Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Quand Joseph transforme son atelier en Joseph Master class



On voit toujours seulement la Sainte Famille sur les images qui la représentent dans l'atelier de Nazareth. Parfois, un chien, un lapin, des anges sont conviés un peu au hasard. Il nous faudrait donc des artistes peignant cette maison ouverte et remplie de vie avec les voisins si importants et surtout les enfants. 

Je suis certaine que Joseph avait l'âme d'un enseignant. Il a enseigné la Torah et son art à Jésus : tout son savoir faire, il l'a transmis au plus grand Enseignant de l'Histoire humaine. Jésus, dans son humanité, a recueilli avec respect les enseignements de Joseph qui ont façonné sa pédagogie humaine, tandis que sa divinité se réjouissait de ce que Joseph faisait des dons reçus de Dieu.

 

Donc, tous les enfants de Nazareth venaient au frais, à l'heure la plus chaude, dans l'atelier de Jospeh, et au lieu de faire la sieste, ils apprenaient à faire des tables, des mathématiques en trois dimensions, car pour faire un meuble, il faut savoir compter et visualiser dans l'espace. Ils ont appris à sculpter, à tailler, ils ont appris les règles de sécurité, l'entretien et le nettoyage des outils, le savoir-faire, et une certaine façon d'être. 

Par exemple, le jour où Joseph s'est entaillé le doigt, ils ont appris l'humilité du maître : il n'a pas prétendu que c'était à cause des enfants qui se pressaient autour de lui en se bousculant. Il a simplement reconnu : " Là, les enfants, il ne faut pas faire comme moi : quand on manie un outil, on crée un périmètre de sécurité pour avoir les mouvements libres".

 

Et quand il a mis les enfants sur les finitions d'une grande table de famille pour douze personnes, Joseph n' a pas laissé Jésus diriger l'équipe. Il l'a confiée au fils du voisin, pour qu'il fasse ses armes. Et il ne lui a pas dit tout ce qu'il devait faire, seulement les grandes lignes. Joseph n'est pas dirigiste, car le dirigisme empêche de grandir et il enferme dans le stress et le manque de personnalité, donc de créativité.

Joseph fait grandir toujours, il lâche donc la bride aux enfants après leur avoir donné toutes les bases nécessaires et une fois la rigueur élémentaire acquise. Et il n'intervient plus, au risque d'un travail imparfait mais réellement libre et créatif. Ainsi, avec Joseph, l'effort de travail devient récréatif. Certes, Nazareth à cette époque a vu des meubles et des ustensiles d'une qualité enfantine au départ, mais de là sont nées des vocations d'artisans fiables, heureux, compétents, en constant progrès, bouillonnant d'idées nouvelles et d'assurance dans leur vocation professionnelle personnelle. 

J'en conclus que la maison de Nazareth était remplie d'ustensiles de belle facture et ingénieux dont Joseph n'était pas l'auteur, ni Jésus, mais le petit voisin dont le talent s'était développé au contact de ce master class de liberté et de coaching non dirigiste, qu'on me pardonne ce vocabulaire anachronique!

Anne C

Lundi 10 Février 2020
Lu 147 fois