Saint Joseph du Web
Saint Joseph du Web
Recherche
Rss

Le prêtre, homme de l'optimisme et du moi profond ?



L'homme ne peut se sauver

Le prêtre, homme de l'optimisme et du moi profond ?
 "Il y a beaucoup de prêtres qui font leurs sermons sur Dieu, mais quand leurs propos sont trop pessimistes sur l’homme, c’est la preuve qu’ils n’ont pas une véritable foi !"

Cette citation, d'un grand représentant du psycho-spirituel, nous pose la question du péché et du pessimisme sur l'homme. La foi nous enseigne que l'homme ne peut se sauver lui-même, le péché nous apparaît quand la vérité sur l'homme est mise à la lumière. Le tempérament optimiste ou pesimiste n'y change rien. 

Déformation de l'image sacerdotale


La déformation de l'image du prêtre opérée par l'affirmation citée ci-dessus est une insinuation redoutable : si le prêtre dit le mal qu'il y a dans l'homme...il n'a pas la foi!!!
Or, le prêtre devra à " contre-courant" dénoncer le péché des hommes et annoncer le salut par la Croix. Sa foi sacerdotale repose sur le salut du Christ, sur la vertu d'Espérance. Ainsi, le prêtre, comme le Christ, qui savait ce qu'il y a dans le coeur de l'homme, doit parler de l'homme sur un autre plan que celui de la psychologie. Le mélange des deux domaines efface le dogme du péché, et par conséquence va introduire le relativisme moral. Le même grand maître du psycho-spirituel félicite le pape Benoît XVI de sa théologie mais n'aime pas quand il parle de morale, ce qui est une conséquence logique de sa position " psycho-spirituelle". " Avec le recul, je pense que Ratzinger, grand théologien, est excellent quand il parle de foi ou de liturgie, mais je l’apprécie beaucoup moins quand il se mêle de morale ! "

Le prêtre, homme de l'Espérance

Les gnoses psychologisantes arrivent aux mêmes résultats que le New-Age, dont elles sont une émanation. Voici ce que dit le document du Vatican sur le Nouvel-âge:

"Même s'il est possible d'admettre que la religiosité Nouvel Âge répond, d'une certaine manière, aux désirs spirituels légitimes de la nature humaine, il est nécessaire de reconnaître que cette tentative s'inscrit toujours à l'opposé de la révélation chrétienne. C'est surtout dans la culture occidentale que les approches «  alternatives  » à la spiritualité attirent de plus en plus. D'une part, les nouvelles formes d'affirmation psychologique de l'individu sont très en vogue chez des catholiques, jusque dans les lieux de retraite, séminaires et maisons de formation pour religieux. En même temps, on constate une certaine nostalgie et un regain de curiosité pour la sagesse et les rites d'autrefois, qui expliquent en partie l'intérêt croissant pour l'ésotérisme et le gnosticisme. " Jésus Christ, le porteur d'eau vive, site du Vatican.  ( §1-4)

Jusque dans les lieux de retraite, séminaires et maisons de formation pour religieux...On ne pourra pas dire que Rome n'a pas osé dire clairement ce qu'il en est ! Citons à nouveau notre grand ponte psycho-spirituel, si vous ne l'avez pas reconnu, il se décline en une infinité....d'avatars, lesquels n'hésite pas, comme toute gnose, à mélanger les vérités de l'Evangile à des techniques humaines de développement de soi :
 " D’ailleurs dans mes livres je parle souvent de la « vie authentique ». Quelle est elle ? Elle arrive quand je me libère des étiquettes que m’ont collé les autres -ou moi-même- et que je parviens à trouver mon moi profond. "

Comparaison Nouvel-âge et péché, dans le document du Vatican.

"Le Nouvel Âge n'a pas vraiment la notion du péché, mais plutôt celle d'une connaissance imparfaite. Ce qui nous manque, c'est l'illumination, qui peut être obtenue à l'aide des techniques psychophysiques appropriées. À ceux qui participent aux activités Nouvel Âge, on ne dit pas ce à quoi ils doivent croire, ce qu'ils doivent faire ou ne pas faire, mais: «  Il y a mille façons d'explorer la réalité intérieure. Laissez-vous guider par votre intelligence et votre intuition. Ayez confiance en vous  ».78 L'autorité est passée de Dieu au moi. Le problème le plus grave pour le Nouvel Âge n'est pas la faute personnelle ou le péché, mais l'aliénation par rapport au cosmos. Le remède consiste à s'immerger chaque jour davantage dans la totalité de l'être. À en croire certaines publications et pratiques Nouvel Âge, une vie ne suffirait pas, et la réincarnation serait nécessaire pour permettre aux hommes de réaliser pleinement leur potentiel.
 
Dans la perspective chrétienne, «  La réalité du péché, et plus particulièrement du péché des origines, ne s'éclaire qu'à la lumière de la Révélation divine. Sans la connaissance qu'elle nous donne de Dieu on ne peut clairement reconnaître le péché, et on est tenté de l'expliquer uniquement comme un défaut de croissance, comme une faiblesse psychologique, une erreur, la conséquence nécessaire d'une structure sociale inadéquate, etc. C'est seulement dans la connaissance du dessein de Dieu sur l'homme que l'on comprend que le péché est un abus de la liberté que Dieu donne aux personnes créées pour qu'elles puissent l'aimer et s'aimer mutuellement.79 «  Le péché est une faute contre la raison, la vérité, la conscience droite ; il est un manquement à l'amour véritable, envers Dieu et envers le prochain, à cause d'un attachement pervers à certains biens. Il blesse la nature de l'homme et porte atteinte à la solidarité humaine...80 Le péché est une offense de Dieu ...Le péché se dresse contre l'amour de Dieu pour nous et en détourne nos cœurs... Le péché est ainsi “amour de soi jusqu'au mépris de Dieu”  ».81 idem opus cit.
Le prêtre, homme de l'optimisme et du moi profond ?

Revenir aux sources de notre Foi : être fiers de ce qui a été confié à notre garde et résister à la culture dominante qui voudrait nous faire enfouir ces dons! !

"Le début du troisième millénaire présente un vrai kairos pour l'évangélisation. Les esprits et les cœurs sont particulièrement ouverts à une information sérieuse sur la conception chrétienne du temps et de l'histoire du salut. La priorité n'est pas de souligner les lacunes des autres approches, mais de revenir constamment aux sources de notre foi pour pouvoir offrir une présentation juste et solide du message chrétien. Nous pouvons être fiers de ce qui a été confié à notre garde, et nous devons résister aux pressions de la culture dominante qui voudrait nous faire enfouir ces dons (cf. Mt 25, 24-30). Un des outils les plus utiles dont nous disposions est le Catéchisme de l'Église Catholique. Mais il y a aussi l'immense héritage des chemins de sainteté des vies de chrétiens et de chrétiennes d'hier et d'aujourd'hui. Là où le riche symbolisme chrétien et ses traditions artistiques, esthétiques et musicales sont encore méconnus ou ont été oubliés, il y a beaucoup à faire pour les chrétiens et tous ceux qui veulent faire l'expérience d'une conscience accrue de la présence de Dieu. Le dialogue entre les chrétiens et les personnes attirées par le Nouvel Âge sera plus fécond s'il tient compte de l'attrait exercé par tout ce qui touche aux émotions et au langage symbolique. Si notre tâche est de connaître, aimer et servir Jésus- Christ, nous devons commencer par avoir une bonne connaissance des Écritures. Mais par-dessus tout, le moyen le plus sûr pour donner un sens à l'ensemble du message chrétien est de rencontrer le Seigneur Jésus dans la prière et les sacrements, qui sont précisément les moments où notre vie ordinaire est sanctifiée."

Lundi 11 Juin 2012
Lu 433 fois