Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Créer son lieu et accueillir : repérages



Etre dans la relation

Créer son lieu et accueillir : repérages
Une conviction : créer son lieu est un privilège. Beaucoup le recherchent, et peu le font. Ceux qui ont cette joie la diffuse. Je voudrais ici, en me basant sur l'expérience, la mienne et celles d'amis, donner quelques pistes. Elles seront bien sûr quelque peu orientées par Saint Joseph et Nazareth. Mais discrètement, car la base humaine d'une création de lieu, et celle d'accueillir, est universelle. 
En voyant passer tant de " néo ruraux", de citadins, (enfin rebelles et que leur rébellion sauve du burn out), qui quittent des lieux inhumains, de travailleurs en quête d'un télé travail qui ne soit pas virtuel mais relation.... autant dire, la quadrature du cercle, bref en voyant passer tous ces gens dans mon " lieu", et en répondant à leurs questions depuis plus de dix ans, il me vient à l'esprit de partager un peu plus. 
Qui sait, ces lignes pourraient vous inspirer.
Hier encore, je disais à une personne qui passait chez moi avec ses deux garçons : si j'accueille, c'est bien pour être dans la relation!
En effet, elle s'inquiétait de prendre mon temps, tandis que que nous regardions la vue de la terrasse... Ma rébellion à moi consiste donc à avoir le temps de la relation !

Le lieu en soi, à l'intérieur de soi ? Contre l'industrialisation de l'intimité

Donc, j'ai une terrasse. Je ne ferai guère ici de description " systématique". Créer son lieu passe par le "lieu en soi", celui qu'on porte comme un rêve. Et j'ai appris qu'il faut en garder l'intimité. Accueillir vient après. Préserver l'intimité est la priorité. Si elle disparaît, le " lieu en soi" disparaît avec. 
Pour être dans la relation et avoir le temps, tout le temps voulu, afin de recevoir cette jeune femme dont je parlai à l'instant, ou avec des centaines d'autres sur des années, il est vital d'entourer le " lieu en soi", le " lieu de rêve", d'une réelle intimité. Il y a des parties de ce lieu concret que les autres ne verront jamais. Il gardera ses secrets, malgré sa grande ouverture. Et à l'intérieur de moi, il relève de Nazareth, d'une simplicité, tout simplement, simple... si simple qu'on ne la met pas en d'autres mots. Et encore moins trop sur instagram, réseaux sociaux etc, sans garde-fous. L'industrialisation de l'intimité est le premier ennemi ( absolument nouveau et contemporain) de la création de lieux.

Listing

Donc, si je liste les premiers repères pour la création d'un lieu à soi, un lieu en soi, je dirai :
- Le lieu en soi, concret, et ses caractéristiques personnelles.
- Le lieu intime, caché, au coeur de l'accueil mais préservé et inaccessible à autrui. Ce qu'on peut appeler le projet profond.
- L'ouverture, qui se base sur le " rêve", sa " réalisation concrète", son " intimité" équilibrée et ressourçante.
- La capacité d'accueil, le projet concret, qui est l'enveloppe du projet profond.

 

Un gîte, une maison, un magasin, un café, un salon, une chambre, un camping, un pré ? Tout part de l'intérieur.

Nous n'en sommes qu'au tout début du repérage ! Si vous cherchez à créer un lieu, le listing ci-dessus peut vous éviter des déceptions et de partir en vrille. Mieux vaut commencer tout petit et ensuite agrandir.
Par exemple, Soreine, qui a créé une épicerie bio minuscule de moins de 25 m2, y reçoit aussi pour le café des personnes avec qui elle a le temps d'échanger sur ce qui la passionne : refaire le monde en bio ! Son épicerie est devenue un " centre d'attraction" du quartier, un coeur de quartier, un lieu vivant où on se donne rendez-vous, où on se croise, ou en échange
Le lieu en soi de Soreine est rempli d'objets simples. Pas de plastiques, presque pas d'emballages, etc... Personne ne peut entrer dans la réserve à l'arrière du magasin où germent, outre des graines, des idées simples mises en pratique à petite échelle humaine. L'ouverture aux autres est si évidente qu'Handicapés, personnes âgées, jeunes neo ruraux, commerçants voisins, viennent bavarder, prendre le café, acheter des produits qui ont tous une histoire, etc... et Soreine accueille. Son lieu, une épicerie locale, est si accueillant qu'il ne désemplit pas. 
Soreine a créé son lieu... en plein Covid dans sa tête, et en quelques mois ensuite : le lieu était en elle, il a pris vie aussitôt. C'est une caractéristique de la création prometteuse de lieu. D'abord " en soi", dans le coeur, avec un but, un projet qui part de l'intérieur. Le projet intérieur trouve sa forme dans le projet concret, et c'est l'assemblage des deux qui assure la réussite.

 

Eloge de la saine rébellion

Nous reparlerons des débuts et du repérages dans le prochain article ! Mais je redis ici une conviction : aujourd'hui, pour créer son lieu, un lieu, il faut être rebelle. Une certaine forme de rébellion sauve du formatage, du burn out, du bore out. Les tempéraments rebelles ont plus de chance d'échapper à l'obéissance mal comprise, cette obéissance sans caractère qui mène au perfectionnisme virtuel. Il s'agit d'une perfection virtuelle dans le " faire", dans le concret matériel, dans l'accomplissement du projet matériel sans intimité. Les tempéraments trop sages ont du mal à créer leur lieu, car ils plient devant le tyran : le faire, le perfectionnisme, la folie des grandeurs, l'idée que se feront les autres, la croissance trop rapide, l'envie de paraître, la vitesse, l'efficacité qui tue la relation.
Ce projet là devient toujours le projet non partagé, privé de relation, 
le projet d'autrui qui vous utilisele projet du contrôle absolu sur le faire. Garder la profondeur intime et personnelle du projet est une saine rébellion, la même qui opposa Joseph à Hérode. Aujourd'hui, il convient de se rebeller contre le tyran de l'industrialisation de l'intimité et de la personnalité propre de nos lieux. 


AC

Mardi 15 Septembre 2020
Lu 176 fois