Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Marie et le don de piété filiale, d'amour du Père dans le Fils par l'Esprit



Logique féminine et flèches chinoises

Marie méditait la Parole. La théologie nous apprend que nulle part dans l'Ancien Testament, il n'est question directement de la Trinité. Pourtant, la logique féminine de Marie, lors de l'Annonciation, nous laisse entrevoir une "maturité théologique" immense chez Marie.
L'Eglise a médité le texte de l'Annonciation sous tous les angles. Mais peut-être pas assez sous l'angle de la logique féminine de Marie. 
La logique de Marie apparaît dans ses réponses à l'Ange Gabriel. Une logique nourrie par la connaissance profonde de la Parole. La logique théologique (n'y-a-t-il pas le mot logique dans théologique?) de Marie est augmentée, accrue par la parole des prophètes. C'est un peu comme les flèches chinoises de Liu Bei dans les trois Royaumes. Je m'explique :

Le savoir théologique est toujours un retour logique

J'emprunte à l'histoire de Chine un épisode célèbre pour faire comprendre cet accroissement de la connaissance de la Parole par la Parole. Un jour, Liu Bei, stratège de génie, est confronté à une guerre maritime perdue d'avance. En effet, les troupes embarquées n'ont pas assez de flèches pour gagner contre l'ennemi embusqué sur les berges. Lui Bei proclame alors qu'il va gagner la bataille en obtenant cent mille flèches en trois jours. Il profite d'une journée de brouillard pour habiller de roseaux ses vaisseaux. Puis il simule une attaque. Quelle sera la réponse logique des soldats sur les berges? Ils vont tirer toutes leurs flèches. Ces flèches vont se ficher dans les roseaux et les mannequins de paille. Et par ce " retour de flèches", les troupes de Liu Bei vont faire d'immenses provisions de "munitions".
Marie, sans l'aspect guerrier, bien sûr, va utiliser toute sa connaissance des prophètes pour faire "un retour logique" sur les paroles de l'Ange.

Un exemple : "Moi je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils" (1 ch 17)

Marie et le don de piété filiale, d'amour du Père dans le Fils par l'Esprit
Marie questionne l'Ange selon la logique des Ecritures. Si l'Ange lui dit qu'elle est comblée de grâces, elle déduit que c'est par plus grand qu'elle, par Celui qui peut combler. Donc par l'Infini. Elle comprend (et est logiquement bouleversée) que c'est Dieu qui parle. Si l'Ange lui dit qu'elle va donner naissance au fils du Très-Haut, elle entend, comme un retour " de flèches" que le prophète qui a écrit " Moi je serai pour lui un père, et lui sera pour moi un fils", lui a donné des "flèches de compréhension" du plus grand mystère de Dieu. La stratégie de Dieu se révèle à Marie, et même bien plus : c'est la Trinité, jusqu'ici jamais pleinement dévoilée, qui est révélée à Marie.

"L'Esprit Saint viendra sur toi"

On a commenté par bien des angles l'Annonciation. Mais l'angle large, celui de la première annonce kérygmatique, du premier dévoilement de la Trinité, est le plus... logique. Le plus surprenant aussi. Le plus bouleversant. L'humilité de Marie est aussi incommensurable que le mystère qui se révèle à elle dans le secret le plus absolu. Cette théophanie personnelle et secrète, intimiste et cachée, humble et discrète, c'est la révélation des trois Personnes, du Dieu unique en trois personnes, le Père, le Fils et l'Esprit. Toujours aussi logique, Marie questionne : " Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d'homme?" : la logique du Très-Haut qui est père pour un fils sous la puissance de l'Esprit implique-t-elle que cet enfant à naître est Dieu lui-même? Voilà la théologie "augmentée" de Marie, éclairée par les nombreux passages des prophètes : ces "flèches" atteignent soudain leur but d'amour : "Tu es mon fils, moi, aujourd'hui je t'ai engendré", dit le psaume 2.

L'Emmanuel, le Seigneur est avec toi

14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous).

Marie reconnaît bien des mots dans les paroles de l'Ange. Isaïe, au chapitre 7, parle de cette vierge qui est enceinte, parce que "Dieu est avec nous". L'Ange ne vient-il pas de lui dire : "Le Seigneur est avec toi"? " Sois sans crainte?" 
Alors Marie est paradoxalement emplie du don de crainte, " sans crainte" : il s'agit, dans ce don de crainte, d'être remplie du désir, de la crainte de faire la volonté de Dieu : "comment cela va-t-il se faire"? Mais il s'agit d'allier le don de crainte au don de piété filiale, d'amour filial. Ce don, ultime don du Saint Esprit dont Marie est comblée, c'est celui d'Amour du Fils envers le Père, dans l'Esprit. A l'Annonciation, à l'Incarnation, Marie reçoit tout : les paroles des Prophètes, leur sens, la révélation trinitaire, les dons de l'Esprit et l'humilité : " Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon Ta Parole".

Voilà pourquoi méditer l'Annonciation avec l'Eglise ouvre sur tout le mystère trinitaire et sur le salut. Marie s'efface totalement, et pourtant sa grandeur théologique dépasse celle de tous les théologiens. 

AC

Samedi 25 Mars 2023
Lu 571 fois