Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Mimi For Ever : les vraies ressources de la France contre la crise.



Cela se passe dans un petit village touristique du nord de la France. Ou ailleurs....l'histoire est vraie, mais je change les détails pour que Mimi, qui ne s'appelle pas Mimi, ne soit pas assaillie par les médias! Sa success story est celle d'une femme seule qui ouvre un petit snack, sans la licence VI, car trop chère. Mimi démarre son affaire il y a quatre ans, en pleine crise, et la continue vaille que vaille, avec le loyer du petit local à payer, les charges, les emprunts, ses enfants, les dégradations dans le quartier, l'administration, les impôts, etc...
Elle lutte haut et fort et craint chaque jour de devoir fermer. Elle obtient une minuscule terrasse, le " Mimi For Ever" ( qui porte un tout autre nom, j'avoue!) ne désemplit pas, les copines coiffeuses et autres commerces féminins de la rue viennent tous les jours, les copains donnent un coup de main pour les travaux et améliorations, et pourtant, Mimi va devoir fermer.
La crise est trop forte pour cette femme forte.
Tout le monde dans le quartier tremble : déjà cinq commerces qui ont fermé dans la rue, la pizzeria, le magasin de vêtements pas chers, le magnifique café tout rénové avec terrasse immense et ombragée à 20 mètres de chez Mimi. Belle affaire qui a coulé à cause de la crise. Le boucher qui était là depuis 40 ans : son fils n'a pas voulu reprendre.
Et moi, je passe avec les habitués de chez Mimi de bons moments de quartier, et je me dis que si une fille qui se lève à six heures du mat tous les matins, qui sert un café excellent, qui a des plats sans aucun surgelé, tout étant livré frais ( plus frais que moi le matin, c'est sûr!), une fille qui reste toute la journée debout derrière son comptoir et qui court pour servir des sandwichs délicieux dans toute la rue, qui vous fait un petit gratis sans supplément très souvent parce que cela lui chante, qui a les meilleurs prix de la ville, qui donne des sandwichs aux miséreux nombreux qui passent dans le coin, qui écoute ses habitués mieux que le meilleur psy de la ville sans jamais se mêler de rien et en soignant à coup de café serré gratis les pires histoires, bref si une fille comme cela doit fermer son " Mimi for Ever" qu'elle appelle une histoire d'amour et un cauchemar, alors la France va couler....

Et hier, je passe....il pleut, c'est l'hiver. Chez Mimi, il y a toujours une foule chaleureuse serrée dans moins de 20 mètres carrés. Et là, on me dit :
" Mimi part".
Je sens que je vais m'affaisser sur mon café comme la France dans son marasme....
" Mimi part à 20 mètres d'ici! Elle reprend le " A l'ombre des Platanes en fleurs"!
" Quoi! Non, j'y crois pas!" Elle reprend l'affaire qui a coulé : c'est cinq fois plus grand que son snack : elle va devenir patronne d'une petite équipe. elle va créer des emplois, en plus!
Mimi s'approche elle-même, c'est une belle femme de 45 ans avec des larmes dans les yeux : 
-Cela fait quinze jours que je le sais : et ça fait quinze jours que je pleure! C'est la récompense de mon travail. Les propriétaires du " Platanes en Fleurs" cherchaient un repreneur. Et ils ne voulaient que moi parce que.... ils disent que je suis une vraie bosseuse, que j'ai revitalisé le quartier..."
Tous les habitués présents s'exclament : " Ca, c'est vrai!!! "
On continue à me briffer:
Et il y a mieux : une grande enseigne, Amafnaz, s'installe juste en face de la terrasse du "Mimi For ever" et du " A l'ombre des platanes en Fleurs". Les deux établissements deviennent les mieux placés de la ville, les deux meilleurs affaires en cours...
Le vent a tourné en faveur de Mimi : même en période de crise, la Providence - et les investisseurs intelligents qui en plus ont laissé Mimi choisir ses futures associées- savent récompenser le travail acharné et les efforts d'une femme qui aime son métier. Il paraît que cela va fermer la bouche de certains aussi, qui s'engraissaient bien gentiment sur une unique place commerçante de la ville sans répercuter dans le bas de la ville...
Et c'est tout un quartier qui reprend la pêche.
Cela m'a mis de très, très bonne humeur!
On souhaite à toutes les Mimi en France de tenir bon et de dépasser la crise. Si on y arrive, cela sera grâce à elles.


Mercredi 5 Février 2014
Lu 392 fois