Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Bon film à voir en famille : To be or not to Be, Lubitsch


 

 

Sortie en 1942, ce film mêle tragique et comique au plus haut point. To Be or not to Be, c’est d’abord l’évocation du drame de la Pologne envahie par Hilter, de la destruction, symbolisée au cinéma par des décors détruits que le début du film avait rendu familiers comme on se promène dans sa propre rue…

Le film raconte comment une troupe de comédiens va, en entrant dans la résistance, duper jusqu’à Hiltler lui-même.

Présenté comme un film comique, To be or not to Be mêle le vaudeville d’une histoire d’amour qui finalement sera résolue par l’amour et la fidélité, au drame d’une résistance à l’envahisseur que l’on pouvait croire vaine et sans espoir à l’époque. Pour avertir de la présence d’un traître dans la résistance, l’éliminer et sauver les leurs, la troupe de théâtre prendra tous les risques.

C’est là qu’intervient un regard chrétien sur le scénario et finalement sur l’histoire. Comment ne pas rendre hommage à ces cinéastes qui ont dit la vérité sur le mal que représentait Hiltler et l’ont montré vaincu alors même qu’il semblait triompher ? L’espoir et l’espérance sont donc en filigrane les thèmes de ce film.

Le choix de la pièce de Shakespeare n’est pas anodin : contre la folie du mal, il faut choisir d’être ou de ne pas être. Ainsi, les personnages en apparences les plus ternes du film, le mari bafoué, la femme facile, deviennent, sont. Ils risquent leur vie, ils choisissent le bien, ils se sauvent mutuellement.

La dénonciation du mal et de ses manipulations terribles est menée avec brio, le comique des situations masquant à peine le jeu avec la mort et le mensonge et ses conséquences ( la traduction française du film était " jeux dangereux"). D’un côté la virtuosité des cinéastes à sortir les personnages de situations sans issue entraîne peu à peu un rire irrésistible. Les scènes les plus célèbres autour des moustaches postiches méritent d’être expliquées et démontées pour voir comment on peut placer dans un scénario des éléments anodins qui feront toute la différence par la suite. Les dialogues, hilarants et légers, permettent de rire de bon coeur, pour être rattrapé immédiatement par une reflexion bien plus poignante sur la dictature. On rit tout autrement lorsque les héros s’enfuient enfin en avion, déguisés en nazis, et ordonnent aux soldats en plein vol de sauter sans parachute pour la gloire d’Hilter. Ce qu’ils font aussitôt sans discuter.Et la démonstration de l’obéissance aveugle à un dictateur montre sa folie meurtrière.

Un personnage mérite d’être étudié de plus près, celui de Joseph Tura, le mari trompé par sa femme. Réalisant que sa femme le trompe, parce qu’il est imbu de lui-même et ne manque jamais d’essayer de vérifier qu’il est l’acteur le plus célèbre de la Pologne, il va se dépasser pour conserver son épouse, éliminer le traître et le jeune lieutenant son rival et collaborateur en résistance, sauver la résistance…et être ! proche d’une rédemption, son évolution finira par être celle d’un humble gagnant, antithèse du " Heil Myself"( réplique devenue célèbre) du Hiltler qu’il incarne parmi une équipe de déjantés sympathiques. Entre le héros et l’anti-héros, il gagne notre sympathie. La performance de l’acteur " en abime" est noter : jouer à la perfection un mauvais acteur, le tourner en ridicule puis le relever imperceptiblement sans le changer ou lui retirer les défauts qui en font un être humain, tout relève de la magnifique composition d’acteur de théâtre, le film alliant les qualités d’expression du théâtre et du cinéma.

JPG - 27.4 ko
L’épouse,le mari déguisé et le traitre

Grand classique du cinéma, ce film ne se comprend que dans son contexte et en gardant à l’esprit que comme le Dictateur de Chaplin, sur le même thème de la folie des dictateurs, il fut tourné avant la victoire et portait donc par son raisonnement logique contre le mal et sa confiance en la victoire à venir les germes de cette même victoire. To Be or Not to Be, ou comment le cinéma peut contribuer à sauver, en maintenant un regard positif sur l’humanité et sa capacité de résitance au mal, y compris par les armes de l’humour.

 
Acheter sur Amazon
cliquez

Samedi 27 Février 2010
Lu 1694 fois