Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Etre chrétien est un don...qui se développe en agir chrétien.

5) Savoir faire et savoir être de la doctrine sociale pour protéger les droits de l'homme.



Toutes les cellules de la société au service du bien commun.

Etre chrétien est un don...qui se développe en agir chrétien.

Les droits de l'homme sont inaliénables, puisque liés à la dignité de la personne humaine, enfant de Dieu, et à sa nature voulue comme telle par Dieu, ces droits exigent une réponse de toute la société en termes de devoirs. Chaque cellule de la société, de la famille, cellule première, à l'Etat, en passant par tous les corps intermédiaires que sont entreprises, associations, écoles, syndicats, collectivités locales, etc...chaque cellule a des obligations vis-à-vis des personnes qui la composent ou avec lesquelles elle est en relation. Or chaque cellule a des objectifs propres, liés à sa raison d'être : l'école est faite pour enseigner, l'hôpital ou la clinique pour soigner, l'Etat pour garantir aux citoyens paix, sécurité, vie décente, éducation. Toutes ces cellules doivent en même temps, à leur niveau, contribuer au bien de leurs membres, et non pas à leurs intérêts particuliers mais au bien qui est commun  à toutes les personnes humaines.                                                                                                  


La justice sociale, fruit du respect des droits de l'homme.



Ce devoir, ces obligations de chaque cellule de la société, c'est la justice qui nous pousse à les accomplir. En conséquence, la doctrine sociale de l'Eglise se préoccupe  de la justice sociale . Cette justice sociale se réalise au sein de chacune de ces cellules, dans lesquelles agissent les personnes, ce qui fait que les relations entre les cellules elles-mêmes doivent être harmonieuses et conformes à la même justice. Les biens communs de chacune des cellules de la société doivent donc s'harmoniser entre eux. L'amour facilite la vertu de justice parce qu'il est d'un niveau théologal, c'est-à-dire issu de Dieu même, alors que la justice n'est qu'une vertu morale, où l'intelligence et la volonté de l'homme sont directement et prioritairement sollicitées. Lorsque les droits de l'homme sont respectés, la justice sociale peut s'établir. Mettre de l'amour dans une société fondée sur les droits de l'homme relève de l'évangélisation pour créer la civilisation de l'amour.
La justice sociale doit venir du respect de principes de base, comme celui de la destination universelle des biens matériels pour résorber la pauvreté et les disparités sociales.
La justice sociale doit venir du respect de principes de base, comme celui de la destination universelle des biens matériels pour résorber la pauvreté et les disparités sociales.

Savoir faire et savoir être.

 

L'Eglise va donc faire appel à notre savoir-faire et à notre savoir être pour développer la justice sociale. Le savoir-faire fera appel au principe de subsidiarité, tandis que le savoir-être donnera des principes de base, comme celui de la destination universelle des biens matériels.  La Doctrine sociale de l'Eglise est donc l'alliée des droits de l'homme, et elle donne les moyens d'accomplir les devoirs qui vont avec ces droits.  La doctrine sociale n'a rien d'une utopie, elle introduit la " loi nouvelle " de l'amour dans la société selon la cohérence de cette même doctrine. Mais il ne faut pas oublier que le " savoir-être" chrétien est avant tout une expérience spirituelle qui va au-delà de la sphère matérielle en introduisant dans la société le Christ Lui-même, coeur de la civilisation de l'amour. Nous terminons par ce passage de Benoît XVI dans Jésus de Nazareth, tome II, Flammarion, p. 85, qui illustre la dynamique de la Doctrine Sociale de l'Eglise, bien qu'il n'est pas été écrit directement dans le contexte de la doctrine sociale mais dans celui de l'agir moral, et  qui résume bien le lien entre savoir-faire et savoir être :

La Doctrine sociale, basée sur l'exemple du Christ. ( Lavement des pieds)
La Doctrine sociale, basée sur l'exemple du Christ. ( Lavement des pieds)
" Poursuivant dans cette ligne, Thomas d'Aquin pouvait dire : " La loi nouvelle est la grâce de l'Esprit Saint" ( S. théol I-II q 106 a 1) Ce n'est pas une nouvelle norme, mais l'intériorité nouvelle donnée par l'Esprit de Dieu lui-même. Cette expérience spirituelle de la véritable nouveauté dans le christianisme, Augustin pouvait finalement la résumer dans la formule célèbre : " Da quod iubes et iube quod vis- accorde ce que tu commandes, puis ordonne ce que tu veux." ( Confessions X 29, 40). Le don, le "sacramentum"devient "exemplum", exemple, tout en restant toujours don. Etre chrétien est avant tout un don, qui toutefois se développe ensuite dans la dynamique du vivre et de l'agir avec ce don."


Père Yannik Bonnet.


Jeudi 3 Novembre 2011
Lu 892 fois

L'action des catholiques sociaux en France. | Comment s'élabore la Doctrine Sociale de l'Eglise, quelques bases. | Les droits de l'homme au regard de l'Eglise. | Tout sur le principe de subsidiarité. | Les relations entre les hommes et les choses. | Comprendre Caritas in Veritate | Entreprise et Doctrine sociale de l'Eglise.