Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Luc 12, 35-38 : " Tenez-vous prêts".



                                                                                         Luc 12, 35-38 : " Tenez-vous prêts".


Luc 12, 35, 38 35 "Que vos reins soient ceints et vos lampes allumées. 36 Soyez semblables, vous, à des gens qui attendent leur maître à son retour de noces, pour lui ouvrir dès qu’il viendra et frappera. 37 Heureux ces serviteurs que le maître en arrivant trouvera en train de veiller ! En vérité, je vous le dis, il se ceindra, les fera mettre à table et, passant de l’un à l’autre, il les servira. 38 Qu’il vienne à la deuxième ou à la troisième veille, s’il trouve les choses ainsi, heureux seront-ils ! 39 Comprenez bien ceci : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur devait venir, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. 40 Vous aussi, tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme va venir."
 

Tout au long de sa vie publique, le Seigneur donne l’exemple du service, il le pratique avec les pauvres, les malades, les souffrants. Pour ses disciples, qu’il forme et enseigne jour après jour, il en fait l’éloge et confirme que lui-même n’est pas venu pour être servi mais pour servir. Dans l’évangile de ce jour, il amorce un thème que nous retrouverons largement developpé dans la lecture de demain, celui de la nécessaire persévérance dans le service : " Restez en tenue de service, gardez vos lampes allumées". Autrement dit, ne vous laissez pas distraire par les préoccupations égoïstes ou futiles, soyez vigilants.
 

Ce qui doit attirer notre attention en ce jour, c’est que le Seigneur montre la relation incontournable qui existe entre cette vigilance, cette persévérance dans le service de Dieu et du prochain, et le bonheur dans la vie éternelle. Ce thème des fins dernières ne cesse de revenir dans l’enseignement du Christ. Il est le plus souvent présenté comme une séparation définitive entre les vierges sages et les insensées, entre les brebis et les boucs, entre les bons poissons trouvés dans le filet et les mauvais. Comme Benoît XVI l’a fait remarquer dans son encyclique sur la vertu d’Espérance, le fait que Dieu rendra justice à chacun d’entre nous est facteur d’espérance pour celui qui, en cette vie, peine, rame, est persécuté pour la justice.
 

Dans cet évangile, le Christ ne fait pas allusion au sort de ceux qui auront été insouciants ou égoïstes. Il ne braque le projecteur que sur le sort des fidèles à son message, pour reprendre le ton des Béatitudes : "Bienheureux les serviteurs que le maître touvera en train de veiller, à minuit ou même plus tard". Prenons bien conscience de cette récompense inouïe qui les attend : leur Créateur, leur Sauveur, Celui à qui ils doivent tout depuis leur conception jusqu’à leur mort, ce Dieu d’Amour prend la tenue de service, les installe au banquet des noces de l’Agneau et les sert chacun à son tour.
 

Chacun d’entre nous est pour notre Dieu un être unique, un enfant bien-aimé. Il nous a créés pour ce bonheur éternel où Il nous comblera en permanence en répondant à ce besoin d’Amour qu’Il a creusé en nous. Lui ne nous fera jamais défaut, ces dons peuvent répondre à toutes nos nécessités et Il veille sur nous comme un Père, un Frère, un Epoux. Nous le savons bien, la vie terrestre n’est malgré tout pas facile mais le bonheur éternel qui nous est promis et proposé, dépasse tout ce que nous pouvons imaginer, c’est le triomphe de l’Amour, donné, reçu et partagé.
 

P. Yannick Bonnet



                                                                                                Luc 12, 35-38 : " Tenez-vous prêts".

Vendredi 12 Mars 2010
Lu 8461 fois