Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Gare à celui qui tyrannise les âmes!

6) : Qualité et compétence de l'accompagnateur spirituel.



Un jugement droit et de l'expérience.

Pour Thérèse d' Avila : « Il est important que le directeur soit éclairé, écrit-elle dans Le livre de sa vie 13, 16 ; j’entends, qu’il ait un jugement droit et de l’expérience. Si avec cela il possède la science, c’est parfait. Mais si l’on ne peut en trouver un qui réunisse ces trois avantages, mieux vaut qu’il possède les deux premiers, parce qu’on peut, en cas de besoin, consulter des hommes de doctrine. À mon avis, ces derniers, s’ils ne sont pas adonnés à l’oraison, seront peu utiles à des commençants ; cependant je suis loin de déconseiller les rapports avec eux… Une fois appuyés sur les vérités de la sainte Écriture, nous sommes sûrs de marcher droit. Quant aux dévotions niaises, Dieu nous en délivre ! »

L'accompagnateur, ou le directeur, selon le vocabulaire et les écoles spirituelles doit avoir un jugement droit, nous dirions aujourd'hui
du bon sens, une formation ecclésiale, une véritable culture ecclésiale que l'on appelle le " sentire cum ecclesia" et qui manque parfois dans une époque imprégnée d'utopismes...et de l'expérience. Il n'est pas toujours judicieux de prendre le tout jeune prêtre qui débarque, même s'il a des airs de saint François de Sales et prêche magnifiquement. L'expérience dans l'accompagnement spirituel est aussi une maturation personnelle de l'accompagnateur, des références, des erreurs, hélas, qu'il aura rectifiées, du temps, de l'humilité, bref, le travail de toute une vie. Quant aux hommes de doctrine, il semble s'agir là des théologiens...s'ils écrivent de beaux livres et brillent par leur savoir, tant mieux, mais à condition que leur théologie soit une " théologie à genoux", c'est-à-dire priante. Un théologien homme de foi, et non pas de gloire humaine, permet de s'appuyer sur les vérités de l'Eglise, donc d'éviter les dévotions niaises, celles qui se rapprochent du sensible, de la superstition.




Attention, accompagnateurs nuisibles!

Saint jean de la Croix
Saint jean de la Croix
 Jean de la Croix se défie lui aussi des accompagnateurs mal formés et dont la propre vie spirituelle est insuffisante « Il faut qu’il soit instruit, prudent et expérimentéécrit-il dans le commentaire de La vive Flamme d’amour 3, 30… quand il s’agit de guider l’esprit, le savoir et la prudence sont des qualités fondamentales ; mais si l’expérience des voies très élevées fait défaut, le guide ne saura pas conduire l’âme que Dieu y fait entrer, il pourra même lui nuire extrêmement. »

La responsabilité de l'accompagnateur spirituel devant Dieu, selon Jean de la Croix ;

Le chapitre 22 du livre 2 de La Montée du Carmel: 

 Et encore : « D'ordinaire, quelque bonté que Dieu témoigne à l'âme, il ne fait pas et ne dit pas par lui-même ce qui est du ressort des aptitudes humaines et du conseil humain. » § 13

Dans le commentaire B de la troisième strophe de La vive Flamme d’amour ¡Oh llama de amor viva…, rédigé à l’adresse de « la très noble et très dévote dame » Ana de Peñalosa, Jean de la Croix introduit cette longue digression (les paragraphes 28 à 62) où il parle des trois aveugles qui peuvent entraver l’œuvre le l’Esprit saint devenu le seul guide de l’âme (la personne) : le maître spirituel, le démon et soi-même (29). La plus longue partie, et de beaucoup, concerne le maître spirituel (30 – 62), deux parties brèves concernent le démon (63 – 65) et l’âme elle-même (66 – 67). Voici quelques extraits significatifs :

56. Mais, dira-ton, s’ils font fausse route, n’est-ce point par un bon zèle, et parce que leur science ne va pas au-delà ? Non, cela ne suffit pas à excuser les avis téméraires qu’ils donnent sans se mettre en peine de connaître la voie spirituelle par laquelle marche l’âme. S’ils ne la connaissent pas, qu’ils ne s’y entremêlent pas maladroitement, et qu’ils laissent ce soin à de plus entendus. Ce n’est pas une faute légère de faire perdre à une âme des biens inestimables, et peut-être de ruiner à tout jamais sa voie par leurs imprudents conseils. Celui qui erre par sa faute là où il est obligé de voir clair - ; et chacun y est obligé en son office, - n’évitera pas le châtiment, et ce châtiment sera en proportion du mal qu’il aura fait. Les affaires de Dieu doivent se traiter avec précaution et en sachant ce que l’on fait, surtout lorsqu’elles sont de cette importance, de cette sublimité. De fait, il s’agit d’un gain presque infini si l’on tombe juste, et d’une perte presque infinie si l’on a le malheur de faire fausse route.
 
On constate donc un équilibre entre la nécessité de l'accompagnateur, car Dieu ne fait pas ce que l'homme peut faire : attention au danger de vouloir des éclairages " sensibles", sans passer par la raison et la sagesse de l'Eglise, donc par d'autres cerveaux humains que le nôtre! En même temps, "
les affaires de Dieu doivent se traiter avec précaution" , les conséquences d'un accompagnement spirituel mal mené sont graves, saint Jean de la Croix, qui en avait beaucoup souffert, ne mâche pas ses mots et n'excuse pas l'incompétence, l'imprudence, le manque de prière personnelle.

Gravité des conséquences du manque de compétence et d'humilité chez un accompagnateur spirituel :


Une âme est " une oeuvre qui est confiée" à l'accompagnateur, il ne peut se l'approprier et doit savoir la laisser partir vers d'autres horizons quand son rôle est fini. Lorsque l'accompagné entre dans une étape qui demande une plus grande compétence chez l'accompagnateur spirituel, en particulier dans le discernement de l'action de l'Esprit Saint dans l'oraison de la personne, c'est le signal pour l'accompagnateur qu'il faut songer à s'effacer, à orienter vers plus compétent. 

57. … Cette conduite téméraire ne restera pas impunie. Une fois qu’une âme a fait progrès, sous la continuelle assistance de Dieu, dans le chemin spirituel, elle doit nécessairement changer son style et sa manière de procéder dans l’oraison. Il lui faut en conséquence une autre direction, un autre esprit… Un ouvrier saura dégrossir un bloc de bois et il ne saura pas en tirer une statue. Un artiste saura le sculpter et il ne saura pas lui donner son dernier fini… Le talent de chacun est limité, et s’il voulait l’outrepasser, il ruinerait l’œuvre qui lui est confiée.
 

 

Gare à celui qui tyrannise les âmes! L'accompagnement est avant tout un service.

59. Dieu mène chaque âme par un chemin différent, tellement que les voies spirituelles qui se ressemblent davantage ne se ressemblent pas de moitié. Qui sera capable de se faire, comme saint Paul, tout à tous pour les gagner tous ? (1 Co 9, 22) Mais toi, tu tyrannises les âmes, tu en fais des captives, et tu t’appropries à tel point le monopole de la doctrine évangélique, que non seulement tu mets tout en œuvre pour qu’elles ne te quittent point, mais, ce qui est pire, apprends-tu que l’une d’elles a recouru aux conseils d’un autre sur un point dont peut-être il ne convenait pas de te parler, tu lui fais, je rougis de le dire, des scènes de jalousie comme en pourrait faire un mari !…

Saint Jean de la Croix décrit ici " la prise de pouvoir" sur les âmes et sa source dans l'accompagnateur : ne pas laisser partir vers un autre, mettre tout en oeuvre pour qu'elles ne quittent point celui qui croit avoir le monopole de la doctrine. description qui n'a rien perdu de son piquant et que l'on peut actualiser à travers les pièges de l'affectif, du mélange du for interne et externe, de l'utilisation de la psychologie pour s'attacher la personne...cette forme de tyrannie pour garder le pouvoir n'est pas de l'accompagnement spirituel, mais une manière de faire sentir son pouvoir : " Les grands de ce monde font sentir leur pouvoir, parmi vous il ne doit pas en être ainsi : au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur". ( Matthieu 20, 24 à 26) L'accompagnement spirituel est avant tout un service et l'accompagnateur spirituel, à l'image du Christ qui est venu pour servir et non pas être servi, doit se faire humble serviteur.

Christ peint par Rembrandt, Gemäldegalerie, Berlin. Le Christ est représenté dans son humilité et son rayonnement  tout intérieur.
Christ peint par Rembrandt, Gemäldegalerie, Berlin. Le Christ est représenté dans son humilité et son rayonnement tout intérieur.

Les maîtres spirituels doivent laisser les âmes libres.

61. Ainsi donc les maîtres spirituels doivent laisser les âmes libres… Lorsqu’elle ne goûte plus leur enseignement, c’est que Dieu la mène par une autre voie et qu’elle a besoin d’un autre guide. En pareil cas, ces maîtres doivent eux-mêmes conseiller ce changement. Tout le reste vient d’un sot orgueil et de présomption.


Mercredi 21 Septembre 2011
Lu 1976 fois