Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Le développement personnel est-il suffisant pour déployer sa vocation?



Développement personnel et déploiement vocationnel

Le développement personnel est utile, et parfois indispensable mais est-il suffisant? Imaginons un chrétien doué en mathématique. Il peut se développer à l'infini dans le champ des mathématiques (ou de la philosophie, ou des sciences humaines), il peut améliorer sa personne, sa personnalité, devenir affable s'il était grognon grâce à un programme comportementaliste. Il peut se développer et c'est bien, mais il est possible qu'il passe totalement à côté de sa vocation si jamais Dieu lui demandait en fait de devenir prêtre ou de se marier. C'est un peu la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf : elle explose à la fin. La vocation peut disparaître ensevelie dans un développement personnel auto-centré. Ce sera le prêtre qui ne prie plus mais donne des cours d'énéagramme, ou le père de famille qui crée dix entreprises mais ne voit jamais ses enfants.

Déployer sa vocation

Le déploiement vocationnel vient équilibrer la soif légitime de se développer : altruisme, raisons de vivre, acceptations de ses limites, reconnaissance d'un plus grand que soi, renonciation à soi-même équilibrent l'excès de développement personnel déconnecté de la vocation. Une personne sur-développée mais sans but extérieur à elle-même, sans acceptation de ses limites, est en réalité comme un bateau avec des voiles mais sans gouvernail. 
Pour déployer sa vocation, la personne, quel que soit son degré de développement personnel, doit avoir un but de service, de créativité pour les autres. Cette créativité s'appuie sur un développement personnel cohérent avec son déploiement vocationnel : service, entraide, amour. 

Cohérence entre développement personnel et déploiement de la vocation

Quand le développement personnel est équilibré, il se fait donc en cohérence avec le déploiement vocationnel. La créativité sera alors en harmonie avec la prière, avec les relations, avec les exigences du service. Sacrifier parfois le développement personnel au profit du déploiement vocationnel revient à ajuster sa propre taille au réel : la grenouille n'est pas un boeuf, mais pour rester dans les fables, les souris qui libèrent le lion pris dans un filet sont des souris capables de rendre service là où elles sont. Elles ne sont pas sous-développées mais bien "proportionnées" à leur fonction. Elles peuvent bien sûr grandir et s'améliorer à partir de cette base en cohérence avec leur fonction : délivrer le lion au bon moment.

En résumé, pour une vocation bien déployée, un développement personnel proportionné est utile. Il ne doit pas devenir disproportionné et il doit être cohérent avec la vocation, à la mesure de la personne. Le déploiement vocationnel peut donc conduire parfois à se réaliser soi-même pour mieux servir, et parfois à renoncer à certaines réalisations de soi pour favoriser des réalisations de service, de prière, d'altruisme, de vertus, de charité, et même de sacrifice. 
 

Créativité et déploiement vocationnel

Ainsi, la créativité vocationnelle discernera s'il faut sacrifier quelque chose ou non,  elle orientera les décisions en gardant le cap vocationnel, sans négliger les autres aspects de la personne.

Le déploiement vocationnel tend au 
développement intégral de la personne, selon un plan de Dieu sur elle. Pour répondre à cet appel, la personne donne un ordre de priorité et de cohérence à tous les aspects de sa vie : développement personnel, éducation, études, amélioration des relations, prière, service, choix moraux, etc. C'est le développement intégral de la personne qui assure sa fécondité. 

AC

Mardi 21 Juin 2022
Lu 224 fois