Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

bons films à voir en famille : Lagaan, film indien


 

Changeons de culture…un film indien, on ne peut plus indien, avec des chorégraphies telles que savait en faire Holywood dans son âge d’or des années 50, des musiques dépaysantes, un scénario théâtral à souhait mais aussi captivant…des enjeux modernes et une reconstitution historique magnifique…Lagaan est un film tout public.

Présentation

Il s’agit de l’histoire de fermiers indiens oppressés par l’impôt fixé par les britanniques occupant le pays. Le film a été nominé aux oscars et a reçu de nombreuses récompenses. Sorti en 2001, il a été réalisé par Ashutosh Gowarikar.

L’histoire de Lagaan se situe en Inde, en 1893, sous l’occupation britannique. Les fermiers indiens, oppressés par les britanniques, doivent s’acquitter, comme chaque année, du Lagaan, un impôt sur les récoltes de céréales. Mais cette année là, le village de Champaner subit une terrible sécheresse et les récoltes sont maigres. Bhuvan, un des fermiers du village décide de se battre contre cet impôt.

Le capitaine du cantonnement britannique, Russel, lance alors un défi aux villageois : si les Indiens battent les Britanniques au cours d’un match de cricket, ils seront exonérés du Lagaan pendant trois ans ; par contre, s’ils perdent, ils devront s’acquitter du triple Lagaan. Bhuvan accepte et avec le soutien de Gauri, tente de convaincre les autres villageois, d’abord en colère, de finalement le rejoindre. Elisabeth, la soeur du capitaine Russel, opposée à l’injustice dont il fait preuve, décide d’aider secrètement les villageois.

On retrouve dans les rôles principaux deux acteurs indiens, Aamir Khan dans le rôle de Bhuvan et Gracy Singh dans celui de Gauri. Aamir Khan, a déjà connu plusieurs succès à cette époque. Il s’agit au contraire d’un des premiers films de Gracy Singh, qui a été choisie pour ses qualités de danseuse et d’actrice. Paul Blackthorne interprète le rôle du capitaine Andrew Russell et Rachel Shelley, celui de la soeur de celui-ci : Elizabeth. Tous deux sont des acteurs britanniques. Paul Blackthorne a d’ailleurs passé six mois à apprendre l’hindi pour son rôle. A noter que c’est avec Lagaan qu’Aamir Khan a fait ses débuts en tant que producteur.

La bande originale de Lagaan a été composée par A.R. Rahman. Il est certainement le compositeur de musiques de films bollywood le plus influent des dix dernières années. Il a reçu plusieurs distinctions pour cette BO, notamment les récompenses de « Meilleure direction musicale » et de « Meilleure musique de film ». Les paroles de l’ensemble des chansons du film ont été écrites par Javed Akhtar célèbre poète et parolier indien. On remarque d’ailleurs une différence de ton entre les parties filmées pour être des clips de promotion du film à la télévision indienne : moins de fraicheur, trop professionnel et " mode"…mais ce n’est que quelques minutes dans un film dont le scénario possède toutes les qualités d’un classique indémodable.

Lagaan a obtenu de nombreuses récompenses, notamment aux « Filmfare Awards1 », aux « IIFA Awards2 » et aux « National Film Awards3 ». Le film a également été nominé aux Oscars dans la catégorie « Meilleur film en langue étrangère ».

Sens profond du film

Il y a dans ce film des enjeux multiples qui sont à expliquer aux plus jeunes. D’abord, la confrontation avec les Anglais reste pacifique, mais montre un patriotisme indien que le cinéma actuel entretient avec force, inculquant des idées qui luttent contre le fatalisme indien traditionnel tout en respectant l’Inde dans ce qu’elle a de meilleur. les anglais, montrés sous leur jour le plus mauvais en la personne du capitaine Russel, sont aussi respectés dans la personne de sa soeur Elisabeth qui se range du côté des opprimés, et dans le fair-play des arbitres et des officiers qui commentent la partie avec un humour à double-sens extraordinaire de flegme anglais.

L’aspect religieux du film, avec le présence du Temple indien et des divinités est classique dans un film indien. Le cinéma indien est né de l’inpiration d’un homme d’affaire indien de retour d’Angleterre. Il a eu l’idée de relancer le patriotisme indien et la culture de son pays par cet instrument merveilleux qu’est le cinéma. Pour un regard chrétien, il y a dans Lagaan ces fameuses pierres d’attente du christianisme. Plus impressionnant encore est la demande constante d’un sauveur, incarné par le héros Bhuvan en grande partie. Mais lui-même s’efface devant la prière quand tout semble perdu : trahi par le " Judas" du film qui joue dans l’équipe pour faire perdre son camp par jalousie amoureuse, ( et qui donnera l’exemple d’une belle rédemption) Bhuvan ne peut s’appuyer que sur une équipe dont la composition symbolique porte tout le sens du film.

En effet, toutes les ethnies et religions de l’Inde sont représentées. Boudhistes, musulmans, ennemis traditionnels…unis contre l’envahisseur ! Mais la scène la plus profonde du film réside dans l’acceptation dans l’équipe d’un Intouchable. Aujourd’hui encore, le système des castes rend les Intouchables maudits et paria. Or, cet intouchable, handicapé, peut sauver la partie grâce à sa manière unique de vriller la balle. Bhuvan l’appelle dans son équipe et lui met la main sur l’épaule, première scène inconcevable et révolutionnaire. Plus tard, toute l’équipe le serrera avec effusion comme dans nos match de foot !…cependant, ce n’est toujours pas cela qui peut obtenir la victoire…chaque atout de l’équipe a son rôle, jusqu’à l’enfant qui remplace son père à cause d’une traitrise des Anglais.

Enfin, l’histoire d’amour, pleine de fraîcheur, fera rêver les plus jeunes…une mention spéciale pour l’Anglaise Elisabeth, pleine de droiture et de pureté.

En conclusion : un film féérique, qui remplit bien le rôle que l’on peut donner au cinéma de faire rêver, attention cependant aux adolescents qui avalent trop de Bolyhood, ce n’est pas le réel, mais c’est un excellent moyen de détente !

Bon film !
acheter sur Amazon
cliquez:
JPG - 239.5 ko
film-bollywood-lagaan-affiche

Vendredi 26 Février 2010
Lu 5256 fois