Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Quelle actualité pour Caritas in Veritate ?

Le 29 Juin, nous fêterons une fois de plus l'anniversaire de Caritas in Veritate.



Accessible à tous.

Quelle actualité pour Caritas in Veritate ?
J’avais à rechercher quelque chose concernant un des chantiers ouverts par Benoît XVI dans les quatre derniers chapitres, mais je n’ai pu résister au plaisir de relire l’introduction et il m’est venu la réflexion suivante : ces quelques pages (moins de dix pour cent de l’ensemble) constituent un trésor, parfaitement accessible, à condition d’être vulgarisé, à tout fidèle de base. J’entends par là quelqu’un qui n’a jamais été formé à la doctrine sociale de l’Église et n’a aucune responsabilité susceptible de le pousser à y mettre son nez. Le Pape y aborde de ces questions essentielles, dont le Christ a dit, en exultant de joie, merci à son Père d’avoir voulu que les petits, les humbles, soient beaucoup plus aptes à les assimiler que les intellectuels autoproclamés. J’ai d’ailleurs eu, dans ma vie professionnelle, l’occasion de constater qu’en matière de formation humaine, les ouvriers de fabrication pigeaient tout et en profondeur, ce qui n’était pas le cas de tous les anciens élèves des grandes Écoles (C.Q.F.D.).

Accéder au vrai, échapper au sentimentalisme.

Si c’était mon rôle, je conseillerais vivement à tous ceux, clercs ou laïcs, qui ont le goût et le charisme de la formation continue, des adultes et grands jeunes de proposer cette vulgarisation d’un texte philosophique, au sens étymologique du terme (et non scolaire), c’est-à-dire une réflexion d’amour de la sagesse, qui conduit à la sagesse dans l’amour. Il suffit d’utiliser des mots simples et d’illustrer l’exposé par des exemples tirés de la vie quotidienne. Immédiatement l’audi­toire s’aperçoit avec joie qu’il accède au vrai, qui lui ouvre le chemin de l’Amour. Il échappe à ce sentimentalisme dénoncé par le Pape, et que j’appelle personnellement l’affectif sirupeux, plus néfaste encore que les idéologies monstrueuses, parce que moins détectables par les bonnes âmes. Allons plus loin, il est très facile, quand on a l’occasion de prêcher régulièrement de se servir de ces notations d’une grande richesse au cours d’une homélie, en choisissant celle qui correspond le mieux aux textes de la liturgie du jour. Ainsi, grâce à la répétition tout au long de l’année les fidèles se forment sans avoir l’impression d’être à l’école ! Rappelons-nous bien que nos instituteurs rabâchaient et c’est pour cela que nous retenions. En matière de communication, on sait bien que l’on ne capte qu’une partie du message à la première injection !

Quelle actualité pour Caritas in Veritate ?
En outre, comme il s’agit d’une introduction, et à mon avis beaucoup plus à la doctrine sociale de l’Église que simplement à cette seule encyclique, je suis persuadé que cela donnerait l’envie à plus d’un(e), d’entrer dans ladite doctrine. Je trouve scandaleux que ce trésor soit aussi méconnu de tous ceux qui devraient en être nourris, parents, éducateurs de tout poil, et finalement tous ceux qui exercent une responsabilité dans la vie de travail. Certains me disent : heureusement la situation mondiale va continuer à se détériorer et, pour s’en tirer, il faudra bien revenir à l’essentiel ! La lecture de l’Ancien Testament montre à loisir que c’est ce qu’a vécu le peuple élu. Toutefois, ayant connu toute la période de la Deuxième Guerre mondiale, en ayant l’âge de raison dès ses débuts, je ne fais pas partie de ceux qui appellent de tous leurs vœux une « bonne guerre ». La Doctrine Sociale est un don de Dieu à son Eglise et par son magistère pour éviter les catastrophes et l'esprit catastrophiste des prophètes de malheurs dénoncés par Jean XXIII. Encore faut-il se mettre à l'oeuvre ! C'est pour cela que vous retrouverez dans notre rubrique Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale  sur notre site partenaire AES de quoi commencer. 
 
Père Y. Bonnet.

Samedi 12 Mai 2012
Lu 640 fois