Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Un héros pour l'année de la Foi en Chine.

L'année de la Foi en Chine a commencé...avec les persécutions, c'est-à-dire depuis toujours! Mais dans la situation de tension extrême autour du risque de schisme, un évêque fait la différence.



Il est le premier d'une longue série à se faire ce que tous les croyants souhaitent.

Mgr Daquin, le jour de son ordination épiscopale
Mgr Daquin, le jour de son ordination épiscopale
Ma Daqin a donné un témoignage de courage, d'intelligence et d'union dans la Foi qui montre à tous qu'il est possible de faire l'unité de l'Eglise catholique de Chine. Formé par le " pape jaune", monseigneur Jin, évêque de Shanghaï, il réalise un véritable coup de poker canonique : ordonné dans un contexte de persécution pensée pour diviser, il recentre la question sur le fond canonique du problème, qui ne vient pas des fidèles ou des évêques chinois, mais de la tactique de division établie depuis Mao. 

L'association patriotique, le fond du problème

L'association patriotique, dont Ma Daquin annoncé sa démission dès son ordination est le point " chaud" de la division. Ma Daqin adopte l'attitude des officiels honnêtes et droits, véritablement en communion avec Rome et respectueux du gouvernement chinois. La constitution chinoise permet la liberté de religion, l'association patriotique l'empêche. Il faut donc quitter l'association patriotique pour respecter en profondeur la liberté de religion. Le gouvernement chinois ne peut rester à la traîne de cette liberté fondamentale qu'il reconnaît dans les mots, mais pas dans les faits. Ce serait à l'honneur du gouvernement chinois de supprimer cette association patriotique et de retrouver la cohérence inscrite dans la constitution.

Pour l'unité.

Nous mettons ci-dessous le discours " explosif" de Mgr Ma Daquin, discours qui restera dans les annales de l'histoire de l'Eglise de Chine et de la liberté religieuse dans le monde comme véritable coup de poker ( Mgr Jin, jésuite, a peut-être attendu toute sa vie jusqu'à 99 ans pour abattre cette carte magistrale).

Prions pour que mgr Ma Daquin entraîne dans son courage les évêques officiels vers l'unité, dans le respect  fondamental  de la constitution chinoise et du gouvernement et dans un manifeste unanime en faveur de la liberté religieuse. Cette attitude courageuse serait approuvée par tous les fidèles chinois, officiels comme clandestins et  par la communauté internationale heureuse de voir la Chine sortir d'un cul-de-sac qui la met à la traîne du reste du monde en matière de liberté religieuse alors qu'elle galoppe dans d'autres domaines en tête de poleton. Confions Mgr Ma Daquin a Saint Joseph, patron de la Chine, et à notre Dame de Sheshan, le sanctuaire marial de Shanghai, lieu où il est maintenu depuis en détention. Double signe : c'est à Notre Dame de Sheshan que le Pape Benoît XVI a confié sa lettre aux catholiques de Chine en 2007 et c'est au jour de la fête de Notre Dame de Sheshan ( 24 mai) qu'a lieu à la demande du pape la journée annuelle de prière mondiale pour l'Eglise de Chine. ( Ci-dessous, Notre Dame de Sheshan, statue placée au sommet de la basilique du Sanctuaire marial de Sheshan à Shanghai)

 


Les faits et le discours : une lutte pour faire comprendre que les "nominations épiscopales ne sont pas une affaire politique mais religieuse"

 
 
 
Quant au P. Ma Daqin, le communiqué du Vatican informe que son ordination épiscopale constitue pour le Saint-Siège « un motif de satisfaction et d’encouragement ». On lira ci-dessous une traduction française du discours de remerciement que Mgr Ma Daqin a prononcé dans la cathédrale de Shanghai le 7 juillet, à la fin de la messe de son ordination épiscopale.
 
 
 
Déclaration de Mgr Ma Daqin, évêque auxiliaire de Shanghai,
à l’issue de son ordination épiscopale
 
 
Excellence Mgr Jin [Luxian], mes frères et sœurs,
 
Salutation à tous.
 
Notre Père qui êtes aux cieux, merci pour vos bénédictions. Vous m’avez prodigué votre grâce sans compter et, aujourd’hui, vous m’avez choisi, moi, pauvre homme, faible créature.
 
Je remercie Dieu pour le don de sa grâce. Je vous remercie, vous, Mgr Jin, pour être venu m’ordonner malgré la chaleur de l’été [34°C.]. Je remercie également les deux évêques co-consécrateurs, Mgr Xu [Honggen] et Mgr Shen [Bin]. Mgr Jin, c’est le cœur ouvert que je reçois l’imposition de vos mains et votre bénédiction.
 
Merci aussi aux évêques, aux prêtres, ainsi qu’aux séminaristes et aux religieuses, aux fidèles qui ont pris place dans cette église, tout particulièrement à ceux qui viennent de loin. Votre présence me donne confiance et force. Sans cesse, vous avez prié pour notre diocèse et pour moi, serviteur humble et limité. Enfant, mes parents et les personnes âgées de ma famille m’ont enseigné la tradition de l’Eglise et transmis la foi. Depuis que je suis entré au séminaire, j’ai reçu l’éducation catholique classique que nos ancêtres et prédécesseurs ont observée. Je travaillerai sans relâche et consacrerai toute ma vie à suivre l’exemple du Christ afin de devenir un bon pasteur.
 
Permettez-moi aussi de remercier les prêtres, les religieuses, les séminaristes et les laïcs qui ne sont pas présents à cette messe ; ils n’ont pas pu se joindre à nous faute de place ou pour d’autres raisons. Dieu ne regarde pas les apparences mais lit dans les cœurs, là où la justice est révélée. L’homme propose, mais c’est bien Dieu qui dispose. Je voudrais vous dire : ‘Je vous aime ! Prions les uns pour les autres !’ [applaudissements nourris dans l’assistance]
 
La devise qui est inscrite sur mes armes d’évêque est tirée de deux citations bien connues. La première correspond à ce que Mgr Jin nous a toujours enseigné durant nos années de séminaire. C’est une citation tirée de saint Ignace : Ad majorem Dei gloriam (‘Pour la plus grand gloire de Dieu’). En ce moment précis, en ce lieu, il nous appartient de choisir un chemin qui servira Dieu pour sa plus grande gloire.
 
La deuxième citation que j’ai choisie est : « Nous sommes un ». J’espère que chacun, dans notre cœur, nous répondrons à l’appel de Jésus à ses apôtres : « Que tous soient un ! ». Je consacrerai toute ma vie à bâtir l’unité.
 
A la lumière de ce que nous a enseigné notre Sainte Mère l’Eglise, que je sers désormais en tant qu’évêque, il me faudra consacrer toute mon énergie au ministère épiscopal et au travail d’évangélisation. Il est donc gênant pour moi de continuer d’assumer certaines responsabilités. C’est pourquoi, à partir de ce moment de mon ordination, il n’est désormais plus souhaitable pour moi d’être membre de l’Association patriotique [des catholiques chinois]. [longs applaudissements]
 
Que nous puissions être un. Pour la plus grande gloire de Dieu !
 
Notes
(1) Pour lire l’intégralité de la déclaration du Saint-Siège au sujet des ordinations épiscopales à Harbin et à Shanghai, cliquez ici (traduction en français de Vatican Information Service - VIS).
 
 

La déclaration du Vatican : l'important, c'est la communion avec le saint Père, officiels et clandestins catholiques sont tous d'accord, ce n'est pas l'association patriotique.

Un héros pour l'année de la Foi en Chine.
Les autorités chinoises ont procédé à l’ordination épiscopale du père Joseph Yue Fusheng , vendredi 6 juillet en la cathédrale de Harbin, dans la province de Heilongjiang, dans le nord de la Chine. La cérémonie a été présidée par Mgr Johan Fang Xinyao, président national de l’Association patriotique, non reconnue par le Saint-Siège.  
 
Cette ordination, comme l’a rappelé dès mercredi une note de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples, est donc illégale, n’ayant reçu aucun mandat pontifical. Le Saint Siège-Siège a condamné cette ordination dans une note publiée ce mardi. La voici dans son intégralité en français
 
Déclaration du Saint-Siège
Ordinations épiscopales à Harbin et à Shanghai (Chine Continentale)
Concernant l’ordination épiscopale du Révérend Joseph Yue Fusheng, survenue à Harbin (province de Heilongjiang) ce vendredi 6 juillet, il est précisé ce qui suit :
 
Le Rev. Joseph Yue Fusheng, ordonné sans mandat pontifical et donc illégitimement, voit engagé à son encontre les sanctions prévues par le canon 1382 du Code de Droit Canonique. Par conséquent, le Saint-Siège ne le reconnaît pas comme l'évêque apostolique de Harbin, et le prive de toute autorité sur les prêtres et la communauté catholique dans la province de Heilongjiang.
 
 
Le révérend Yue Fusheng a par le passé été informé que sa candidature pour l’évêché ne pouvait pas être approuvé par le Saint-Siège, et il lui a été demandé à plusieurs reprises de ne pas accepter l'ordination épiscopale sans mandat pontifical.
 
Les évêques qui ont assisté à l'ordination épiscopale illégitime sont exposés aux sanctions prévues par la loi de l'Eglise. Ils doivent référer au Saint-Siège de leur participation à la cérémonie religieuse.
 
Une appréciation favorable va aux prêtres, personnes consacrées et aux fidèles qui ont jeûné et prié pour la repentance du Rev. Yue Fusheng, pour la sainteté des évêques et l'unité de l'Eglise en Chine, en particulier dans l'Administration Apostolique de Harbin.
 
Tous les catholiques de Chine, pasteurs, prêtres, personnes consacrées et fidèles laïcs sont appelés à défendre et à préserver ce qui appartient à la doctrine et à la tradition de l'Église. Même dans les difficultés actuelles, ils doivent se tourner vers l'avenir avec confiance, réconfortés par la certitude que l'Eglise est fondée sur le roc de Pierre et de ses successeurs.
 
Confiant dans la volonté réelle des autorités du gouvernement chinois de dialoguer avec le Saint-Siège, le Siège Apostolique espère que ces mêmes autorités ne favorisent pas des actions contraires à ce dialogue. Même les catholiques chinois attendent des mesures concrètes en ce sens, afin d'éviter les célébrations et les ordinations illégitimes des évêques sans mandat pontifical, qui crée la division et entraîner des souffrances pour les communautés catholiques en Chine et pour l'Église universelle.
 
L’ordination du révérend Thaddeus Daqin comme évêque auxiliaire du diocèse de Shanghai, qui a eu lieu le samedi 7 Juillet, est une source de satisfaction et d'encouragement. La présence d'un évêque qui n'est pas en communion avec le Saint-Père, était inappropriée et montre le manque de sensibilité envers une ordination épiscopale légitime.
 
Au Vatican, le 10 juillet 2012 
 
      
 

Lundi 16 Juillet 2012
Lu 575 fois

Dans la même rubrique :














1 2 3