Notre Dame, notre drame de Paris: rebâtir la cathédrale avec un cercle économique vertueux.



Attentats, assassinat du père Hamel, casseurs infiltrés dans les gilets jaunes, et maintenant, le plus bel hommage à la Vierge, à notre Dame, qui part en fumée en début de Semaine Sainte. " La période est douloureuse et les signes des temps peuvent nous inquiéter", comme le dit monseigneur Aupetit, " nous pensions fêter Pacques, et nous voilà à devoir nous unir au Vendredi Saint du Christ et aux tourments de la très Sainte Vierge Marie dont le sanctuaire est détruit". Et plus loin, l'évêque de Paris souligne le devoir d'ESPERANCE.

C'est Marie qu'il nous faut consoler, et sainte Geneviève dont la relique était dans le coq surplombant la flèche effondrée, avec une relique de saint Denis... Les saints patrons de la France se rappellent à nous, nous les avions oubliés. La Croix, suspendue désormais entre la voûte éventrée et les décombres, mais à la lumière du Jour, brille avec insistance. Quant à la forme de la cathédrale en feu, prise depuis les drones-pompiers, elle est rouge flamboyant, à la taille de la Nation. Victor Hugo aurait aimé cette démesure, il est à craindre que les millénaristes de tous poils cherchent à faire feu de tout bois, et donc de la forêt, nom donnée à l'immense charpente partie en fumée et que nous ne verrons plus.

 

Alors, que faire? Pleurer, prier, rebâtir, le programme est tracé. Mais aussi implorer Marie, Geneviève et Denis... retrouver la mémoire. 
Se réjouir aussi que la maison commune de prière soit aimée ainsi dans le monde entier. Remercier les journalistes qui nous montrent, depuis les drones, depuis les immeubles, depuis les bateaux mouches ou depuis la nef, la Croix, impressionnante et incontournable. 

Et souvenons-nous que dans l'histoire de l'Eglise, quand cela s'effondre à grands fracas d'un côté, cela pousse en silence et dans la sainteté ailleurs, en secret, pour bâtir de nouvelles cathédrales dans les coeurs, aux périphéries.

Vivement Notre Dame reconstruite, au travail, comme aux siècles de la pose de sa première pierre : un peuple de bâtisseurs, capable de produire beauté et unité. On a retrouvé le coq et les reliques précieuses intacts dans les décombres. Il faudra le remettre au sommet! Merci à celui qui a eu l'idée d'aller le chercher, puisse-t-il avoir la joie de le remettre en place ! Une pensée émue de la part de quelqu'un qui aime sainte Geneviève et veut la voir à nouveau protéger Paris...avec Marie!

Voici un lien vers les Compagnons du devoir, ces métiers ( couvreur, charpentier, tailleur de pierre) d'avenir pour rebâtir la cathédrale mais aussi une économie basée sur un cercle vertueux : les dons créent des formations dans des emplois durables et qui permettent de vivre bien et d'avoir une famille ( voir les chiffres de salaires sur le site des Compagnons), sans assistanat. De plus, tout le secteur du bâtiment en profitera. La construction durable...c'est ce que les bâtisseurs de Cathédrale nous ont transmis!

AC

Mardi 16 Avril 2019
Lu 338 fois

Dans la même rubrique :














1 2 3