Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

St Joseph Educateur, 1. par le P. Bonnet


 
 
                                                                   Monks of conception abbaye, missouri - next picture

 
 
Les évangiles sont, à l’égard de saint Joseph, à peine plus loquaces que l’intéressé, dont nous ne possédons aucune recension d’une parole prononcée en famille ou ailleurs. Saint Marc ne mentionne pas l’existence de st Joseph ; Saint jean met dans la bouche de Philippe s’adressant à Nathanaël : " Celui dont Moïse a parlé dans la loi, et aussi les prophètes, nous l’avons trouvé ; c’est Jésus, de Joseph, de Nazareth." Et c’est tout. Saint Matthieu est heureusement plus prolixe dans les deux premiers chapitres de son Evangile ainsi que Saint Luc, également dans les deux premiers chapîtres du sien.
 
Qu’est-ce que nous apprennent ces deux évangélistes sur le discret époux de Marie ?
 
Premier élément d’information
 
Dans la généalogie du Christ ( Mt 1, 1 à 17), on apprend que Joseph est le fils d’un certain Jacob, qu’il est l’époux de Marie et que Jésus est né de Marie. La suite immédiate de ce même chapitre nous apprend que Joseph, dûment marié avec Marie, n’habitait pas avec elle ( coutume fréquente chez les Juifs, surtout quand la mariée était très jeune) et qu’il fut troublé en constatant qu’elle était enceinte.
 
Saint Luc, qui a accompagné Saint Paul à Jérusalem quelques années après la mort et la résurrection de Jésus, a visiblement interviewé Marie, qui lui a donné beaucoup plus de précisions sur l’événement.
 
Marie habitait à Nazareth, étant accordée en mariage à Joseph, un homme de la famille de David, ce qui confirme la généalogie de saint Matthieu. Elle était vierge. 

L’ange Gabriel lui apparaît et lui annonce qu’elle va concevoir miraculeusement le Fils Très Haut, sans perdre sa virginité. Il lui annonce que sa vieille cousine Elisabeth a conçu un enfant dans sa vieillesse et qu’elle en est au sixième mois. Elle ne reçoit pas de consigne concernant Joseph et part aider sa cousine sans perdre de temps ( Luc 1, 26 à 39). On peut donc penser que c’est en allant rechercher Marie après la naissance de Jean-Baptiste que Joseph s’est aperçu que Marie était enceinte de trois mois.
 
Revenons à Saint Matthieu pour apprendre que c’est le Seigneur Lui-même, en songe, qui va justifier Marie auprès de Joseph et lui confier le rôle de père puisque c’est Lui, Joseph, qui donnera à l’enfant le nom de Jésus ( ce qui signifie Dieu sauve). Joseph obéit sans état d’âme aux consignes de l’ange, envoyé par le Seigneur : " Il prit avec lui son épouse. Il n’avait pas eu de relations sexuelles avec elle quand elle mit au monde un fils. Il lui donna le nom de Jésus. " ( Mt 1, 24 et 25)
 

En bref :

Marie, une toute jeune fille, dont la tradition chrétienne nous a transmis qu’elle avait été présentée et vraisemblablement élevée au Temple de Jerusalem ( coutume fréquente quand une femme, jusque dans sa vieillesse stérile, avait la joie après des années de prière de concevoir un enfant), avait été accordée en mariage à un descendant de David. Cette pure jeune fille était probablement orpheline, apparentée aux familles sacerdotales ( cousine d’Elisabeth), et avait reçu l’excellente formation biblique que l’on donnait à ceux et celles qui étaient éduqués au Temple.
 
En raison de la prophétie de Daniel, concernant la future naissance du Messie, les Juifs pieux savaient à cette époque que l’accomplissement de la promesse était imminent. Il est vraisemblable qu’on mariait les descendants de David à des jeunes filles de qualité. Le Ciel s’est, en tout état de cause, manifesté pour signifier le caractère miraculeux de la conception virginale du Christ en Marie et le rôle incontestable de père donné à Joseph.
 
à suivre… image : tableau du 17e siècle, Philadephia. Usa. Saint Joseph est représenté avec l’insigne de sa virginité, en écho à la virginité de Marie.
 
 
                                                                                                                             JPG - 238.4 ko                                                
 
 


Vendredi 26 Février 2010
Lu 830 fois