Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

A la découverte des soeurs de Saint Joseph dans le monde!

Vous les avez peut-être rencontrées dans votre village? d'où viennent-elles?

Les soeurs de saint Joseph, qui n'en a pas rencontrées dans le monde? D'où est partie cette congrégation discrète et humble placée sous la protection de saint Joseph et rayonnant dans le monde entier? oeuvrant dans les villages, rien ne laisse deviner l'étendue de leur apostolat, au point que beaucoup s'imaginent qu'il ne s'agit que de soeurs locales, ou d'un hasard plaçant sous le même vocable des soeurs d'origines diverses...et bien, non! lisez la suite, et vous verrez que Saint Joseph les guide depuis toujours.


Cette histoire est celle des Soeurs de Saint-Joseph.
Etablies sur les cinq continents,
elles sont environ 14.000 Soeurs.

 
 

Cette histoire a commencé au Puy-en-Velay,
Cité dédiée à la Vierge Marie
Qui a vu le départ des premières croisades.

1650 : la misère est grande dans le Royaume de France.
Le petit peuple souffre.
Au Puy, à l'hospice du Quartier Montferrand,
le quartier le plus pauvre de la ville,
on accueille ceux qui n'ont plus rien,
les petites orphelines, les mendiants, les malades.

Monseigneur de Maupas est l'Evêque de cette ville.
Pasteur attentif aux pauvres, il rencontre un Jésuite, Jean Pierre Médaille,
missionnaire itinérant en Auvergne,
et lui parle des besoins de son diocèse.

Le Père Jean-Pierre Médaille lui confie son projet
d'un groupement de jeunes filles et veuves
désireuses de se donner à Dieu mais trop pauvres
pour être admises dans un cloître.

Une petite graine vient d'être jetée en terre,
En cette terre noire de l'Auvergne,
Terre de feu aux pitons volcaniques. De la petite graine naîtra un arbre.

 

vue du Puy

Ecoute le chant de cet arbre

15 octobre 1650 :
Elles sont six femmes
à qui Monseigneur de Maupas confie
son hospice du quartier Montferrand :

                Françoise Eyraud, 35 ans, directrice,
                Claudia Chastel, veuve, la seule qui sache signer son nom,
                Marguerite Burdier, 24 ans, d'une famille de petite bourgeoisie
                Anna Chaleyer, 46 ans
                Anna Vey
                Anna Brun, 15 ans environ.

Elles sont les six premières Soeurs de Saint-Joseph.
En effet, l'Evêque a reconnu officiellement
la petite Congrégation le 15 octobre 1650.


Ces six femmes sont animées du désir de tout donner à Dieu
à travers le service des autres.

Le Père Médaille leur a donné une Règle de vie.
Fondateur de ce petit Institut qu'il appelle " Petit Dessein "
Il leur propose de vivre dans l'humilité,
la douceur intérieure, la simplicité
Et dans un ardent amour pour Dieu et pour les hommes,
à l'imitation de Jésus, Verbe Incarné.
Il les invite sur le chemin évangélique de la communion
avec Dieu et avec les hommes,
de la " double Union " comme il dit.


Sur cette voie difficile du plus grand amour,
Il leur donne des guides : Jésus, Marie, Joseph.
Il leur fait découvrir une source de vie en l'Eucharistie :
" l'Amour des amours, la Merveille des merveilles "

A la veille de la Révolution française,
cent cinquante Communautés sont implantées dans
les diocèses du Puy, Clermont, Vienne, Lyon
et d'autres diocèses du Sud-Est de la France.

 

1789
La tourmente révolutionnaire s'abat sur le Royaume.

Les Soeurs sont dispersées et retournent dans leur famille
où elles poursuivent clandestinement leur mission
auprès des malades et des enfants.

En juin 1794, Soeur Saint Julien et Soeur Saint Alexis
sont quillotinées sur la place du Marthouret au Puy en chantant le Te Deum.

Le 5 août de la même année, à Privas,
La fureur révolutionnaire conduit sur l'échafaud
Mère Sainte Croix, Soeur Madeleine
Et cette petite Soeur Toussaint, si fragile et si vraie,
qui veut aller jusqu'au bout et s'évanouit devant le couperet.
Elle a 20 ans.

L'arbre a été émondé de toutes parts.
Apparemment tout est mort.

Ecoute la sève qui monte encore.
Laisse ton coeur s'ouvrir
A l'infini de l'avenir qu'on ignore,
A l'infini d'un monde nouveau qui naît.
Déjà, sur l'arbre secoué et dénudé,
Un rameau d'espérance pointe.

Après la Révolution, des Soeurs vont se regrouper
pour vivre en communautés de Saint Joseph :
Saint Joseph du Puy, de Saint Flour, d'Aubenas,
Le Cheylard, Les Vans, de Saint Félicien, de Clermont,
de Saint Vallier, de Clairvaux, de Millau,
d'Estaing, de Marcillac, etc..

Mère St Jean Fontbonne va redonner vie à une Congrégation Saint Joseph,
à Lyon, d'où sortiront la plupart des Congrégations Saint Joseph.

Tu le vois, c'est une histoire de mort et de renaissance,
D'épreuves et de joie pour le Royaume de Dieu.
Un chemin pascal dans le mystère du temps.
Une histoire qui se poursuit au coeur de femmes en marche,
A la suite de Jésus,
Et dont le désir est de vivre aujourd'hui,
Dans notre monde déchiré, la réconciliation ;
Désir aussi de cheminer avec tous les hommes de bonne volonté
Qui essaient de soutenir ceux qui peinent et souffrent.

Toute Soeur de Saint Joseph ne cherche-t-elle pas à découvrir
sur le visage de ses frères le Visage de Dieu ?
 
 
Pour les découvrir plus avant: cliquez

 

http://www.saint-joseph-fed.org/notre_histoire.htm

  


Mercredi 5 Mai 2010
Lu 3885 fois