Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Choisir une communauté aujourd'hui ? 6) Vie consacrée religieuse et/vie consacrée dans le monde ( séculière)

La vie consacrée religieuse de définit par une séparation du monde, tandis que la vie consacrée séculière se reconnaît par une évangélisation des réalités temporelles, laïques, sous la forme du célibat pour le Royaume. Qu'est-ce que cela implique pour le discernement vocationnel ?



La base commune de toutes les vocations...mais de quoi parle-t-on, quand on parle de vocation?

Choisir une communauté aujourd'hui ? 6) Vie consacrée religieuse et/vie consacrée dans le monde ( séculière)
Un des points délicats à l'origine de bien des erreurs d'aiguillages dans la pastorale des vocations concerne la différence entre vocation religieuse et vocation dans le monde, au sens de vocation " séculière" ( " Dans le siècle, d'après l'éthymologie du mot ); mettons-nous d'abord d'accord sur les mots que nous allons employer en restant au plus simple :

1) L'appel universel à la sainteté concerne tous les fidèles. Donc, il est nécessaire de sortir d'une connotation donnée au mot " vocation" qui serait " vocation religieuse". Quand on prie dans nos paroisses pour les vocations, souvent on sous-entend " vocations religieuses et sacerdotales". Nous sommes bien d'accord pour prier pour les vocations religieuses et sacerdotales, mais n'oublions pas que le mariage est aussi une vocation, le célibat consacré hors la vie religieuse aussi.

2) L'état de perfection, nom donné à la vocation spécifiquement religieuse ( avec les voeux ) ne se comprend qu'en corrélation avec toutes les autres vocations à la sainteté. Mises ensemble, toutes les vocations dans le Peuple de Dieu sont un tout organique, chaque forme de sainteté étant un appui et une aide pour les autres formes de sainteté. Beaucoup souffrent dans le discernement de leur vocation personnelle d'un regard sur la vocation des autres comme " l'état de perfection que je n'ai pas atteint"! En réalité, il faut penser à toutes les vocations comme " l'état de perfection des autres qui m'aide à suivre mieux le Christ". Dans Vita Consecrata, le pape Jean-Paul II résume en une magnifique phrase la spécificité et la corrélation de la vocation religieuse qui est précisément de raviver par le choix de vie religieux le désir de sainteté chez tous les autres : 

" Le fait que tous soient appelés à devenir des saints ne peut que stimuler davantage ceux qui, en raison de leur choix de vie, ont la mission de rappeler aux autres cet appel." JP II, Vita Consecrata,§39.

Donc, ne jamais comparer ou rabaisser une vocation...seulement la comprendre de l'intérieur d'une part, et en corrélation avec les autres vocations d'autres part. Ni confusion, ni doux mélange irréalisable, mais connaissance et réalisme. Un couple marié n'a pas à vivre une vocation de moine ascétique, pour se penser autant consacré que les consacrés appelés au célibat pour le Royaume! L'appel à la sainteté donne égalité de dignité à chaque vocation.





La terminologie et la réflexion sont en constant approfondissement. Partons de ce qui est clair pour tout le monde :

-La vocation universelle à la sainteté de tout fidèle baptisé.
-Les vocations sacerdotales.
-La vocation au mariage.
-La vocation à la vie consacrée, mal connue dans ses deux grandes possibilités.

Ici se place le grand problème de discernement des vocations à la vie consacrée. Lorsque l'on pose des questions de discernement à la vie consacrée, c'est-à-dire au célibat pour le Royaume vécu comme un témoignage public. Il est important de noter que le célibat pour le Royaume, ou la virginité, peut se vivre sans être une forme de vie consacrée : les premiers chrétiens voyaient fleurir parmi eux de nombreuses vies vécues dans le célibat, la virginité des hommes comme des femmes étant comme naturelle à la vie chrétienne, puisque c'était l'état de vie choisi par le Christ. On a un témoignage de ce fait dans le texte d'un père de l'Eglise, Saint Justin, dans son De Apologia ( De Apologia, XV, 7). Ceci est important pour comprendre que la sainteté dans le célibat pour le Royaume n'est pas l'apanage exclusif de la vie consacrée publique ( religieuse ou dans le monde).

Les deux branches historiques de la vie consacrée : vie consacrée dans le monde et vie consacrée religieuse.

Sainte Geneviève de Paris, Vierge consacrée selon le rite de consécration des Vierges, par l'évêque de Paris. Elle gérait le patrimoine de ses parents ( c'est ainsi qu'elle utilisa sa fortune et ses terres pour défendre la ville), elle ne vivait pas dans une communauté, tout en ayant une vie de consécration publique. Une des plus anciennes consacrée dans le monde dont on connaisse bien la vie séculière.
Sainte Geneviève de Paris, Vierge consacrée selon le rite de consécration des Vierges, par l'évêque de Paris. Elle gérait le patrimoine de ses parents ( c'est ainsi qu'elle utilisa sa fortune et ses terres pour défendre la ville), elle ne vivait pas dans une communauté, tout en ayant une vie de consécration publique. Une des plus anciennes consacrée dans le monde dont on connaisse bien la vie séculière.
Ce célibat pour le Royaume était d'abord vécu dans les familles, quand certains et certaines ne se marièrent pas en vue du Royaume, selon la Parole du Christ et pour Le suivre dans cette voie, qui fut celle de sa vie terrestre. Mais parmi ceux qui vivaient le célibat dans la communauté des baptisés apparurent des formes de célibats solennisés par la liturgie. 

Ainsi, par exemple, l'Ordre des Vierges connaissait une consécration au célibat pour le Royaume qui se vivait entièrement de façon laïque, c'est-à-dire dans le monde, sans séparation, cela apparaissant dans la liturgie dès la fin du 3ème siècle. Cette forme de vie consacrée, la plus ancienne connue, et en pleine résurgence depuis Vatican II recouvre une des possibilités de vie consacrée séculière. Elle aide à comprendre la complémentarité et la double possibilité de la vie consacrée : le même rite de consécration virginale fut peu à peu donné au cours des siècles à des femmes vivant dans le monde, ET à des religieuses cloîtrées. 

Pour résumer, soulignons que l'ordre des Vierges vivant dans le monde disparut au cours des siècles et vécut lui aussi cette démarcation dommageable pour tous qui fit prendre la décision à la Sacrée Congrégation pour les Religieux de le supprimer en 1927. Remarquons le glissement opéré : la vie consacrée séculière était si oubliée et déconsidérée qu'il n'existait plus que la vie consacrée religieuse. Une forme de concurrence mal comprise ? Peur du glissement possible de "dans le monde" à " du monde" ? Il fallut attendre Vatican II pour que les évêques demandent la remise à l'honneur de la Virginité Consacrée dans le Monde; Entre temps, en 1947, les Instituts Séculiers s'étaient affirmés, avec la décision papale, comme une autre forme de vie consacrée séculière possible. 

On assiste alors à une même " ligne de démarcation" encore floue dans le discernement, car le modèle religieux était  ( et reste encore pour beaucoup, ) l'unique référence de vie consacrée. Mais le tournant de Vatican II ouvre les esprits non pas à une dévalorisation des uns pour les remplacer par les autres, non pas à une forme qui serait meilleure que l'autre, mais à la redécouverte d'un appui et d'une forme d'évangélisation qui manquait à toute l'Eglise qui passe par la re-valorisation de la virginité, du célibat pour le Royaume, sous sa forme séculière. 

Ainsi, pour le discernement de vocation à la vie consacrée, il est précieux ( pour ne pas dire indispensable), de poser dès le départ la possibilité d'une vie consacrée soit dans le monde, soit hors du monde. Leur point commun est dans le Célibat pour le Royaume, leur différence est dans la sécularité ( état de vie laïc) ou les voeux ( religieux) qui mettent à part du monde. Leur complémentarité est dans l'évangélisation et le secours que chacune de ces vocations trouve dans l'existence et la prière de l'autre. 

Qu'est-ce que la vie consacrée séculière ? Les deux formes reconnues par le droit canon, donc par l'Eglise, comme de formes de vie consacrées stables sont les Instituts Séculiers et l'Ordre des Vierges, témoins que cette vie consacrée dans le monde est possible, féconde, efficace. ( On peut ajouter les Ermites) Viennent ensuite des formes variées qui n'ont pas encore  leur reconnaissance canonique car elles se cherchent encore et l'Eglise continue son patient travail de discernement et de protection de ceux qui s'engagent sur des chemins nouveaux. 

La vie consacrée séculière se définit par le célibat consacré, comme nous le disions, par la sécularité, et par une démarcation très nette de la séparation du monde qui revient à sa " soeur", la vie religieuse. Ainsi, la vie consacrée séculière est laïque, au sens où elle se vit dans les conditions de vie commune et normale de tout un chacun ; et pourtant il s'agit d'un célibat pour le Royaume pleinement consacré. Le débat peut cependant rester ouvert quant aux modalités et manières de vivre la sécularité. Il existe aujourd'hui une spiritualité laïque, de sanctification dans le monde, notamment autour de la notion de sanctification des réalités temporelles, qui appartient autant aux laïcs mariés qu'aux consacrés laïcs. Nous préférons cette expression " consacrés laïcs", plutôt que" laïcs consacrés," car elle permet de faire saisir qu'il existe deux possibilités au sein de la vie consacrée : la vie consacrée religieuse et la vie consacrée dans le monde, séculière.

Dans Vita Consecrata, Jean-Paul II souligne par exemple que les Instituts séculiers, entretiennent avec les autres fidèles une relation qui concerne " les formes ordinaires de la vie quotidienne" ( Vita Consecrata § 54 )...Il s'agit là d'un immense champ d'apostolat et d'évangélisation, non seulement avec les autres fidèles mais avec le monde : monde du travail, de la famille, etc. Les instituts religieux quant à eux, développent l'aspect spirituel de cette relation. Les deux bien-sûr sont aussi utiles à l'évangélisation et se complètent.




Quelles conséquences dans le discernement des vocations à la vie consacrée ?

 C'est qu'il se perd bien des vocations à la vie consacrée faute d'avoir été orientées dès le départ dans leur voie propre, au sein de la vie consacrée. On trouve des religieuses en crise qui ont bien la vocation à la vie consacrée, mais séculière...mal fait, le discernement, parfois sous forme de sanction, les renvoie dans le monde mais sans ouvrir la porte de la vie consacrée séculière. L'appel à la vie consacrée est alors considéré comme un échec alors que ces personnes, dans leur coeur et au plus profond de leur appel intime, se savaient faites pour la vie consacrée et appelées à vivre le célibat pour le Royaume. Mais elles ignoraient que c'était possible sous la forme séculière, dans le monde de façon publique. Il faut donc distinguer dans le discernement les éléments suivants:
-Y-a-t'il un appel au célibat pour le Royaume?
-Y-a'il dans cet appel au célibat pour le Royaume un appel à le vivre de façon reconnue par l'Eglise en vue d'un témoignage spécifique autre que celui, suffisant pour aspirer à la sainteté, de fidèle baptisé?
-Cet appel au célibat pour le Royaume concerne-t'il une forme de vie séculière, dans le monde, ( Ordre des Vierges, Instituts séculiers, Ermites ) ou hors du monde sous la forme des voeux religieux?

Aux personnes qui ont un appel au célibat pour le Royaume hors la vie religieuse, il est indispensable d'ouvrir la possibilité, la connaissance de la vie consacrée séculière, comme une réponse pleinement valable à leur appel propre. 

On trouve aussi dans la vie " sécularisée" de certains couvents et ordres religieux une perte du sens de la vie consacrée réellement religieuse. Lorsqu'un véritable appel à la vie consacrée religieuse se voit obligé de vivre une spiritualité séculière et laïque, là aussi, les souffrances et la perte de sens, la non adéquation à l'appel profond, conduisent à la perte  de la vocation.

Alors qu'en expliquant dès le départ, comme cela se fait de plus en plus, la différence au sein de la vie consacrée, entre appel à la vie consacrée séculière et apppel à la vie consacrée religieuse, on obtient des vocations heureuses !

Vendredi 13 Septembre 2013
Lu 1553 fois