Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Saint Joseph par Thérèse de Lisieux


 

Voici quelques extraits d’un poème sur Saint Joseph écrit par Thérèse de Lisieux ainsi qu’une méditation sur la Sainte Famille.
 
A NOTRE PERE SAINT JOSEPH

Joseph, votre admirable vie

S’est passée dans la pauvreté,

Mais, de Jésus et de Marie

Vous contempliez la beauté.

Le Fils de Dieu, dans son enfance

Plus d’une fois avec bonheur,

Soumis à votre obéissance

S’est reposé sur votre coeur.

Comme vous dans la solitude

Nous servons Marie et Jésus

Leur plaire est notre seule étude

Nous ne désirons rien de plus…

Sainte Thérèse notre Mère

Vous invoquait avec amour.

Elle assure que sa prière

Vous l’avez exaucée toujours.

Après l’exil de cette vie

Nous en avons le doux espoir

Avec notre Mère chérie

Saint Joseph, nous irons vous voir.

ambon du Santuaire d'Espaly

(Poésie 14, oeuvres complètes, éditions du Cerf)

Que ce sera gentil de connaître au Ciel tout ce qui s’est passé dans la Sainte Famille ! Quand le petit Jésus commença à grandir, peut-être qu’en voyant jeûner la Sainte Vierge, il lui disait : « Moi je voudrais bien jeûner aussi. » Et la Sainte Vierge répondait : « Non, mon petit Jésus, tu es trop petit encore, tu n’as pas la force. » Ou bien peut-être n’osait-elle pas l’en empêcher. Et le bon St Joseph ! Oh ! que je l’aime ! Lui ne pouvait pas jeûner à cause de ses travaux. Je le vois raboter, puis s’essuyer le front de temps en temps. Oh ! qu’il me fait pitié ! Comme il me semble que leur vie était simple ! Les femmes du pays venaient parler à la Sainte Vierge familièrement. Quelquefois elles lui demandaient de leur confier son petit Jésus pour aller jouer avec leurs enfants. Et le petit Jésus regardait la Sainte Vierge pour savoir s’il devait y aller. Quelquefois même les bonnes femmes allaient tout droit à l’Enfant Jésus et lui disaient sans cérémonie : « Viens jouer avec mon petit garçon » etc. … Ce qui me fait du bien quand je pense à la Sainte Famille, c’est de m’imaginer une vie toute ordinaire. Pas tout ce qu’on nous raconte, tout ce qu’on suppose. Par exemple que l’Enfant Jésus après avoir pétri des oiseaux de terre soufflait dessus et leur donnait la vie. Ah ! mais non, le petit Jésus ne faisait pas de miracles inutiles comme ça, même pour faire plaisir à sa Mère. Ou bien alors pourquoi n’ont-ils pas été transportés en Egypte par un miracle qui eût été autrement nécessaire et si facile au bon Dieu. En un clin d’oeil, ils auraient été rendus là. Mais non, tout dans leur vie s’est fait comme dans la nôtre. Et combien de peines, de déceptions ! Combien de fois a-t-on fait des reproches au bon St Joseph ! Combien de fois a-t-on refusé de payer son travail ! Oh ! comme on serait étonné si on savait tout ce qu’ils ont souffert ! ( Carnet Jaune 820, parole 14)

voir également Thérèse de Lisieux et Saint Joseph, Père et protecteur des Vierges.


Mercredi 24 Février 2010
Lu 1188 fois