Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

bon film à voir en famille 5 : la Pourpre et le Noir


 

 

Toujours en cette année sacerdotale qui commence le 19 juin, voici un deuxième film sur un prêtre, un beau personnage de prêtre dont l’histoire est réelle.

Gregory Peck joue le rôle du Mgr O’ Flaherty et Chritopher Plummer celui du colonel SS. Herbert Kapler. Ces deux excellents acteurs nous font entrer dans le drame intérieur vécu dans la réalité par les personnes dont ils racontent la confrontation à Rome durant les années d’occupation.

Confrontation. Rivalité du chat et de la souris, puisque O’Flaherty, en bon irlandais, n’hésite pas à défier Kapler qui met tout en oeuvre pour arrêter l’insaississable " Golf", de son nom de résistance. O’Flaherty récupère, protège, fait échapper des Juifs et des Anglais sous le nez même du tigre allemand, et cela en utilisant son immunité diplomatique et ses réseaux d’amitiés du Vatican. On sait, grâce aux nombreux témoignages réunis après la seconde guerre mondiale, en particulier ceux d’amis Juifs sauvés par le réseau de Flaherty, que "l’Organisation" regroupait des dizaines d’appartements, dans des couvents, des monastères, à Castel Gondolfo et jusque dans les locaux de la congrégation pour la propaganda Fide dont Flaherty faisait partie !

Le film ne raconte pas un épisode qui se trouve dans la biographie de O’Flaherty : Il reçoit un jour la visite d’un couple de Juifs traqués par les nazis. Le couple lui remet une chaîne en or faisant deux fois son tour de taille ( le film raconte cependant la collecte d’or faite par Flaherty pour aider les Juifs à payer le tribu exigé par les Nazis). " Prenez cette chaîne et notre fils de sept ans. Chaque maillon payera un mois de sa vie" Flaherty prit la chaîne et l’enfant, protégea le garçon et le rendit à sa famille après la guerre. Avec la chaîne. [1]

O’Flaherty n’avait pas du tout le visage de Gregory Peck, mais un visage plein de bonhommie, presque poupin, plein de finesse et pétillant d’humour. Ses amis racontent que l’étincelle devenait un feu ardent quand il s’agissait de protéger quelqu’un de la barbarie des Nazis. lien vers la photo de o’Flaherty

Revenons au film : la scène où O’Flaherty expose à mi-mot son action au Pape, et s’entend répondre à mi-mots aussi que le Pape ne pourra le couvrir en cas d’arrestation mérite explications historiques et clarification à l’aide de ce que l’on sait aujourd’hui de l’action secrète du Pape Pie XII en faveur des Juifs. Prendre le risque de laisser un officiel du Vatican sauver des Juifs sur le terrritoire même de l’Etat du Vatican, le savoir et le lui permettre tacitement, c’était risquer toute la chrétienté. Et ce fut fait, dans le secret et la solidarité la plus totale. Il est juste de défendre cette mémoire et de rappeller que O’Flaherty faisait partie de ses proches.

Confronté à des choix moraux et politiques, 0’Flaherty opte pour la doctrine de l’Eglise et l’obéissance la plus radicale tout en risquant sa propre vie. L’épisode où il va confesser dans sa prison son autre ami prêtre arrêté et torturé, puis fusillé par les Nazis, cette scène atteint au paroxysme des difficultés éthiques et morales rencontrées par les prêtres résistants durant la guerre. L’ami prêtre s’était engagé dans une résistance armée et politisée. Flaherty l’accompagne dans son sacrifice et dans son patriotisme sans user des mêmes armes. En mémoire de cet ami et des autres, il continuera sa résistance jusqu’à la prise de risque maximum. Tout en protégeant et empêchant les autres d’en faire autant. C’est là que se glisse l’histoire touchante du jeune couple qui fait partie du réseau de O’ Flaherty. Ils se marieront après la guerre, bien que le film ne le dise pas.

Plus profonde encore est la dernière partie du film qui semble décoller des affres de la guerre avec la défaite allemande et la débâcle des Nazis pour rejoindre les hauteurs du pardon et de la conversion la plus étonnante. Kapler, vaincu, demande à Flaherty, de sauver par son réseau, sa femme et ses enfants. La révolte de Flaherty et les paroles terribles qu’il prononce font entrevoir ce qu’à vécu cette génération face à la haine de l’ennemi. Qui céderait au pladoyer de Kapler, assassin et monstre nazi ? On voit alors Flaherty errer dans Rome en proie à un dilemne imprevu. Le prêtre est confronté à la possibilité de sauver un (trop) grand pécheur.

Flaherty sauvera la famille de Kapler, et Kapler ira en prison comme criminel de guerre. Il recevra tous les mois une seule visite : la visite de Flaherty. Et bien des années plus tard, se convertira et sera baptisé par o’Flaherty. On aimerait avoir un film ou un moins un livre sur leurs rencontres, mais peut-être cela est-il trop profond pour être divulgué…


Notes

[1] Monsignor Hugh O’Flaherty, the Scarlet Pimpernel of the Vatican, biography


Vendredi 26 Février 2010
Lu 1915 fois