Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Formation express pour Administrateurs de la Providence.

1) La destination universelle des biens temporels, les bases de la doctrine sociale.



Quel est le but essentiel de l'organisation de la société humaine ?

Comme son nom l'indique, la Doctrine sociale de l'Eglise nous indique les règles qui doivent présider à l'organisation de la société humaine, pour que la personne puisse s'y développer tout en poursuivant son objectif essentiel, parvenir à la vie d'union avec son Créateur. De ce fait, les relations entre les hommes se réfèrent à la nature de l'homme, créé à l'image de Dieu. Pour les chrétiens, c'est par révélation qu'ils savent que Dieu est Père, qu'Il fait des hommes ses fils d'adoption et qu'en conséquence, tous les hommes sont frères. 

Dieu a inscrit dans la conscience de l'homme cette loi naturelle qui permet à tout homme de bonne volonté d'adhérer aux principes définis par la Doctrine Sociale de l'Eglise, quand bien même la foi n'est pas présente. Le but essentiel de l'organisation de la société humaine, d'ordre religieux ( " relie à Dieu" ) reste de l'ordre de la foi, mais les moyens étant de l'ordre de la raison, ils peuvent être compris par tout homme qui suit la loi naturelle.

Les relations entre les hommes et les choses.

Le problème de l'accès à l'eau, les problèmes écologiques, enjeux multiples de la destination universelle des biens temporels
Le problème de l'accès à l'eau, les problèmes écologiques, enjeux multiples de la destination universelle des biens temporels
Nous n'avons pas encore parlé vraiment des relations entre les hommes et les choses et il est évident que cette question a une grande importance. Tout simplement parce que l'homme n'est pas un pur esprit, qu'il tire sa subsistance de la création, que celle-ci lui a été donné par son Créateur en vue de son bien et qu'en conséquence, il en fait usage. Mais justement, la question sociale fait qu'en dominant cette création, comme le Créateur lui en a donné la possibilité, il rencontre d'autres hommes, ce qui peut conduire à la coopération, mais également à l'affrontement et à la discorde. La question des rapport entre l'homme et la création relève donc bien de notre sujet et nous allons la traiter sous l'angle des questions relatives à la propriété des biens temporels.

Gérance de la Terre confiée à l'humanité.

Le Bon Samaritain
Le Bon Samaritain
Le premier chapître de la genèse, aux versets 26 à 29, nous fait connaître la volonté de Dieu : confier la terre et ses ressources à la gérance de l'humanité. Celle la maîtrise et y trouve ainsi sa subsistance. Comme chaque personne est faite à l'image de Dieu, chacun et chacune a légitimement le droit de posséder des biens parce que cette appropriation garantit en quelque sorte sa diginité, favorise l'exercice de sa liberté et lui permet de subvenir aux besoins de ceux dont il a la charge comme de ceux qu'il décidera, tel le Bon Samaritain, d'aider dans leur détresse.

Destination universelle des biens temporels.

Chiffonnier vivant en dessous du seuil de pauvreté, de ce qui reste du gaspillage des biens.
Chiffonnier vivant en dessous du seuil de pauvreté, de ce qui reste du gaspillage des biens.
Toutes les personnes étant dotées de ce même statut d'enfant de Dieu, ont toutes sans exception ce droit de posséder des biens. Cela implique d'affirmer, et c'est ce que fait l'Eglise, qu'il y a un principe fondamental, celui de la destination universelle des biens temporels. Autrement dit, comme l'affirme le catéchisme de l'Eglise catholique, le droit à la propriété privée n'abolit pas la destination universelle des biens temporels. A l'inverse, le respect de ce principe ne se traduit pas non plus par une abolition du droit de la propriété privée.



" Administrateur de la Providence"

Dans ce domaine, comme dans d'autres, on voit apparaître le concept du bien commun. Comme il s'agit d'un concept universel que celui de la destination des biens, c'est tout-à-fait normalement qu'il reviendra à l'autorité politique de régler, en fonction du bien commun, l'exercice légitime du droit de propriété.

Mais parallèlement, c'est la conscience de chaque personne qui lui rapellera qu'elle est " administrateur de la Providence" et que les biens qu'elle administre et fait fructifier doivent profiter non seulement à elle mais aux autres.C'est une vertu morale, la vertu de tempérance, qui permet à l'homme de modérer son attachement aux biens matériels ( mais aussi à toutes sortes de biens pris comme des absolus), et c'est une béatitude, enseignée par le Christ, que de pratiquer ce détachement qui fait de nous des pauvres en esprit même quand nous possédons.

Lutter contre la crise en renouvelant de l'intérieur l'éthique économico-politique. Benoît XVI ( en anglais)



Samedi 5 Novembre 2011
Lu 654 fois

L'action des catholiques sociaux en France. | Comment s'élabore la Doctrine Sociale de l'Eglise, quelques bases. | Les droits de l'homme au regard de l'Eglise. | Tout sur le principe de subsidiarité. | Les relations entre les hommes et les choses. | Comprendre Caritas in Veritate | Entreprise et Doctrine sociale de l'Eglise.