Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Spiritualité du travail à partir de St Joseph, Benoît XVI

Voici un petit résumé de la spiritualité du travail par Benoît XVI à partir de la figure de Saint Joseph, en attendant de lire Caritas in Veritate.


 

Chers Frères et Soeurs, la Célébration eucharistique d’aujourd’hui, qui unit à la méditation des textes liturgiques du troisième dimanche de Carême, le souvenir de saint Joseph, nous offre l’opportunité de considérer, à la lumière du mystère pascal, un autre aspect important de l’existence humaine. Je veux parler de la réalité du travail, placée aujourd’hui au centre de changements rapides et complexes. La Bible, en de nombreuses pages, montre que le travail appartient à la condition originelle de l’homme. Lorsque le Créateur façonna l’homme à son image et ressemblance, il l’invita à travailler la terre (cf. Gn 2, 5.6). Ce fut à cause du péché de nos premiers ancêtres que le travail devint effort et peine (cf. Gn 3, 6-8), mais dans le projet divin, il conserve intacte toute sa valeur. Le Fils de Dieu lui-même, en se faisant en toute chose semblable à nous, se consacra pendant de nombreuses années à des activités manuelles, au point d’être connu comme le "fils du charpentier" (cf. Mt 13, 55). L’Eglise a toujours fait preuve, en particulier au cours du dernier siècle, d’attention et de sollicitude pour cette dimension de la société, ainsi qu’en témoignent les nombreuses interventions sociales du Magistère et l’action de multiples associations d’inspiration chrétienne dont certaines sont venues ici aujourd’hui représenter le monde des travailleurs dans son ensemble. Je suis heureux de vous accueillir, chers amis, et je présente à chacun de vous mon salut cordial. J’adresse une pensée particulière à Mgr Arrigo Miglio, Evêque d’Ivrea et Président de la Commission épiscopale italienne pour les Questions sociales et le Travail, la Justice et la Paix, qui s’est fait l’interprète des sentiments communs et m’a adressé de courtoises paroles de voeux pour ma fête. Je lui en suis vivement reconnaissant.

Le travail revêt une importance primordiale pour la réalisation de l’homme et pour le développement de la société, et c’est pourquoi il faut qu’il soit toujours organisé et accompli dans le plein respect de la dignité humaine et au service du bien commun. Dans le même temps, il est indispensable que l’homme ne se laisse pas asservir par le travail, qu’il ne l’idolâtre pas, en prétendant trouver en celui-ci le sens ultime et définitif de la vie. A ce propos, l’invitation contenue dans la première Lecture est tout à fait riche de sens : "Tu te souviendras du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est un sabbat pour Yahvé ton Dieu" (Ex 20, 8-9). Le sabbat est le jour sanctifié, c’est-à-dire consacré à Dieu, pendant lequel l’homme comprend mieux le sens de son existence comme de son activité professionnelle. L’on peut par conséquent affirmer que l’enseignement biblique sur le travail trouve son couronnement dans le commandement du repos. Le Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise souligne justement à ce propos que : "A l’homme, lié à la nécessité du travail, le repos ouvre la perspective d’une liberté plus complète, celle du sabbat éternel (cf. He 4, 9-10). Le repos permet aux hommes de rappeler et de revivre les oeuvres de Dieu, depuis la Création jusqu’à la Rédemption, de se reconnaître eux-mêmes comme Son oeuvre (cf. Ep 2, 10), de lui rendre grâce de leur vie et de leur subsistance, car il en est l’auteur" (n. 258).

L’activité professionnelle doit servir au vrai bien de l’humanité, en permettant "à l’homme, considéré comme individu ou comme membre de la société, de s’épanouir selon la plénitude de sa vocation" (Gaudium et spes, n. 35). Pour que cela advienne, la qualification technique et professionnelle, même si elle est nécessaire, ne suffit pas ; la création d’un ordre social juste et attentif au bien de tous n’est pas non plus suffisante. Il faut vivre une spiritualité qui aide les chrétiens à se sanctifier à travers le travail, en imitant saint Joseph qui, chaque jour, a dû pourvoir aux besoins de la Sainte Famille de ses propres mains et que, pour cette raison, l’Eglise indique comme Patron des travailleurs. Son témoignage montre que l’homme est le sujet et l’acteur du travail. Je voudrais lui confier les jeunes qui parviennent avec difficulté à s’insérer dans le monde du travail, les chômeurs et ceux qui souffrent des problèmes dus à l’importante crise de l’emploi. Qu’avec Marie, son Epouse, saint Joseph veille sur tous les travailleurs et obtienne pour les familles et pour toute l’humanité, sérénité et paix. Qu’en tournant le regard vers ce grand saint, les chrétiens apprennent à témoigner dans tous les milieux professionnels de l’amour du Christ, source de solidarité véritable et de paix stable. Amen !

Homélie de la Messe de Saint Joseph - 19 mars

CÉLÉBRATION EUCHARISTIQUE POUR LES TRAVAILLEURS EN LA SOLENNITÉ DE SAINT JOSEPH

HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

Basilique Vaticane III Dimanche de Carême, 19 mars 2006
 
 
 
 
Acheter "Caritas in Veritate"
Cliquez sur le livre

Vendredi 5 Mars 2010
Lu 2106 fois