Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Psaume 107 : fête de la musique, harpes et cithares et jardins du ciel



Éveillez-vous, harpe, cithare, que j'éveille l'aurore ! (verset 2)

La fête de la musique m'a tenue éveillée bien tard : impossible d'éveiller l'aurore le lendemain matin ! Mais entre les musiciens et Dieu, il y a l'éveil de l'aurore. Que signifie éveiller l'aurore ? Qui peut la faire se lever si ce n'est le mouvement grandiose des astres et la volonté de Dieu qui en a fixé le rythme ? Dans ces mots magiques, éveiller l'aurore, il y a un appel à une puissance que l'homme ne possède pas de lui-même, car il s'agit d'hâter, d'accélérer le lever de l'aurore. C'est la supplication du juste qui devance et suscite la lumière avant l'heure. Quand Jésus dira à Marie : "Femme, que me veux-tu, mon heure n'est pas encore venue", la supplication de celle que l'on nomme l'aurore de Dieu, Marie, hâtera, fera arriver plus tôt le salut. 

Que tes bien-aimés soient libérés, sauve-les par ta droite : réponds-nous ! (verset 7)

Dans les morceaux de musique qui m'ont revigorée lors de la fête de la musique, j'ai ré-entendu un air très apprécié de mon enfance : Les jardins du ciel, de Jairo. Les paroles de ce poème étrange et un peu biblique sont portées par la voix et les "tripes" de ce chanteur argentin. La chanson parle d'un homme mystérieux qui entraîne le peuple à marcher vers les jardins du ciel en fuyant la terre qui ne va pas bien. " On est arrivés dans les jardins du ciel, j'ai marché pendant mille années... Si tu as suivi le vent, c'était ton destin, c'était ton chemin de liberté". 
Il nous arrive de marcher pendant mille années. Nous demandons à Dieu de nous sauver, de nous répondre. C'est la nostalgie des jardins du ciel qui nous saisit. Quand pourrons nous chanter à tue-tête : "On est arrivés dans les jardins du ciel?". Entre "que tes bien-aimées soient libérés", et "c'était ton chemin de liberté", il y a cette longue marche, marche synodale, mais en musique! Il y a mille aurores !

Avec Dieu nous ferons des prouesses (verset 14)

Les prouesses que nous faisons avec Dieu sont toujours créatives, elles sont notre façon de faire se lever l'aurore, de rester dans l'espérance positive et créative : musiques, hymnes, poésies, peintures, arts, relations, accueil, soins des petits et des pauvres, proclamation de sa "vérité plus haute que les nuées" (verset 5), joie de vivre malgré les épreuves traversées : c'est notre chemin de liberté, de baptisés !

AC

02 Mon coeur est prêt, mon Dieu, + je veux chanter, jouer des hymnes :ô ma gloire !

03 Éveillez-vous, harpe, cithare, que j'éveille l'aurore !

04 Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur, et jouerai mes hymnes en tous pays.

05 Ton amour est plus grand que les cieux, ta vérité, plus haute que les nues.

06 Dieu, lève-toi sur les cieux : que ta gloire domine la terre !

07 Que tes bien-aimés soient libérés, sauve-les par ta droite : réponds-nous !

08 Dans le sanctuaire, Dieu a parlé : + « Je triomphe ! Je partage Sichem, je divise la vallée de Soukkôt.

09 « A moi Galaad, à moi Manassé ! + Éphraïm est le casque de ma tête, Juda, mon bâton de commandement.

10 « Moab est le bassin où je me lave ; + sur Édom, je pose le talon, sur la Philistie, je crie victoire ! »

11 Qui me conduira dans la Ville-forte, qui me mènera jusqu'en Édom,

12 sinon toi, Dieu qui nous rejettes et ne sors plus avec nos armées ?

13 Porte-nous secours dans l'épreuve : néant, le salut qui vient des hommes !

14 Avec Dieu nous ferons des prouesses, et lui piétinera nos oppresseurs !


Mercredi 22 Juin 2022
Lu 239 fois