Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Formation humaine des jeunes prêtres, p. Bonnet

Pourquoi tant de jeunes prêtres quittent le ministère dans les 3 ou 4 premières années après leur ordination ?


 

 

logo reliquaire coeur de Curé d’Ars

Ce constat, hélas bien réel, n’est en aucune manière à rapprocher du départ en masse d’un grand nombre de prêtres, après le Concile de Vatican II et la crise soixanthuitarde. En effet, ces jeunes prêtres sont entrés dans la vie sacerdotale durant le pontificat de Jean Paul II. Ils appartenaient à la génération JMJ, aux Communautés nouvelles, aux différentes mouvances traditionnelles. Alors pourquoi ces défections douloureuses, souvent incompréhensibles pour la communauté ecclésiale ?

Jean-Paul II, dans son exhortation post synodale de 1992, « pastores dabo vobis », nous donne une importante clé de compréhension. Il traite en effet dans le chapitre V de la formation des candidats au sacerdoce et il affirme que la formation humaine est le fondement de toute la formation sacerdotale.

Pour exercer son ministère et y rester fidèle, les futurs prêtres doivent faire preuve de « qualités humaines indispensables à la construction de personnalités équilibrées, fortes et libres ». Et d’ajouter un peu plus loin, « la formation à la maturité affective du candidat…s’inscrit dans ce contexte comme un élément important et décisif… » et «  il devient plus urgent d’assurer une éducation de la sexualité qui soit vraiment et pleinement personnelle et qui ouvre à l’estime et à l’amour de la chasteté. »

Dans le contexte difficile de notre société, il apparaît donc essentiel que les pères aient un souci particulier de la construction humaine et de la maturation affective de leurs fils, pour qu’ils deviennent des hommes, bien dans leur personne masculine, ce qui leur sera nécessaire pour être des époux solides, des célibataires équilibrés, et à fortiori, si Dieu les appelle, des prêtres capables de se laisser configurer au Christ, Bon Pasteur. Il apparaît tout aussi essentiel, compte tenu « des carences notables et parfois des graves déséquilibres » qui sont le lot de nombreuses situations familiales, qu’il y ait des paternités de substitution dans les écoles catholiques, les patronages et les séminaires. Si cette exigence de paternité n’est pas assurée, alors nous continuerons à nous lamenter de voir dans l’état sacerdotal se multiplier homosexualité, pédophilie et départs précoces.

De tout cœur, j’adjure les pères dans l’ordre de la chair, de jouer leur rôle de père et tous les hommes, qui ont un charisme de paternité, de proposer ce service généreux et essentiel de la paternité de substitution. Il en va de la solidité humaine et de l’équilibre des jeunes que le Seigneur continue à appeler au sacerdoce.

Père Yannik Bonnet


Samedi 27 Février 2010
Lu 806 fois