Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Dvdthèque


Voici quelques bons films à voir et revoir en famille, accompagnés d’un bref commentaire sur le sens chrétien qu’on peut leur donner. Cliquez sur la bannière publicitaire pour un résumé " classique" de l’histoire.

vous pouvez voir également dans notre rubrique

Bon film à voir en famille 4 : la Loi du silence, Hitchcock

Bon film à voir en famille 3 : le Festin de Babette

Bon film à voir en famille 2 : les chariots de feu

bon film à voir en famille 5 : la Pourpre et le Noir

Bon film à voir en famille 6 : Karol, un homme devenu pape. Critique du film par…Benoît XVI.

bon film à voir en famille 8 : Rasta Rockett

Bon film à voir en famille 9 : New-York-Miamy et Just Married

Bon film à voir en famille : le Coach

bons films à voir en famille : Lagaan, film indien

Bon film à voir en famille : To be or not to Be, Lubitsch

HORTON. Une personne est une personne, même si elle est toute petite ! C’est la phrase-message de ce film d’animation qui mettra toute la famille en joie, et bien sûr les plus petits en premier, y compris ceux qui ont gardé le sens de la vraie et joyeuse petitesse, comme le peuple des Zous, que l’éléphant Horton va découvrir et écouter par delà tout ce qui les sépare. Le scénario ne fait pas que " positiver" en défendant une valeur précieuse ( les grands protègent les petits), il va beaucoup plus subtilement que d’autres scénarios défendre le concept de la personne, sans jamais moraliser ou polémiquer, mais en faisant rire et en faisant réfléchir. On peut reprendre cette phrase " une personne est une personne, même si elle est toute petite" dans le contexte de Noël, et de la Crèche et demander aux enfants ce qu’ils comprennent. Nul doute que l’Esprit Saint saura leur faire dire ce que les " grandes personnes" ont oublié ! vraiment un film pour tous.

MISS DAISY ET SON CHAUFFEUR Un film pour un public un peu plus âgé,( les adolescents préparés sauront apprécier l’humour très fin du film) :un de ces films que l’on n’oublie pas : plus qu’un film sur le racisme vaincu par l’amitié ( une vieille dame juive embauche un chauffeur noir), ce film se saisit à travers le symbolisme du chauffeur qui conduit sur la bonne route sans jamais s’imposer : le Chauffeur ne serait-il pas comme Jésus, patient, toujours présent, nous apprivoisant humblement. L’Incarnation, c’est Dieu qui apprivoise l’humanité, et dans ce film, Miss Daisy gagne en humanité à chaque instant grâce à la belle humanité ( chrétienne) de son chauffeur…

ANNA ET LE ROI

Un de ces films grand spectacle, remake d’un film non moins célèbre à partir d’une histoire vraie. Les critiques parfois trop sévères ont été dementies par le succès familial du dvd, à croire que les familles ont senti ce qui est dit dans le passionnant making-of ( à surtout visualiser comme faisant partie de la soirée familiale) : parce qu’il y avait 60 enfants sur le tournage, jamais les adultes ne s’étaient si bien tenu. Outre les paysages magnifiques qui feront rêver les petits par leur exotisme, l’histoire d’amour passe par une terrible confrontation religieuse et trouve son paroxysme dans ce qui peut se lire comme une dénonciation du fanatisme et de la difficulté à communiquer entre cultures différentes et orgueils respectifs. Le roi et Anna trouvent chacun dans leur foi la force de dépasser le drame de l’exécution d’un jeune couple qu’ils auraient voulu sauver. Cette scène, dramatisée à souhait, demande d’ailleurs d’avertir les plus petits et d’expliquer, d’où la necessité de voir le making-of. Les décors ( construits en taille réelle dans la jungle), les costumes, la magnifique reconstitution historique, et les valeurs éducatives diffusées par le film en font un classique.

LE ROI ET MOI

Ce film est à l’origine du film Anna et le Roi. Pour les cinéphiles de tous âges qui veulent comparer deux versions de la même histoire…le film plus ancien est aussi plus adapté aux plus petits. Il dégage la bonne humeur des comédies musicales américaines de cette époque, visible par toute la famille.

ELLE ET LUI

LE film romantique par excellence, un film qui a fait rire et pleurer des générations…outre des réparties très drôles, ce film est une ôde à l’amour véritable : l’histoire commence sur un paquebot, entre nul part et ailleurs pour la vie des deux héros. Tombés amoureux, il s’agit de se laisser quelques mois pour se trouver digne de l’autre et changer de vie et donc de cap…Le personnage de " lui", joué par Garry Grant, va donc devoir littéralement se convertir, grâce…aux prières de sa grand-mère et de sa future femme, discrètement catholique et pilier de paroisse, ce qui est évoqué avec beaucoup de respect et d’admiration. En effet, " elle" est pieuse, au bon sens du terme, et jamais ridicule, bien au contraire, puisqu’elle va affronter l’épreuve ( nous ne vous dirons pas laquelle, ce serait trahir le scénario célèbre justement pour la compréhension retardée du vrai drame d’amour qui se noue dans la deuxième partie du film). Les couples qui regardent ce film, préparez les mouchoirs et le dîner aux chandelles !

NUIT BLANCHE A SEATTLE

Un petit bijou moderne de bonne humeur en forme d’hommage à " elle et lui" qui nous vous avons présenté plus haut. Ce film, plus récent et moderne, raconte l’histoire d’un jeune veuf que son fils veut remarier. Pour cela, le petit garçon va parler dans une émission de radio et toucher le coeur d’une jeune femme auditrice. Le reste du film joue sur l’impossibilité des deux protagonistes de se rencontrer vraiment, le temps de bien convaincre les spectateurs qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Les adolescents aimeront, et s’ils sont cinéphiles, ils reconnaîtront la scène et les réparties de Elle et Lui cités et utilisés dans le scénario.

BORN YESTERDAY ( Née de la dernière pluie)

Ne vous fiez pas à la jaquette du film : c’est un film sur Pygmalion et la dignité de la femme ! ce film de 1993 est le remake d’un film du même titre bien plus ancien. La trame reste la même : un homme d’affaire vulgaire et peu honnête veut transformer sa " femme" en femme présentable pour la bonne société qu’ils commencent à fréquenter. Il engage un journaliste chargé de faire l’éducation de la "pauvre fille tirée du ruisseau". Bien sûr, le journaliste tombe amoureux, mais la version moderne en profite pour montrer l’évolution de cette femme grâce à l’éducation : musées, arts, lectures, lui ouvrent des perspectives et lui font découvrir sa dignité et…son intelligence jusque là fort peu nourrie. On jubile à chaque pas qu’elle fait, spécialement les scènes de bataille avec le dictionnaire…Le personnage de femme bafouée qui prend sa revanche et garde sa droiture de coeur et son naturel, tout en acquérant une classe indéniable, plaira aux vraies féministes de coeur en dehors de toute politique !


Vendredi 26 Février 2010
Lu 830 fois