Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

L'Eglise, Gardienne de la Foi.



Qu'est ce qui nous dit que l'Eglise a la vérité ?

L'Eglise, Gardienne de la Foi.
En tout cas, certainement pas l’Église elle-même, car elle sait que c’est le Christ qui a dit : « Je suis la Vérité » (cf. Jn 14, 6). La vérité est d’une ampleur qui dépasse les facultés humaines et le Jeudi saint, veille de sa mort, le Christ dit à ses apôtres : « J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous n’êtes pas en état de les recevoir » (Jn 16, 12). C’est la raison pour laquelle, le Seigneur a fondé l' Église, à laquelle Il a confié la mission d’exposer et d’expliciter le message du salut jusqu’à son retour en gloire à la fin des temps.

Béatification du cardinal Newman par Benoît XVI.
Béatification du cardinal Newman par Benoît XVI.
La Révélation est tellement riche qu’au fil des siècles apparaissent non pas des changements mais des approfondissements et des développements. C’est la cohérence de ce développement doctrinal dans le temps qui a convaincu l’anglican Newman de rentrer dans l’Église catholique. Nous citons ici un passionnant et compexe article du site " Les Amis de Newman" sur Newman et l'Eglise :

"Pour Newman, il était absolument logique que si la Divine Providence avait donné l’Église, la Divine Providence allait aussi offrir les moyens de la maintenir et de la protéger. Si la Divine Providence avait donné la révélation, la Divine Providence allait la préserver intacte et la libérer de la corruption.

Newman essaya pendant bon nombre d’années de voir dans l’Église anglicane cette Église dont ses convictions parlaient et pour laquelle son cœur soupirait. Lui, en un certain sens, essaya de la restructurer selon ses idées. On a l’impression que Newman essaya d’agrandir un vieux pull-over pour habiller un homme qui avait grandi, en tirant sur toutes les coutures autant que possible, reprisant les trous et les mailles manquantes, et en l’étirant continuellement par un usage quotidien. À la fin le pull est hors d’usage et l’homme est déçu.

C’est seulement quand Newman cessa de chercher dans l’Église anglicane ce qui ne s’y trouvait pas, et commença à accepter ce qui se trouvait dans l’Église catholique, qu’il commença étape par étape à trouver ce que son cœur avait connu depuis toujours comme vrai. Alors seulement la théorie sur le papier de la via media laissa place à la réalité vivante de l’unique et vraie Église de Jésus-Christ."


 

L'Eglise gardienne de la Foi face aux hérésies de tous temps.

Tableau du Concile Vatican I, dont le travail sera complété par Vatican II
Tableau du Concile Vatican I, dont le travail sera complété par Vatican II
L’autre raison de la nécessité d’une Église, gardienne de la pureté de la foi et des mœurs, le Christ nous l’a donnée lui-même à maintes reprises durant sa vie publique, c’est que l’adversaire, Satan, ne reste pas inactif et qu’il essaie en permanence de tromper les hommes pour les perdre. Dès les débuts de l’Église – il suffit de lire les Actes des apôtres et les épîtres pour s’en convaincre – les hérésies commencent à semer le trouble parmi les premiers chrétiens. L’Apocalypse, comme les textes prophétiques de l’Ancien Testament, parcourt tous les derniers temps, depuis l’époque contemporaine de saint Jean jusqu’à la fin du monde, pour décrire ce combat permanent de la cité du bien et de la cité du mal, pour reprendre l’expression de saint Augustin.

Le Magistère.

Voilà pourquoi le Christ a voulu une Église hiérarchique avec, à sa tête, un successeur du roc qu’est saint Pierre, pour lequel Il avait prié pour qu’il affermisse ses frères. Il a assuré le collège des apôtres de sa présence spirituelle, en quelque sorte « garantie » par la présence réelle dans l’Eucharistie, qui empêche les forces du mal de dévoyer son Église. Le magistère le plus souvent « ordinaire », mais en certaines circonstances solennel et « extraordinaire », nous instruit au cours des siècles, et c’est la foi qui nous affirme que l’Église catholique « est » dans le vrai. Comme les idées émises par le siècle dit des Lumières s’étaient répandues au XIXe siècle et menaçaient la foi des fidèles, le pape Pie IX a jugé nécessaire au concile de Vatican I d’affirmer solennellement l’infaillibilité du pape dans le domaine des vérités de foi et dans celui de l’agir moral.

Le dogme de l'infaillibilité papale : les moyens de maintenir et protéger l'Eglise.

Il s’agit donc depuis cette date du 18 juillet 1870 d’un dogme, auquel les catholiques sont tenus d’adhérer en conscience. La constitution dogmatique Lumen Gentium de Vatican II a poursuivi le travail de Vatican I – interrompu par la guerre de 1870 –, et traité du rôle des membres de l’Église, autres que celui du pape, préférant annexer comme note explicative préalable un rappel de la constitution Pastor Æternus de Vatican I, qui avait clairement défini les prérogatives du pape dans ses relations avec le collège des évêques. Notons pour finir, que la raison vient conforter la foi quand elle est de « bonne foi » ! Ce fut le cas de Newman au XIXe siècle, mais également celui de ce couple de pasteurs évangélistes, Scott et Kimberly Hahn, venus au catholicisme à la suite d’un travail « rationnel » sur les positions de l’Église catholique. Ils ont raconté leur cheminement dans Rome, Sweet Home (1), c’est un régal de les lire.

Père Y. Bonnet

1.Éd. de l’Emmanuel, 174 p., 11 e.


Lundi 30 Avril 2012
Lu 446 fois

Connaître Saint Joseph | Pour aller plus loin | Vous avez dit " vocation" ? | Accompagnement spirituel. | Pistes de réflexion, avec le Père Bonnet