Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Célibat pour le Royaume des Cieux : à la recherche de l'Essentiel.



Qu'est-ce que la vocation au Célibat pour le Royaume des Cieux?

Sainte Geneviève encore enfant confiant sa vocation à Saint Germain. Devenue Vierge Consacrée, elle sera une femme politique influente nullement cloîtrée, elle gèrera le siège curial et les territoires hérités de son père à Paris, repoussant grâce aux vivres de ces mêmes terres l'attaque d'Attila sur Paris, elle vivra sa consécration dans le monde tout en menant une forte vie de prière et d’ascèse.
Sainte Geneviève encore enfant confiant sa vocation à Saint Germain. Devenue Vierge Consacrée, elle sera une femme politique influente nullement cloîtrée, elle gèrera le siège curial et les territoires hérités de son père à Paris, repoussant grâce aux vivres de ces mêmes terres l'attaque d'Attila sur Paris, elle vivra sa consécration dans le monde tout en menant une forte vie de prière et d’ascèse.
Le Christ Lui-même indique cette vocation par tout son être et par le choix de ses saints parents : l'autre face du Mariage, c'est le Célibat pour le Royaume des Cieux, les deux sont indissociables. Le pape Jean-Paul II s'est attaché à nous donner un vocabulaire commun, issu de la théologie du Corps. Quand je dis " nous", il s'agit de toutes les vocations baptismales. 

Si on met le vocabulaire et les grâces qui vont avec ensemble, on comprend l'unité du Royaume des Cieux dans l'unité de toutes les vocations baptismales. Pour cela, une petite présentation est nécessaire afin de se comprendre dans l'arc-en-ciel des vocations et ses innombrables nuances.

La vocation au Célibat pour le Royaume des Cieux concerne tous ceux qui décident de s'abstenir du mariage humain ( union conjugale  des corps) pour vivre déjà de la Résurrection des corps, dans une anticipation de la foi dès ce monde, comme l'a fait le Christ Lui-même.


 

Qui est concerné par cette vocation du Célibat pour le Royaume?

Ceux qui choisissent cette voie à la suite du Christ sont très nombreux et le vivent sous des formes très diverses. Nous pouvons distinguer quatre grandes branches du Célibat pour le Royaume :

-Le célibat sacerdotal et diaconal ( prêtres non mariés et diacres permanents célibataires)
-Le célibat consacré religieux avec les trois voeux.
-Le célibat consacré laïc, avec une spiritualité à la fois sponsale ( qui rappelle que l'Eglise est Epouse du Christ) et laïque. ( Ordo Virginum, communautés nouvelles, certains instituts séculiers)
-Le célibat apostolique, dont la spiritualité est baptismale avant tout, avec une insistance sur l'évangélisation de la vie ordinaire. ( Membres non mariés de prélature, paroissiens célibataires par choix pour privilégier l'apostolat, célibataires chrétiens engagés comme laïcs associés de mouvements ou tiers-ordres ou associations de fidèles)


 

Une redécouverte du Célibat pour le Royaume différent de la vie religieuse.

A l'instar des premiers siècles de l'Eglise, notre époque redécouvre les formes de célibat pour le Royaume différentes et complémentaires de la vie consacrée religieuse. La vie consacrée religieuse a en quelque sorte absorbé les autres formes de célibat pour le Royaume au cours des siècles. Depuis Vatican II, le ré-équilibrage de l'appel à la sainteté de tous les baptisés a remis à l'honneur les possibilités du célibat apostolique ( pour raisons d'apostolat, sans lien sacré canonique) et du célibat consacré en plein monde sans les voeux religieux mais avec lien sacré canonique.

Pour mieux comprendre, il est utile d'observer l'évolution emblématique de l'Ordo Virginum, qui se situe à l'origine et à la croisée de deux formes de Célibat pour le Royaume.

L'Ordo Virginum : moniales religieuses/et/ou Vierges consacrées en plein monde?

Pour résumer une évolution de quelques siècles, il est important de comprendre le rôle et la différence de spiritualité à l'intérieur de l'Ordo Virginum. Les femmes qui reçoivent cette vocation au célibat pour le Royaume suivent la vocation des vierges chrétiennes des premiers siècles : Perpétue, Félicité, Agathe, Lucie, Praxède, Anastasie.....ces femmes innombrables et héroïques des premiers siècles dont la première prière eucharistique fait mémoire. Elles sont la naissance de l'Ordo Virginum, cette portion féminine du peuple de Dieu qui choisit de ne pas se marier avec un homme mais d'épouser le Christ pour devenir signe de l'Eglise Epouse. 

Au début, et on retrouve cette même évolution aujourd’hui, les femmes de l'Ordo Virginum reçoivent une consécration liturgique qui ne peut être donnée que par l'Evêque. Cette prérogative épiscopale souligne le lien écclésial, sponsal, de la nouvelle consacrée qui devient signe de la réponse de l'Eglise Epouse au Christ. Cette consécration laisse les Vierges Consacrées libres de leur mode de vie : en famille et sans rien changer à leur vie ordinaire, ou bien en groupe. Des femmes de l'Ordo Virginum vivant en groupe naîtra la vie religieuse avec les trois voeux, la clôture, la vie monastique au cours d'un long processus de différenciation. Des femmes de l'Ordo Virginum vivant en plein monde et dans la condition ordinaire des baptisés naîtra l'Ordo Virginum que l'on peut appeler " laïc" ou séculier, pour le différencier des religieuses. En 1970, le rituel rénové de la consécration des Vierges redonne élan et vie à l'Ordo Virginum laïc.
 

L'enjeu de préserver toutes les formes de Célibat pour le Royaume des Cieux.

L'Ordo Virginum démontre par son histoire que la vie consacrée séculière bascule facilement vers la vie consacrée religieuse si l'on ne préserve pas sa spiritualité laïque, séculière, en plein monde. Ce n'est pas un mal, car cela a donné naissance à l'extraordinaire fécondité de la vie consacrée religieuse, laquelle est une vocation autre avec des points communs qui sont ceux du Célibat pour le Royaume vécu comme sponsalité et prophétie du Royaume des Cieux. Par contre, les voeux religieux sont propres à la vie religieuse et ne concernent pas la vie consacrée séculière qui possède d'autres liens sacrés.

Par contre, c'est un appauvrissement lorsque le basculement "congrégationiste" entraîne dans un mode de vie différent des vocations qui étaient profondément séculières et avaient un appel à évangéliser et à répandre le Royaume en tant que laïques.

Quel est donc le phénomène qui fait basculer d'une spiritualité séculière/laïque à une spiritualité religieuse? En général, il s'agit d'un manque de discernement vocationnel sur la spécificité d'un engagement religieux avec les trois voeux et la spécificité d'un engagement laïc au sens de l'apostolat des laïcs tel qu'il a été défini par le Concile Vatican II dans Lumen Gentium. Le modèle religieux étant déjà pleinement connu, il est facile de le superposer sur des appels laïcs dès qu'il s'agit d'organiser la vie en commun. Cette superposition devient vite un mélange d'état de vie et cause beaucoup de troubles et de malaises vocationnels. De plus, la spécificité séculière mise à mal devient revendication, et cela entraîne une grande perte de temps et d'efficacité dans l'évangélisation.

Que faire alors pour bien discerner un appel au célibat pour le Royaume sous sa forme séculière? 

Pour une spiritualité laïque/ séculière.

Vatican II contient un trésor encore mal exploité de définition de spiritualité laïque, dans le monde. Quand il s'agit de vocation au Célibat pour le Royaume différenciée de la vocation religieuse, certains points deviennent des points de références du discernement :

-La vie de travail, et la spiritualité du travail, pour un ou une célibataire dans le monde est indispensable : les conditions de travail seront dans le monde, et non pas dans une congrégation ou une communauté. Si la vie de travail sort le chrétien de la condition ordinaire en le mettant à l'intérieur d'une structure religieuse, sa vocation laïque est changée par une separatio mundi effective. 
-L'habit : réservé aux religieux par le droit canon, l'habit est le signe d'une mise à part et un rappel eschatologique. Il n'appartient pas à la spécificité laïque et séculière de l'apostolat des laïcs mais à l'apostolat des religieux car il rattache à une fondation religieuse précise, à un institut de vie consacrée religieuse dont tous les membres portent le même habit.
-La vie paroissiale : elle n'empêche pas d'être associé(e) par ailleurs ou membres de prélature, mais elle est indispensable ! De plus, elle doit être "ordinaire". On peut s'interroger quand par exemple des membres de l'Ordo Virginum deviennent une sorte de mains d'oeuvre paroissiale au détriment de leur vie de travail normal.Si le mode d'obéissance et de fonctionnement transforme le curé en supérieur, il se crée autre chose qu'une vocation séculière. Ce n'est pas forcément un mal, mais une évolution canonique religieuse est à parier!
-La vie ordinaire : les célibataires pour le Royaume à vocation séculière ne sont pas séparés de ceux avec qui ils vivent la vie quotidienne la plus normale qui soit. Les associations de laïques ( communautés nouvelles, laïques associés) ne doivent pas avoir la même fonction que les instituts de vie consacrée religieuses. 

En résumé, le Célibat pour le Royaume autre que la vie religieuse ne doit pas se différencier par opposition, mais en approfondissant théologiquement la recherche dans deux directions complémentaires :
1) Les bases communes à toutes formes de Célibat pour le Royaume. ( principe d'égalité : tous appelés à la sainteté, il n'y a pas un appel " plus saint" que les autres mais un charisme commun.)
2) la spécificité de chaque forme de célibat pour le Royaume. ( principe de diversité : la communion n'est pas uniformité, le respect de la spécificité de chacun renforce la communion)


L'enjeu est de taille : il s'agit par un meilleur discernement vocationnel de rendre à la fois à la vie consacrée religieuse sa particularité, car elle a tendance à se laïciser et donc à perdre sa force, et d'orienter vers des formes séculières de Célibat pour le Royaume ceux qui ont vocation à ne pas se marier pour le Royaume, tout en n'ayant pas une vocation religieuse. Si chaque forme de Célibat pour le Royaume revient à l'essentiel et à ce qui est commun, tout en préservant la diversité des modalités possibles, les vocations au Célibat pour le Royaume refleuriront à la mesure du respect et de la connaissance de la spécificité de chacun. 


 


Lundi 9 Juin 2014
Lu 546 fois