, le marché est l’institutionnalisation de l’individualisme et de l’irresponsabilité » ( F. Schumacher, Small is beautiful).

La postérité de F. Schumacher se comprend quand on regarde les auteurs ayant écrit dans la Revue Resurgence qu'il a fondée. Liste ici sur Wikipedia

La main invisible du père du capitalisme, Adam Smith, n'est qu'un prétexte efficace pour rendre cette superficialité pérenne. 

La main visible de Saint Joseph ne remplace pas notre propre régulation non pas du marché mais de nos désirs et de nos efforts. Son aide providentielle est paternelle : en cela, il est la Main invisible du Père, rendue visible par la bonté, la profondeur, le sens, la responsabilité personnelle dans le travail, la charité à la place de l'individualisme.

AC

Mardi 27 Février 2018
Lu 242 fois