Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Psaume 44 : la poésie, "tendre l'oreille" pour écouter l'Esprit Saint par Marie



D'heureuses paroles, mes poèmes pour mon roi (V1-2)

Ce psaume est en deux parties : le poète visionnaire s'adresse d'abord au roi puis à son épouse. Il s'agit, comme le précise Saint Jean-Paul II dans son commentaire de ce psaume d'un épithalame : un poème d'amour ( Saint Jean Paul II, audience générale du mercredi 29 septembre 2004). Aujourd'hui, des hôtes marcheurs de saint Jacques, un couple non croyant, ont apporté cette poésie dans mes murs. Ils m'ont raconté, saisi d'émotion, comment ils ont chanté a capella l'ave Maria de Caccini dans la chapelle de saint Roch. Attirées, deux jeunes filles se sont jointes à eux pour chanter. 

Ecoute ma fille, et tends l'oreille ( v. 11)

La deuxième partie du psaume s'adresse à l'épouse. Tandis que les qualités du roi le désignent comme le Messie ( "Tu es beau comme aucun des enfants des hommes", "Ton trône est divin"), les qualités de la reine commence par l'écoute. Pas étonnant que lorsque l'on chante Marie dans une chapelle du Chemin, ceux qui écoutent s'approchent ! C'est aussi la démarche du Synode qui demande à toute l'Eglise-Epouse d'écouter, de tendre l'oreille. 

Fécondité : " Tes fils se lèveront sur toute la terre" (v 17)

Les mêmes hôtes m'ont raconté que leur fils poète notait toujours sur un carnet ses poésies, mais depuis une opération, il n'écrit plus. Peut-être marcher sur le Chemin lui ferait aussi du bien? Pourquoi nous arrêtons-nous d'écrire de la poésie ? Je n'ai pas de réponse mais beaucoup trop de réponses : traumatismes, maladies, perte de sens, dépression, solitude, sentiment d'inutilité, manque de temps, vie stressante et surmenée... pourtant, si on écoute l'Ave maria de Caccini, cet océan de sérénité est un encouragement à la poésie, à la beauté, à la louange. 

La fécondité de la poésie est comme celle d'un couple, comme celle de l'Eglise : elle dépend de l'écoute intérieure. La poésie est liée à l'Esprit Saint, car elle est inspiration, motion, émotion, souffle, amour. Voilà pourquoi les poètes chantent Marie, en parole et en musique, comme celle que "tous les âges diront bienheureuse". Dans son Magnificat, Marie fait écho à ce psaume 44 : " Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges". 

" Oui, Dieu t'a consacré d'une onction de joie" (V 8)

Quand Jésus, le Roi Messie annoncé par ce psaume, dira : " C'est aujourd'hui que cette parole s'accomplit", il s'agit encore du même écho du psaume 44 : " On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction" (Lc, 4, 17-18). 
L'Esprit du Seigneur est sur chacune et chacun de nous qui avons été "consacré par l'onction" à notre baptême. C'est la fécondité de l'Eglise dont l'écoute de la "fille vêtue d'or d'Ophir", l'écoute mariale, est l'emblème, la marque distinctive.

Saint Jean-Paul II commente la deuxième partie du psaume 44 en citant un père de l'Eglise dont l'expression est empreinte de toute la poésie biblique : 

" De nombreux Pères de l'Eglise (...) ont lu le portrait de la reine en l'appliquant à Marie, à partir  de l'appel initial:  "Ecoute, ma fille, regarde et tends l'oreille..." (v. 11). C'est ce qui a lieu, par exemple, dans l'Homélie sur la Mère de Dieu de Chrysippe de Jérusalem, un cappadocien qui, en Palestine, fut l'un des moines fondateurs du monastère de saint Euthyme (...).

"C'est à toi qu'est adressé mon discours - dit-il en s'adressant à Marie -, à toi qui dois devenir l'épouse du grand souverain; c'est à toi que va mon discours, à toi qui vas concevoir le Verbe de Dieu, de la façon qu'Il connaît... "Ecoute, ma fille, regarde et tends l'oreille"; en effet l'heureuse annonce de la rédemption du monde est en train de s'accomplir. Tends ton oreille et ce que tu entendras réjouira ton coeur... "Oublie ton peuple et la maison de ton père":  ne prête pas attention à ta parenté terrestre, car tu seras transformée en une reine céleste. Et vois - dit-il - combien t'aime celui qui est le Créateur et Seigneur de toutes les choses. "En  effet  le  roi  - dit-il - désire ta beauté":  le Père lui-même te prendra comme son épouse; l'Esprit disposera toutes les conditions qui sont nécessaires pour ces noces... Ne crois pas que tu enfanteras un enfant humain, "car il est ton Seigneur et tu te prosterneras devant lui". Ton Créateur est devenu ton enfant; tu le concevras et, avec les autres, tu l'adoreras comme ton Seigneur" (Testi mariani del primo millennio, I, Rome 1988, pp. 605-606)" (Audience du 6 octobre 2004).

AC


02 D'heureuses paroles jaillissent de mon coeur quand je dis mes poèmes pour le roi d'une langue aussi vive que la plume du scribe !

03 Tu es beau, comme aucun des enfants de l'homme, la grâce est répandue sur tes lèvres : oui, Dieu te bénit pour toujours.

04 Guerrier valeureux, porte l'épée de noblesse et d'honneur !

05 Ton honneur, c'est de courir au combat pour la justice, la clémence et la vérité.

06 Ta main jettera la stupeur, les flèches qui déchirent ; sous tes coups, les peuples s'abattront, les ennemis du roi, frappés en plein coeur.

07 Ton trône est divin, un trône éternel ; ton sceptre royal est sceptre de droiture :

08 tu aimes la justice, tu réprouves le mal. Oui, Dieu, ton Dieu t'a consacré d'une onction de joie, comme aucun de tes semblables ;

09 la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement. Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.

10 Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ; à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.

11 Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ; oublie ton peuple et la maison de ton père :

12 le roi sera séduit par ta beauté. Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.

13 Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple, chargés de présents, quêteront ton sourire.

14 Fille de roi, elle est là, dans sa gloire, vêtue d'étoffes d'or ;

15 on la conduit, toute parée, vers le roi. Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;

16 on les conduit parmi les chants de fête : elles entrent au palais du roi.

17 A la place de tes pères se lèveront tes fils ; sur toute la terre tu feras d'eux des princes.

18 Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges : que les peuples te rendent grâce, toujours, à jamais !


Lundi 23 Mai 2022
Lu 221 fois