Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Saint Joseph nous rappelle que nous sommes un " peuple de consacré(e)s".



Un coeur de père, un peuple de pères!

Saint Joseph rappelle à tous les pères qu'ils sont consacrés par leur baptême, en tant qu'époux et pères. L'année saint Joseph est faite pour redécouvrir avec lui la dimension paternelle : "On ne naît pas père, on le devient. Et on ne le devient pas seulement parce qu’on met au monde un enfant, mais parce qu’on prend soin de lui de manière responsable. Toutes les fois que quelqu’un assume la responsabilité de la vie d’un autre, dans un certain sens, il exerce une paternité à son égard" ( Patris Corde 7).

Une paroisse, un peuple de consacré(e)s sous la protection de Joseph

" Car tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu" ( Deutéronome 7, 6). Chaque paroissien, du curé au fidèle laïc en passant par les gens mariés, les religieux et religieux présents sur la paroisse, les enfants, les adultes, les célibataires, etc, tous, nous sommes consacrés par notre baptême et sous la protection de Joseph. Alors, pourquoi ne pas mettre cette année une statue de Joseph à l'honneur plus particulièrement, pour marque l'appartenance du peuple de la paroisse à ce peuple consacré au Seigneur, sous la protection de Joseph ?
Joseph exerce une paternité sur nos paroisses ! Il apporte un élément précieux de responsabilité à l'esprit de famille de la paroisse : que chaque pauvre de la paroisse, chaque personne âgée, chaque personne solitaire, se sente comme faisant partie du peuple, et de la famille!

Instituts et associations plus spécialement confiés à Joseph

Saint Joseph nous rappelle que nous sommes un " peuple de consacré(e)s".
Le pape François évoque les nombreux familles spirituelles qui sont sous le vocable de Joseph. Eux aussi, avec leur mission propre, dans le célibat, autour d'un charisme authentique de fondateur, dans une famille spirituelle, sont consacrés par leur baptême. Mais par le célibat, ils rejoignent Joseph dans un mode de vie fait de chasteté : "C’est peut-être pourquoi, à côté du nom de père, la tradition a qualifié Joseph de “très chaste”. Ce n’est pas une indication simplement affective, mais c’est la synthèse d’une attitude qui exprime le contraire de la possession. La chasteté est le fait de se libérer de la possession dans tous les domaines de la vie. C’est seulement quand un amour est chaste qu’il est vraiment amour. L’amour qui veut posséder devient toujours à la fin dangereux, il emprisonne, étouffe, rend malheureux. Dieu lui-même a aimé l’homme d’un amour chaste, en le laissant libre même de se tromper et de se retourner contre lui. La logique de l’amour est toujours une logique de liberté, et Joseph a su aimer de manière extraordinairement libre. Il ne s’est jamais mis au centre. Il a su se décentrer, mettre au centre de sa vie Marie et Jésus" ( Patris Corde 7).

L'Eglise entière est une seule famille spirituelle formée de beaucoup de familles spirituelles diverses!

Notons que le pape François vient de souligner l'importance du charisme authentique à l'origine des Instituts de vie consacrée. Pas de famille spirituelle sans charisme authentique chez le fondateur ou la fondatrice ! Sa réforme ( canonique et spirituelle, cf Authenticum charismatis) du 4 novembre 2020 rappelle l'importance de la sainteté et de l'authenticité des fondateurs. Ils sont en effet à l'origine de familles spirituelles : on trouve des religieux, des célibataires laïcs, des familles, des gens mariés, autour de fondateurs comme Ignace, François d'Assise, Jean de la Croix, et tant de saints canonisés. Mère Teresa a par exemple des coopérateurs laïcs nombreux dans sa famille spirituelle. C'est une grande responsabilité, sous la protection de Joseph ! Voilà pourquoi l'Eglise ne peut pas ne pas vérifier l'authenticité des fondateurs. Parfois, il faudra entièrement réformer quand le fondateur ou la fondatrice aura failli, mais il y aura toujours, comme base indispensable, la sainteté individuelle responsable des vies engagées dans un institut ou une famille spirituelle. En effet, le fondateur (ou la fondatrice) " assume la responsabilité de la vie d'un autre" quand il le fait entrer dans une vocation particulière.

Nous sommes tous un " peuple consacré au Seigneur notre Dieu", que ce soit en paroisse, instituts, associations, mouvements... et Joseph, cette année, va montrer sa protection à tous. C'est notre baptême qui nous consacre au Seigneur, tous, chacun dans sa vocation propre. Logiquement, après l'année saint Joseph, pourquoi pas une année "baptismale" ?

AC

Jeudi 10 Décembre 2020
Lu 389 fois