Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

La forteresse ouverte de Joseph : il est mon allié, ma forteresse, celui qui me libère ( ps 144)



L'attitude de la forteresse fermée, résistant à tous les assauts, mais confinée à l'intérieur, peut historiquement avoir sauvé les catholiques face à bien des dangers : du communisme, au nazisme, en passant par les attaques médiatiques, la forteresse tient bon. Mais elle se ferme en sa carapace comme un chevalier qui ne quitte jamais son armure et ne s'accorde ni repos, ni détente. 
Comme enfermée en elle-même, certains ne peuvent entrer, et d'autres voudraient bien aller au-dehors pour faire ce qui est leur raison d'être : évangéliser à tout vent.

Joseph de Bon Espoir, Haute-Loire. Joseph, tour de David et veilleur
Joseph de Bon Espoir, Haute-Loire. Joseph, tour de David et veilleur
Voilà pourquoi Joseph, tour de David, et solide forteresse dans le danger, peut-être aussi celui qui ouvre la forteresse sur le dehors. C'est un peu le but d'une année ou d'une vie avec Joseph, trouver l'équilibre comme une respiration. Car une forteresse, cela peut durcir, s'il n'y a pas un coeur qui bat. et un coeur qui bat, c'est une diastole et une systole. Un mouvement de vie.

Alors, Joseph au coeur très pur peut nous donner son coeur pour gérer la forteresse : la protection et l'enveloppement vont vers le petit et le faible : on n'a jamais entendu Joseph fustiger les pauvres, les bergers, les ignorants, qui demandent asile et protection à sa bonté. 

Et Joseph très prudent sait qui il faut introduire dans la place, ou surtout pas. Son discernement ira vers la protection des vulnérables, des enfants, des femmes, des personnes âgées, de la vie à naître. La forteresse risque de déborder de monde!

Enfin, la diastole et la systole du coeur vont lever les ponts-levis, ouvrir les portes, rendre les entrées et sorties comme rassurantes et naturelles. Il faut de tout pour une sécurité aimante, des gardes vigilants, des veilleurs qui avertissent au bon moment, des amis au-dehors qui étendent les bienfaits d'une communication amicale, un service de renseignements ( Joseph avait le meilleur : les anges! mais aussi la famille, les amis, les bergers, les mages, les voisins, les travailleurs du village). 

Avec Joseph, la forteresse ne peut s'enfermer en elle-même, elle sera toujours en diastole et systole, offrant ses services sans les imposer, communiquant assurance et paix, solidité et liberté de mouvement. Dans les temps de paix, elle sera le souvenir maintenue de la prudence nécessaire en ce monde et d'une présence. Dans les temps incertains, elle sera décision et clarté. Dans les temps de repli et d'assaut, elle sera le gage d'une victoire et d'une liberté intérieure, non sclérosée, et destinée à retrouver ouverture et mouvement. Joseph nous apprend ainsi que Dieu est notre forteresse, notre allié, celui qui nous libère : jamais il ne nous enferme, et jamais il ne nous abandonne.

Anne C

Mercredi 11 Mars 2020
Lu 174 fois