Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Les sandales de Joseph



Elles sont importantes, ces sandales : car Joseph n'a pas passé toute sa vie dans son atelier, il a pris les chemins pour emmener l'Enfant et sa mère en Egypte. Il fallait être bien chaussé pour prendre les routes, et Joseph avait un savoir-faire dans tous les domaines de la vie quotidienne.
J'imagine d'abord Joseph dans son atelier, fabricant des sandales sur mesure pour lui, l'Enfant et Marie. Le charpentier, artisan, se fait cordonnier. 
Du cuir, des semelles découpées soigneusement, des lanières, des attaches, poinçon, décoration... trois paires de sandales trônent sur l'établi. ( Je n'ai pas trouvé l'image de mes rêves! Chers amis artistes, à vous de jouer ). Des paires de rechange, spécialement pour les pieds de l'enfant qui va grandir. Le travail est bien fait. A la perfection, mais sans perfectionnisme : Joseph n'a plus besoin de refaire mieux à chaque fois un travail déjà bien fait : son humilité lui permet de s'arrêter avant que le mieux ne devienne l'ennemi du bien. Joseph a le sens de la mesure, celle qui combine audace et adaptation à la situation.
 

Le cuir souple et chaud glisse dans sa main. Joseph sourit en pensant à la joie de Jésus quand il lui offrira ce travail fait en pensant à lui, tout orienté vers l'Enfant. 
Y-t-il un défaut dans le cuir, dans un coup de ciseau ? Pourquoi pas? Joseph utilisera ce défaut pour une décoration plus belle. Pour lui, la perfection est dans la relation : il a fabriqué les sandales de tout le village. 
Quand Joseph fait des sandales pour quelqu'un, le travail bien fait n'est pas dans la technique de fabrication seule, il est dans la relation. 
- Alors, cher voisin, ces sandales, elles se font bien à ton pied? et comment va ta femme? Avez-vous besoin de pain, nous avons un surplus, Jésus en a fait beaucoup... il s'entraîne, j'ai l'impression. Tiens, de quoi nourrir les petits!
Mais oui, Joseph se sert de son travail manuel pour établir des relations d'entraide, d'intérêt sincère et gratuit envers les personnes. Il offre tout simplement son amitié personnelle indéfectible, et il continue de le faire aujourd'hui.

Maintenant sur les routes, Joseph marche allègrement en avant de la sainte Famille. Ses pas le portent au devant des bergers, des rois-mages ( peut-être ceux-ci sont-ils repartis avec des sandales neuves, après leur longue route?), des nouveaux voisins, des Egyptiens. Peut-être enseigne-t-il son savoir faire en ce pays lointain, en échange de techniques locales. Chez Joseph, la perfection est dans la réciprocité, forme d'attention à l'autre qui ne regarde pas d'en haut mais élève le coeur par la joie. Joseph permet aux autres d'être utiles, et ainsi, il leur apporte Jésus.

" Qu'ils sont beaux sur toutes les montagnes les pas de celui qui porte la nouvelle, qui annonce la paix, la joie, la délivrance".
Ces mots s'appliquent à Joseph, puis à Jésus, bien-sûr. Et n'oublions pas les sandales : Jésus avait-il gardé, outre le manteau tissé par Marie, les sandales fabriquées par Joseph? Pourquoi pas? Et comme Jésus a travaillé avec Joseph, des personnes ont porté des sandales divines, si j'ose dire! De quoi mettre ses pas dans ceux de Dieu!

Anne C

Samedi 18 Janvier 2020
Lu 354 fois