Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Peut-on coacher une vocation en "deep coaching"?



Le deep coaching : un échange qui entraîne des changements de vie

Quand vous allez voir un coach, c'est une démarche très encadrée et précise : ce n'est pas un thérapeute qui va relier passer et présent, ce n'est pas un mentor (mentoring) ou un consultant qui va vous faire passer par des étapes qu'il a parcourues lui-même avant vous. Le coach va respecter le fait que vous êtes " l'unique expert de votre vie"  ( the expert of your life, expression de Rich Litvin dans "how to coach someone you don't know) : il ne va pas susciter les changements, c'est vous qui allez, en partageant avec lui, initier des changements (ou non!). Cette manière profonde d'échanger peut beaucoup aider à déployer sa propre vocation. Je parle donc ici d'un coaching spécifique, le coaching vocationnel large : pour quoi suis-je fait? quel est mon chemin propre? comment déployer mes talents, ma vocation?

Le coach chrétien n'est pas un gourou, il est là pour vous servir votre vocation

Dans le processus de coaching, après avoir établi un contact humain et détendu, le travail commence par la mise en place de la mission du coach. Il est là pour SERVIR une demande. La demande doit être claire : par exemple, "que dois-je faire pour devenir créatif dans les circonstances qui sont les miennes?". Pour servir votre vocation, le coach va éveiller l'expert qui sommeille en vous. Il va, parfois au risque de vous déstabiliser ou de vous déplaire (son job est de servir, pas de plaire), vous amener à prendre en main votre vocation. 

L'expert de votre vie, c'est aussi l'Esprit Saint

Une vocation se déploie dans le temps et ce déploiement possède une unité et une diversification. Saint Thomas d'Aquin explique que le temps est nombré, en instants. Ces instants, notre vocation les intègre. Aucune vocation ne surgit spontanément de rien, même quand la grâce accélère les choses. Il y a toujours une préparation dans le temps, dont on voit la trame après coup. Et à un moment, les fils se nouent pour déterminer un instant vocationnel fort. Cet instant ne peut exister sans tout ce qui a précédé! C'est pourquoi des changements trop abruptes dans une trame vocationnelle sont plutôt le signe d'une fuite, d'incohérences. Il en est de même pour l'absence de changements, la répétition trop routinière de circonstances et de choix sans variation ou progression. " Dix aunes de drap ne tirent pas leur continuité du nombre dix, mais du drap ainsi nombré", explique Thomas ( Somme théologique, Q 10, A 6). Notre vocation personnelle tire son unité non pas du nombre d'expériences, mais de l'unité qui soutient le sens de ces expériences et que l'Esprit Saint nous montre. 

Pour illustrer cela, je vais prendre l'exemple que j'ai découvert sur internet d'une sportive. Je l'ai suivie sur sa chaîne You tube pour des exercices de fitness, attirée par une allure très inspirante. Cette femme d'une cinquantaine d'années explique dans une interview qu'elle a découvert sa vocation personnelle profonde vers quarante ans. Nageuse olympique, elle a eu ensuite de graves ennuis de santé liés à son entraînement intensif sur tant d'années. Le fil conducteur de sa vie a toujours été l'eau. Elle en parle avec un amour étonnant! Maintenant, elle propose des exercices et des thérapies dans l'eau pour soigner ou guérir des maux divers, en précisant qu'il fallait aussi passer par les douleurs de son métier de nageuse professionnelle pour enfin arriver au sens de sa vie. Je ne me prononce pas sur ce qu'elle propose, je constate seulement une belle trame (le drap, dont parle Thomas!) vocationnelle : l'eau, le sport, le service des autres. Je ne sais si elle connaît la valeur de l'eau par rapport au baptême, mais sa vocation humaine est déjà resplendissante. 

 

Toute vocation est là pour servir la vocation de l'autre, pas pour la déterminer ou la formater à la place de l'autre

Je termine donc en récapitulant : on peut coacher en profondeur une vocation pour l'aider à se déployer. Ce déploiement est entre les mains uniquement de la personne concernée et de l'Esprit Saint. Le coach chrétien peut servir d'instrument à l'Esprit Saint pour aider ce déploiement, à condition de rester dans le service et de remplir sa mission, donnée par le coaché, sans l'outrepasser. L'Esprit Saint fera tout le reste avec la personne ! Nous sommes ici dans la vocation humaine, naturelle, qui sert de base à la vocation surnaturelle : c'est alors à l'accompagnateur spirituel de prendre le relais !

AC

Mardi 2 Août 2022
Lu 187 fois