Pourquoi Saint Joseph était-il forcément un grand philosophe?



Un méditatif, grand lecteur des livres sapientiaux de la Bible

La question peut sembler rhétorique. On place saint Joseph dans les grands personnages spirituels et on a raison. Mais pas de spiritualité sans questionnement sur le sens de la vie. Et il a dû interroger la nature et Dieu avec insistance, avant de connaître les réponses en Marie et Jésus. Les livres sapientiaux de la Bible, qu'il a médités dans son enfance et qu'il transmettra à la Sagesse incarnée sous la forme d'un Enfant destiné à grandir, ont préparé les deux grandes rencontres de sa vie.
Il attendait, mais activement : comme tout philosophe, il cherchait la Vérité, bien décidé à la suivre quand il l'aurait trouvée. Et bien sûr, c'est Elle qui l'a trouvé.

Un silencieux...actif

Les traités de philosophie de Saint Joseph ne remplissent pas les étagères, certes. Mais comment ne pas se taire quand on a les réponses à méditer en nouvelles questions, d'amour, cette fois, d'émerveillement esbaudi, transporté de joie? La philosophie de Joseph était donc celle décrite par Chesterton ( le copieur!), la philosophie de l'émerveillement. "Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais uniquement par manque d'émerveillement".

Chesterton s'émerveillait à la suite de Joseph. Et Joseph avait vu...la merveille incarnée. Présente dans son quotidien, elle a façonné ses pensées, ses gestes, son travail, son amour. 

Philosophie d'un travailleur émerveillé

Ainsi, la philosophie de Saint Joseph sur le sens du travail reposait - et son travail était repos en Dieu malgré la fatigue corporelle - sur la contemplation de l'essentiel caché dans sa vie de tous les jours. Surpris chaque instant par la joie ( selon le beau titre du livre de CS. Lewis), Saint Joseph écoutait le Maître donner son sens à tout : la souffrance, le mal, le Salut...Et ils ont travaillé, l'Enfant devenu Maître, trente ans en silence dans le secret, ensemble. De quoi poser des questions et écouter les réponses, et les vivre, avec Marie, qui " méditait tout cela dans son coeur"...tiens, elle aussi, aimait philosopher?

Car une bonne philosophie de tous les instants mène à la prière...

Pourquoi Saint Joseph était-il forcément un grand philosophe?

Mercredi 14 Mars 2018
Lu 353 fois