Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Les trois piliers d'une oeuvre d'Eglise.

Quand on suit une vocation d'Eglise, on se demande si l'oeuvre à travers laquelle on désire servir l'Eglise et le Christ est stable. Comme les trépieds antiques, il faut considérer trois piliers, trois pieds qui s'équilibrent et assurent la stabilité de l'ensemble...voici lesquels.



La sainteté du ou des fondateurs.

Fra Angélico : communion des saints, Fra Angelico a représenté de nombreux saints fondateurs de son temps.
Fra Angélico : communion des saints, Fra Angelico a représenté de nombreux saints fondateurs de son temps.
Nous avons déjà écrit un article détaillé sur ce sujet. Ici, nous voulons rattacher cette sainteté " fondatrice" au discernement de l'Eglise. Si le fondateur n'est pas un ou une sainte " canonisable", il doit au moins être fils ou fille de l'Eglise, en ce qui concerne la foi et les mœurs. Le discernement se fera dans le temps. L'Eglise a vu nombre de fondateurs saints...et pécheurs invétérés. Intervient alors la sainteté des membres d'une oeuvre, parmi lesquels l'Esprit Saint peut susciter de saints réformateurs qui sauveront l'oeuvre.

La sainteté des membres.

Ceux qui écoutent la Parole en vérité..." Il ne s'agit pas de dire " Seigneur, Seigneur, mais de faire la Volonté de mon Père."
Ceux qui écoutent la Parole en vérité..." Il ne s'agit pas de dire " Seigneur, Seigneur, mais de faire la Volonté de mon Père."
Si le charisme d'une oeuvre, c'est-à-dire sa grâce particulière d'évangélisation et de sanctification, est réel, l'oeuvre résistera au péchés et trahisons de toutes sortes pour produire des fruits de sanctification, lesquels seront visibles eux aussi par le discernement du temps. Le Christ n'avait pas peur des scandales, Il pensait aux petits et aux humbles, à ceux-là Il se manifeste : " Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux touts petits". La sainteté des membres d'une oeuvre repose sur l'Evangile et l'Eglise : l'Eglise possède les promesses de la Vie éternelle. Parfois, ces petits et ces humbles se sanctifient au travers des tribulations d'oeuvres qui elles, ne suivent pas vraiment l'Evangile et persécutent ceux qui en son sein rappellent la vocation de tous à la sainteté. Ainsi, une oeuvre est toujours améliorable. Mais ces améliorations doivent s'incrire dans la réalité, par le biais du troisième pilier : les statuts, ou constitutions ecclésiales.

Les statuts, ou les Constitutions et leur validité : le tiers de la loi.

Entrée du Christ à Jérusalem : Il se laisse approcher de tous, sachant bien aussi qu'à la Croix, ces mêmes foules seront partagées.
Entrée du Christ à Jérusalem : Il se laisse approcher de tous, sachant bien aussi qu'à la Croix, ces mêmes foules seront partagées.
Il n'est pas facile de discerner la sainteté des êtres, pourtant les oeuvres sont en vue de la sanctification des baptisés et du monde. L'oeuvre n'est qu'un support temporel, voué forcément à la dégradation du temporel si on n'y prend garde. Les statuts et constitutions d'une oeuvre ecclésiale, même acceptés comme dit le droit canon d'abord " ad experimentum", puis définitivement, sont sans cesse à remettre sur le métier. L'acceptation définitive ne signifie pas que les règles des ordres religieux, par exemple, sont définitivement figées, mais bien au contraire qu'elles acceptent définitivement de se soumettre au regard ( toujours vigilant et bienveillant) de l'Eglise, pour une constante " remise à jour". C'est par ce processus qu'est conservé et vérifié la possibilité de se sanctifier réellement dans une oeuvre, un institut d'Eglise. 

Entre la sainteté des fondateurs, transmettant un charisme d'évangélisation, et celle des membres, mettant ce charisme en oeuvre, la " loi" que représentent les statuts, règles, constitutions, permet de suppléer à d'éventuels imperfections et manquements humains qui sont forcément à prévoir et de rattacher l'oeuvre à l'obéissance ecclésiale, lui assurant de faire le bien escompté malgré les défaillances humaines, tout en permettant d'atteindre l'objectif visé par Dieu Lui-même quand Il suscite un charisme, une oeuvre : la sanctification de tous, c'est-à-dire l'union effective au Christ dans l'obéissance à sa Parole, dans l'Eglise.

Sanctification, Sacrements et Eglise.

Sainteté et Communion dans l'Eglise.
Sainteté et Communion dans l'Eglise.
La seule oeuvre qui a les promesses de la Vie, c'est l'Eglise fondée par le Christ, reposant sur l'Eucharistie et la Croix. Les Sacrements sont le moyen par lequel le Christ sanctifie et unit à Lui, et l'Eglise est dépositaire de ces sacrements. Quand une oeuvre a accès aux sacrements, il y a toujours une irrigation en profondeur qui permet la sanctification et le discernement des esprits. Quand bien même une oeuvre, un institut, une fondation viendrait à disparaître ( combien ont disparu au cours des siècles? Combien continuent d'évangéliser, appuyés solidement sur les piliers que nous venons de décrire, par exemple les grands ordres monastiques ?), l'Eglise, elle, demeure et prend soin de ceux qui cherchent le Christ en vérité.

Samedi 10 Décembre 2011
Lu 1973 fois

Connaître Saint Joseph | Pour aller plus loin | Vous avez dit " vocation" ? | Accompagnement spirituel. | Pistes de réflexion, avec le Père Bonnet