Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Benoît XVI, l'homme juste et saint Joseph : hommage au Pape.

Hommage au Pape et à tous les papes " hommes justes", sur la base de Saint Joseph, homme juste et protecteur de l'Eglise, d'après un texte sur saint Joseph de Benoît XVI. Providentiellement ( ou volonté papale?), le psaume 1 proposé par la liturgie du 28 février, jour du départ de Benoît XVI, sert de trame à sa méditation sur saint Joseph ainsi que le texte de Jérémie qu'il cite.



Vacance du siège et période de décision : l'exemple de saint Joseph

Heureux l'homme qui ne marche pas dans le conseil des impies, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs et qui ne s'assied pas dans la compagnie des moqueurs, 2	mais qui a son plaisir dans la loi de Yahweh, et qui la médite jour et nuit. 3	II est comme un arbre planté près d'un cours d'eau, qui donne son fruit en son temps, et dont le feuillage ne se flétrit pas: tout ce qu'il fait réussit. 4	II n'en est pas ainsi des impies: ils sont comme la paille que chasse le vent. 5	Aussi les impies ne resteront-ils pas debout au jour du jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes. 6	Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine. Psaume 1
Heureux l'homme qui ne marche pas dans le conseil des impies, qui ne se tient pas dans la voie des pécheurs et qui ne s'assied pas dans la compagnie des moqueurs, 2 mais qui a son plaisir dans la loi de Yahweh, et qui la médite jour et nuit. 3 II est comme un arbre planté près d'un cours d'eau, qui donne son fruit en son temps, et dont le feuillage ne se flétrit pas: tout ce qu'il fait réussit. 4 II n'en est pas ainsi des impies: ils sont comme la paille que chasse le vent. 5 Aussi les impies ne resteront-ils pas debout au jour du jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes. 6 Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine. Psaume 1
Saint Joseph a été proclamé " patron de l'Eglise Universelle" par le pape Pie IX. Dans son dernier livre sur Jésus, l'enfance de Jésus, Benoît XVI est revenu longuement sur la figure de saint Joseph. On sait maintenant que le pape était en train de discerner et de méditer sa décision de renoncer à la charge pétrinienne, tout en méditant longuement sur Joseph, celui dont les décisions ont toujours été guidées par Dieu. A une période où les vaticanistes se demandent quelles doivent être les qualités d'un pape, voici quelques citations :

" Le psaume 1 offre l'image classique du " juste". Nous pouvons donc pratiquement le considérer comme un portrait de la figure spirituelle de saint Joseph. Juste, selon ce Psaume, est un homme qui vit dans un contact profond avec la parole de Dieu; qui "trouve sa joie sans la loi du Seigneur." ( v 2) ( L'enfance de Jésus, p 63, Flammarion)

Un pape, homme juste, " c'est un arbre qui, planté le long des cours d'eau, porte constamment du fruit".

" C'est un arbre, qui planté le long des cours d'eau, porte constamment du fruit. avec l'image des cours d'eau dont il s'abreuve, on entend naturellement la parole vivante de Dieu, dans laquelle le juste fait plonger les racines de son existence." ( Jésus de nazareth Tome III, page 62 à 67)

Pensons au synode des évêques sur la Parole de Dieu, devenu un texte fondamental du pontificat de Benoît XVI. ( Voir sur notre site la présentation de Verbum Domini par le père Y. Bonnet.)

 
Joseph représenté avec le bâton qui fleurit : un symbole qui rappelle que Jésus est l'aboutissement du songe de Jessé , le rejeton de David, la chasteté et l'obéissance de Joseph ayant permis que se réalise la promesse faite à David, Joseph étant le dernier des Patriarches;
Joseph représenté avec le bâton qui fleurit : un symbole qui rappelle que Jésus est l'aboutissement du songe de Jessé , le rejeton de David, la chasteté et l'obéissance de Joseph ayant permis que se réalise la promesse faite à David, Joseph étant le dernier des Patriarches;

Un pape sachant communiquer ?

Benoît XVI, l'homme juste et saint Joseph : hommage au Pape.
Les médias de tout bord auront retenu et rendu visible le talent de Benoît XVI pour la communication. Même les plus acharnés, ceux à qui les raisons spirituelles échappent, et qui réclament un pape médiatique selon leurs critères de communication " virtuelle", doivent s'incliner devant les faits : des audiences tous les mercredi noires de monde, des livres vendus à des milliers d'exemplaires et qui s'achètent dans les gares comme dans les librairies religieuses- pensons au succès des trois tomes de Jésus de Nazareth), des livres de théologie étudiés dans le monde entier, car le pape Benoît XVI a développé un tel art de la communication que les fidèles lambda grâce à lui se passionnent pour la théologie et  trouvent un accès limpide, accessible, fiable et enthousiasmant dans l'oeuvre du " mozart des théologiens"...quelle est la source de cet ars communicandi, qui passe aussi bien par le latin, les langues vernaculaires et les médias modernes, de Twitter à Vatican News ?

" La volonté de Dieu n'est pas pour lui une loi imposée de l'extérieur, mais la " joie". La loi lui devient spontanément " Evangile", bonne nouvelle, parce qu'il l'interprète dans une attitude d'ouverture personnelle et pleine d'amour envers Dieu, et il apprend ainsi à la comprendre et à en vivre de l'intérieur". (idem op.cit)

Le pape de l'année de la Foi, petit message au successeur.

" Si le psaume 1 considère comme caractéristique de" l'homme heureux "le fait de demeurer dans la Torah, dans la Parole de Dieu, le texte parallèle en Jérémie 17, 7 appelle "béni" celui "qui se confie dans le Seigneur et dont le Seigneur est la foi." Ici apparaît plus fort que jamais dans le Psaume le caractère personnel de la justice- la confiance en Dieu, une attitude qui donne l'espérance à l'homme. Même si les deux textes ne parlent pas directement du juste, mais de l'homme bienheureux ou béni, nous pouvons cependant les considérer, avec Hans Joachim Kraus, comme l'image authentique du juste vétérotestamentaire et ainsi, à partir de là, apprendre ce que Matthieu veut nous dire quand il présente Joseph comme un "homme juste." ( idem)

Le pape-théologien-moine se retire pour prier pour son successeur et pour l'Eglise dans un couvent du nom de Marie, Mater Ecclesiae. Ce pape qui portait aussi le prénom de Josef, qui a porté dans un don total de lui-même et vraiment sacerdotal - pensons à l'année sacerdotale et à la foule anonyme des prêtres qui ne font pas scandales mais servent fidèlement et humblement- la charge pétrinienne et qui maintenant la remet sans crainte à son successeur, ce pape rappelle dans son livre que Joseph, fils de David, était garant de la promesse faite à David :

" Joseph est interpellé explicitement comme fils de David ( par l'ange), et par là lui est indiqué en même temps le devoir qui dans cet événement lui est assigné : en tant que destinataire de la promesse faite à David, il doit se porter garant de la fidélité de Dieu. " Ne crains pas" d'accepter cette tâche qui peut vraiment susciter la crainte. " Ne crains pas", c'est ce que l'Ange de l'Annonciation avait dit aussi à Marie. Avec la même exhortation de l'ange, Joseph est désormais impliqué dans le mystère de l'Incarnation de Dieu."( idem)

Le successeur de Benoît XVI fêtera certainement le 19 mars sa première grande sollennité publique, puis le 25 mars, l'Annonciation. Puisse Saint Joseph l'asssister dans cette tâche qui implique la continuité de la promesse du Christ à saint Pierre et à son Eglise !


Josefa Petersky



 
Benoît XVI, l'homme juste et saint Joseph : hommage au Pape.

Je voudrais que chacun sentent la joie d'être chrétien. Une belle prière à réciter le matin chaque jour qui dit : " Je t'adore, mon Dieu, et je t'aime de tout mon coeur. Je te remercie de m'avoir créé et d'être chrétien".

Vorrei che ognuno sentisse la gioia di essere cristiano. In una bella preghiera da recitarsi quotidianamente al mattino si dice: «Ti adoro, mio Dio, e ti amo con tutto il cuore. Ti ringrazio di avermi creato, fatto cristiano…»

Voir ci-dessus la video émouvante de la dernière audience du Mercredi, notammment les passages où le pape explique comment il a voulu prendre la décision la plus juste, ainsi que la description pleine d'amour du ministère pétrinien qu'il fait.
Extrait : source Vatican News
 
Au cours de ces derniers mois, j’ai senti que mes forces avaient diminué, et j’ai demandé à Dieu avec insistance, dans la prière,  de m’illuminer par sa lumière pour me faire prendre la décision la plus juste non pour mon bien, mais pour le bien de l’Eglise. J’ai accompli ce pas dans la pleine conscience de sa gravité et également de sa nouveauté, mais avec une profonde sérénité d’âme. Aimer l’Eglise signifie également avoir le courage de faire des choix difficiles, soufferts, en ayant toujours à l’esprit le bien de l’Eglise et pas soi-même.
Permettez-moi ici de revenir encore une fois au 19 avril 2005. La gravité de la décision a été   précisément aussi dans le fait  qu’à partir de ce moment j’étais toujours engagé, et pour toujours, par le Seigneur. Celui qui assume le ministère pétrinien n’a plus jamais de vie privée. Il appartient toujours et totalement  à tous, à toute l’Eglise. On enlève totalement à sa vie, pour ainsi dire, la dimension privée. J’ai pu faire l’expérience,  et j’en fait l’expérience précisément à présent, qu’une personne reçoit la vie précisément quand elle la donne. Auparavant, j’ai dit que de nombreuses personnes qui aiment le Seigneur aiment également le Successeur de saint Pierre et sont attachées à lui; que le Pape a vraiment des frères et des sœurs, des fils et des filles dans le monde entier, et qu’il se sent en sécurité dans l’étreinte de votre communion; car il n’appartient plus à lui-même, il appartient à tous et tous lui appartiennent.
Le «toujours» est également un «pour toujours» — il n’y a plus de retour dans le privé. Ma décision de renoncer à l’exercice actif du ministère ne révoque pas cela. Je ne retourne pas à la vie privée, à une vie de voyages, de rencontres, de réceptions, de conférences etc. Je n’abandonne pas la croix, mais je reste de manière nouvelle auprès du Seigneur Crucifié. Je ne porte plus le pouvoir de la charge du gouvernement de l’Eglise, mais dans le service de la prière je reste, pour ainsi dire, dans l’enceinte de Saint-Pierre. Saint Benoît, dont je porte le nom comme Pape, sera pour moi un grand exemple en cela. Il nous a montré la voie d’une vie qui, active ou passive, appartient totalement à l’œuvre de Dieu." Audience du 27 Février 2013
 

Mercredi 27 Février 2013
Lu 1406 fois