Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

La dignité de la personne, clé de voûte de l'éducation..( Benoît XVI )

A propos du texte de Benoît XVI sur l'éducation à la Paix



Valoriser la dignité de chaque personne.

La dignité de la personne, clé de voûte de l'éducation..( Benoît XVI )
Un nouveau défi pour les éducateurs, dans tous les lieux éducatifs, écoles, universités, mais aussi lieux sportifs, associations et activités diverses pour la jeunesse : le respect de la la dignité de chaque personne.
Un exemple concret : dans un grand complexe aquatique ultra-moderne, et bien conçu, l'attention aux handicapés se sent dans toute la conception du lieu. J'ai donc vu arriver une jeune fille en fauteuil roulant, et tout un équipement technique pointu a été déployé pour qu'elle puisse descendre dans l'eau avec son fauteuil, dans un bassin aqualudique où tout le monde a pied. La conception de l'ensemble est si évidente que les personnes étaient admiratives et l'intégration de la personne handicapée n'a posé aucun problème. Un exemple réussi de respect éducatif de la personne. Cet exemple répond à la demande du pape Benoît XVI dans son allocution sur l'éducation ( 1er janvier 2012)  dont nous citons quelques phrases clés : 

"Je voudrais m’adresser aussi aux responsables des institutions qui ont un devoir éducatif : qu’avec un grand sens des responsabilités, ils veillent à ce que la dignité de chaque personne soit respectée et valorisée en toutes circonstances. "

Pas de respect du jeune, pas de développement possible de sa personne !

Sans le respect de la dignité de chaque personne, il sera impossible de faire fructifier les dons reçus par chaque jeune. Ainsi, la jeune handicapée capable de venir à la piscine au milieu des autres jeunes ne pourra faire fructifier ses propres dons que si elle est acceptée, valorisée, reconnue. Le défi des éducateurs qui cherchent chaque jour à découvrir avec les jeunes les dons qu'ils ont reçus ne peut être relevé que si la première phase , le respect de la dignité de la personne, est en place. 

"Qu’ils aient soin que chaque jeune puisse découvrir sa propre vocation, en l’accompagnant pour faire fructifier les dons que le Seigneur lui a accordés."

Le jeune ne peut découvrir sa propre vocation que dans le cadre du respect de sa dignité. Il m'est arrivé de voir des surveillants dans des couloirs d'écoles insulter des jeunes, tenir des propos racistes...voir frapper ou menacer de le faire. Pas de respect, pas de développement de la personne ! 

"Que chaque structure éducative puisse être un lieu d’ouverture au transcendant et aux autres ; un lieu de dialogue, de cohésion et d’écoute, où le jeune se sente valorisé dans ses propres potentialités et ses richesses intérieures, et apprenne à estimer vraiment ses frères. Que ce lieu puisse enseigner aussi à goûter la joie qui jaillit du fait de vivre, jour après jour, dans la charité et dans la compassion envers le prochain, et dans la participation active à la construction d’une société plus humaine et fraternelle."



La politique au service du respect de la dignité de la personne et de la liberté éducative.

La dignité de la personne, clé de voûte de l'éducation..( Benoît XVI )
Dans l'éducation, respect de la dignité de la personne et développement de la personne sont donc liés. C'est l'étape fondamentale qui permet l'ouverture à Dieu, au transcendant, aux autres...et donc à la construction de la civilisation de l'Amour. La dignité de la personne sera reconnue dans tous les domaines. Le monde politique est concerné au sens large par ce défi éducatif :
 
"Je me tourne ensuite vers les responsables politiques, en leur demandant d’aider concrètement les familles et les institutions éducatives à exercer leur droit et leur devoir d’éduquer. Un soutien adapté à la maternité et à la paternité ne doit jamais manquer. Qu’ils fassent en sorte que l’accès à l’instruction ne soit jamais nié à personne, et que les familles puissent choisir librement les structures éducatives qu’elles retiennent être plus conformes au bien de leurs enfants. Qu’ils s’engagent à favoriser le regroupement des familles qui sont divisées par la nécessité de trouver des moyens de subsistance. Qu’ils offrent aux jeunes une image limpide de la politique, comme un service véritable pour le bien de tous."
 
La dignité et le respect passent par la valorisation et la facilitation du rôle éducatif des parents, concrètement, par des aides, une politique familiale qui soit un véritable encouragement et soutien, par la liberté de choix des structures éducatives. N'oublions pas que Benoît XVI a connu et lutté contre le refus total de la dignité de la personne par les jeunesses hitleriennes, or les premiers signes de cette attitude se sont manifestés dans le retrait de la liberté éducative des parents au profit de l'état nazi et dans la négation de la liberté religieuse et du choix des écoles. Qu'on se le tienne pour dit!

 

Le lien entre communication et éducation est très étroit.

Ainsi, le nouveau défi pour les éducateurs est de revenir sans cesse à ce principe de base : faire saisir au jeune combien sa propre dignité personnelle est importante, et imprégner toutes les instances de la société de ce même principe. Nos jeunes, s'ils connaissent leur dignité propre, seront à même de faire leur chemin dans la vie sans être rabaissés au rang d'objets, de sous-hommes ( et femmes! ô combien le sujet de la dignité de la femme rejoint ce thème!), sans être manipulés ou chosifiés, et ils trouveront ainsi cette ouverture à Dieu et aux autres qui permet le développement intégral de la personne. Le pape insiste sur le rôle éducatif des médias :
 
" En outre, je ne peux pas ne pas en appeler au monde des médias afin qu’il donne sa contribution éducative. Dans la société d’aujourd’hui, les moyens de communication de masse ont un rôle particulier: non seulement ils informent, mais ils façonnent aussi l’esprit de leurs destinataires et ils peuvent donc contribuer de façon notable à l’éducation des jeunes. Il est important de retenir que le lien entre éducation et communication est très étroit : l’éducation advient en effet par les moyens de communication, qui influent sur la formation de la personne d’une manière positive ou négative."

A nous de communiquer avec des médias porteurs d'un autre esprit que ce que transmettent les médias qui pourrissent nos jeunes en les prenant pour des poubelles, ils suffit de voir ce qu'est un portail d'entrée internet grand public pour se dire que les chrétiens doivent être présents et tenir leur place, afin qu'il y ait des plages de communication-éducation non polluées. 

L'éducation concerne la formation intégrale de la personne.

Le pape nous ramène au sens ultime de toute éducation chrétienne :

" En effet, l’éducation concerne la formation intégrale de la personne, y compris la dimension morale et spirituelle de l’être, en vue de sa fin ultime et du bien de la société dont elle est membre. Dès lors, pour éduquer à la vérité, il convient avant tout de savoir qui est la personne humaine et d’en connaître la nature. Contemplant la réalité qui l’entoure, le psalmiste réfléchit: « À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci? » (Ps 8, 4-5). Voici la question fondamentale à se poser: qui est l’homme? L’homme est un être qui porte dans son cœur une soif d’infini, une soif de vérité – non partielle, mais capable d’expliquer le sens de la vie – car il a été créé à l’image et selon la ressemblance de Dieu. Reconnaître alors, avec gratitude, la vie comme un don inestimable, porte à découvrir la propre dignité profonde et l’inviolabilité de chaque personne. C’est pourquoi, la première éducation consiste dans le fait d’apprendre à reconnaître dans l’homme l’image du Créateur et, par conséquent, à avoir un respect profond pour tout être humain et à aider les autres à avoir une vie conforme à cette très haute dignité. Il ne faut jamais oublier que « le développement authentique de l’homme concerne unitairement la totalité de la personne dans chacune de ses dimensions » [3], y compris sa dimension transcendante, et que la personne ne peut être sacrifiée en vue d’obtenir un bien particulier, qu’il soit économique ou social, individuel ou collectif."

Samedi 18 Août 2012
Lu 444 fois