Saint Joseph du Web

Saint Joseph du Web

Recherche
Rss

Comment entretenir la mémoire d'un enfant décédé en bas-âge sans tomber dans le dolorisme?

A l'image des Saints Innocents pleurés par Marie et Joseph


 


Comment entretenir la mémoire d’un bébé mort à la naissance, à quelques mois, ou en bas-âge auprès des autres enfants sans tomber dans le dolorisme ?

Témoignage personnel

Ma réponse sera une réponse masculine et, par avance, je prie les mamans qui me liront de me pardonner cette inévitable limite. Il y a un peu plus de 60 ans, mon frère aîné, âgé de 27 ans, officier de carrière, a été tué près de Saïgon au début de la guerre d’Indochine. J’avais 14 ans et je n’imaginais absolument pas à quel point ma mère, qui était à la fois très profondément catholique et d’une solidité humaine exceptionnelle, serait anéantie pendant plusieurs mois par cette mort. J’ai réalisé, mais sans ressentir en moi-même l’équivalent de cette torture, ce qu’est, pour une maman, la perte de celui qu’elle a porté neuf mois. Bien sûr, la grâce divine s’appuyant sur la foi et l’espérance de ma mère qui, malgré son désarroi ou à cause de lui, priait avec ferveur, l’a fait ressortir du gouffre, plus solide que jamais. Des années plus tard, vingt deux exactement, un jour où nous étions en tête à tête peu avant sa propre mort, elle m’a confié que, dans sa prière, elle avait reçu la réponse dont elle avait besoin : « Il y a des gens plus malheureux que toi, occupe-t-en ! » Cette confidence, elle me l’a faite parce qu’au moment du décès de mon frère, j’étais le plus présent à la maison et en outre un « petit dernier » très proche et très affectionné et que, malgré son chagrin, elle avait perçu mon inquiétude à son égard. Elle tenait à m’expliquer pourquoi et comment elle avait retrouvé sa force.

A l’exemple des Saints Innocents…

De cette expérience, j’ai tiré une leçon, à savoir qu’à une mère qui vient de perdre un enfant, il faut parler avec une douceur et un tact, avec une délicatesse qui ne peuvent être inspirés qu’en priant la Maman Céleste de vous souffler ce qu’il faut dire et ce qu’il ne faut pas dire. Et pourtant la foi, dans le cas de la perte d’un tout petit, nous affirme qu’à l’exemple des Saints Innocents, il est dans la gloire divine, comblé d’un bonheur que nous ne pouvons imaginer, qu’il nous aime comme il ne l’aurait jamais fait s’il avait vécu, marqué comme chacun de nous par les séquelles du péché originel. Et notre raison est tout à fait capable de comprendre et d’assimiler ce que la foi nous inspire. Seulement, comme le dit le poète, le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas, et la blessure d’un cœur de maman en deuil de son enfant peut être à vif, humainement insupportable. Je n’ai pas comme propos de tenir la douleur paternelle pour insignifiante mais je sais que l’homme est plus à même de cloisonner en lui-même l’affectif, le raisonné, l’agir, et, par conséquent, de se ménager des plages où la douleur le laisse pour un temps en repos et lui permet de récupérer.

 

                                                   

Le soutien de l’époux

Il me semble, de ce fait, que le rôle de l’époux et père est extrêmement important en pareille occurrence. D’un côté, entourer la maman d’une très grande tendresse affective, en faisant très attention au fait qu’elle peut être incapable de tendresse charnelle pour un laps de temps non négligeable. De l’autre côté, c’est à lui de parler aux autres enfants le langage de la foi et de la raison. Dieu ne peut vouloir que notre Bien et, le sommet de ce Bien, c’est d’être avec Lui pour l’éternité, comblé par son Amour qui n’a pas de limites. La foi doit nous conforter dans l’espérance, à savoir que la grâce de Dieu ne nous fait jamais défaut, dans ce monde, pour supporter patiemment les épreuves d’une part et pour prendre le chemin de la sainteté. Dieu nous a créés pour le bonheur éternel et lui seul sait le moment le meilleur pour quitter cette terre et le rejoindre. Il faut donc entretenir la mémoire de cet enfant, qui fait partie de notre famille terrestre et qui nous précède auprès de la Trinité Sainte, de la Vierge, des Anges et des Saints. Il n’y a là aucun dolorisme, mais au contraire une certitude pleine d’espérance et qui, avec le temps, peut devenir une authentique joie de l’Esprit.

"Conduisez au Ciel les âmes qui ont le plus besoin de votre miséricorde"

Rappelons-nous la prière enseignée aux petits enfants de Fatima, qui se termine par : « Conduisez au Ciel les âmes qui ont le plus besoin de votre miséricorde ». Le temps n’existe pas pour Dieu et Lui seul peut savoir, dans son Amour infiniment miséricordieux, à quel instant de notre temps il est nécessaire que nous Le rejoignons. Que l’enfant soit un nourrisson, un bébé, un adolescent ou un adulte, il faut savoir faire confiance à notre Dieu et ne pas nous laisser contaminer par ceux qui n’ont pas d’Espérance. Marie et Joseph certainement ont pleurés du fond de leurs coeurs purs tous les Innocents et pleurent avec les parents en deuil, et la Sainte Famille offre le Salut dans ces réalités les plus dures, tant la Croix glorieuse est inséparable de la Crèche.



P. Y. Bonnet
 

Mardi 28 Décembre 2010
Lu 782 fois